Orthodoxie en Abitibi

Typikon - Les sept premiers chapitres

TYPIKON - Les sept premiers chapitres

Traduit par le P. Georges Leroy
Les citations des textes liturgiques proviennent des traductions du P. Denis Guillaume

D'après l'édition synodale de 1901 - en l'an 7421 après la Création du monde - d'après le calendrier julien, comme il est écrit à l'avant-dernière ligne de la Dédicace, en fin de volume (7409, suivant le calendrier grégorien : 1901 + 5508).

Pour une meilleure compréhension du texte du Typikon, les Notes sont ajoutées en BLEU.

Les citations de textes AUTRES que celui du Typikon apparaissent en VERT.

Les mots ajoutés au texte du Typikon, afin d'en faciliter la compréhension [sont entre crochets].
Il arrive que l'on rencontre des différences entre le Typikon et les livres liturgiques, en ce qui concerne le numération des Tons.

Cliquer ci-dessous, pour vous retrouver aux points correspondants du texte :

Table des Matières contenues dans ce saint Livre.
Chapitre 1 - Ordo des Petites Vêpres.
Chapitre 2 - Ordo des Grandes Vêpres, c'est-à-dire l'Office des Vigiles, avec les Matines de la Résurrection.
Chapitre 3 - Pour un Saint pour lequel la Vigile est célébrée - occurrente au dimanche, avec la bénédiction des colybes
Chapitre 4 - Pour un Saint pour lequel le Polyléos est chanté - occurrent au dimanche
Chapitre 5 - Pour un Saint pour lequel six stichères sont chantés - occurrent au dimanche
Chapitre 6 - Ordo des Vigiles nocturnes tout au long de l'année
Chapitre 7 - Ordo des grandes Vêpres, de l'Office de Minuit et des Matines dominicales, lorsque la Vigile n'est pas célébrée
EXTRAITS DE L'HIRMOLOGE :
Annexe I - Formulaire férial du Canon : GOSPODIVI POÏEM
Annexe II - Formulaire festif du Canon : POÏEM GOSPODIVI.

TYPIKON

c'est-à-dire
Ordo du déroulement des Offices liturgiques en la sainte Laure
de notre Père vénérable et théophore Sabas, à Jérusalem

Le même Ordo s'applique en d'autres saints Monastères à Jérusalem.
Il en va de même en d'autres saintes églises de Dieu.

Table des Matières contenues dans ce saint Livre

1) Ordo des petites Vêpres.
2) Ordo des grandes Vêpres, c'est-à-dire de la Vigile nocturne et des Matines dominicales, avec l'Ordo de la Panagia.
3) Pour un Saint pour lequel la Vigile est célébrée, occurrente au dimanche, avec la bénédiction des colybes.
4) Pour un Saint pour lequel le Polyléos est chanté, occurrent au dimanche.
5) Pour un Saint pour lequel six stichères sont chantés, occurrent au dimanche.
6) Ordo des Vigiles nocturnes tout au long de l'année.
7) Ordo des grandes Vêpres, de l'Office de Minuit et des Matines dominicales, lorsque la Vigile n'est pas célébrée.
8) Ordo de la Divine Liturgie.
9) Ordo des Vêpres et des Matines des jours de semaine, avec la Litie pour les défunts.
10) Ordre de lecture des péricopes évangéliques et de leur commentaires.
11) Sur les Canons de Matines, pendant la semaine.
12) Ordo des Offices du samedi, lorsque « Le Seigneur est Dieu » est chanté.
13) Ordo des Offices du Samedi, lorsqu'« Alléluia » est chanté.
14) Ordo de la Pannykhide des défunts.
15) Ordo de l'Office d'un grand Saint pour lequel la Vigile ou le Polyéléos est chanté le samedi.
16) Ordo des Exapostilaires de semaine.
17) Ordre des Cathismes pour toute l'année.
18) Quand on entonne les hymnes : « poïem gospodivi » et « gospodivi poïem ».
19) Ordre des Catavasia pour toute l'année.
20) Sur le chant de « Toi plus vénérable » et quand l'hymne n'est pas chantée.
21) Quand chante-t-on les Typiques, et quand les Antiphones sont-ils chantés ?
22) Sur l'encensement.
23) Sur le rideau du saint Autel, et l'ouverture des Portes.
24) Sur l'allumage des cierges aux fêtes du Seigneur et de la Mère de Dieu.
25) Sur l'allumage quotidien des cierges.
26) Quand les frères se tiennent-ils debout sans bâton ?
27) Sur le Canonarque.
28) Sur les cris désordonnés.
29) Quand faut-il se découvrir ?
30) Sur le fait qu'il ne faut pas entretenir de conversation dans l'église.
31) Sur le veilleur.
32) Les règles des saints Apôtres sur le saint Carême, la sainte Communion et la permission pour toutes les nourritures, le dimanche de Pâques et la Semaine Radieuse.
33) Sur la vie, c'est-à-dire le jeûne et les nourritures permises au long de l'année, et les carêmes établis par la Règle.
34) Sur la vie cénobitique.
35) Réflexion sur la nourriture et la boisson les samedis et dimanches et les autres jours de la semaine, et une autre réflexion sur le repas du soir.
36) Le silence prescrit au Réfectoire.
37) Sur le chant, et le fait que nul ne peut chanter à part de la communauté.
38) Qu'il n'est pas permis de manger en-dehors du Réfectoire de la communauté.
39) Sur l'habit et la chaussure.
40) Quand un frère veut quitter la communauté.
41) Sur les serviteurs et les différentes activités des frères.
42) Sur les obbédiences de lourde responsabilité.
43) Sur les maisons particulières.
44) Sur le travail dans la communauté.
45) Sur l'appropriation du fruit des travaux d'autrui.
46) Sur l'infirmerie, l'hospice, les vieillards et les malades.
47) Les signes qui indiquent les grandes, moyennes et petites fêtes.
48) Ménée pour toute l'année, avec les Tropaire et Kondakia, et les Chapitres de Marc.
49) Ordo du Grand Carême, du Dimanche du Pharisien et du Publicain, jusqu'au Grand Samedi.
50) Ordo du Pentecostaire.
51) Ordo du saint Carême des Apôtres Pierre et Paul.
52) Ordo des Tropaires et Kondakia Apolytikia, et comment doivent-ils être dits en les jours de semaine.
53) Ordo des Tropaires Apolytikia de la Résurrection pour les huit tons, et de leur Théotokia, Hypakoï et Kondakia, et les Prokimena de Matines avant l'Évangile et à la Liturgie — et les versets de l'Alléluia.
54) Les « colonnes évangéliques » (Tables des péricopes) et les Éothina des Évangiles (de la Résurrection).
55) Ordo des Tropaires et Kondakia Apolytikia ainsi que des Exapostilaires des jours de semaine - et pour la Liturgie, les Prokimena, Épîtres, versets de l'Alléluia, Évangiles et Chants de Communion des jours de semaine.
56) Kondakia pour le Commun des Saints.
57) Théotokia et Stavrothéotokia Apolytikia, selon les huit Tons.
58) Hymes triadiques selon les huit Tons.
59) Prokimena, Épîtres, versets de l'Alléluia, Évangiles et Chants de Communion pour le Commun des Saints.
60) Prokimena, Épîtres, versets de l'Alléluia, Évangiles et Chants de Communion pour toutes occasions.


- Chapitre 1 -
Ordo des Petites Vêpres

Folio 1.

Le samedi, avant le coucher du soleil, le parecclésiarque (c'est à dire celui qui allume les lampades) se présente au Supérieur, fait une métanie devant lui, indiquant par là qu'il est temps de sonner. Ayant reçu la bénédiction, il sort pour sonner la petite cloche. Les frères se rassemblent dans le Narthex, le prêtre dit la [bénédiction] initiale : Béni soit notre Dieu. Le Lecteur désigné dit : Gloire à toi, notre Dieu, gloire à toi. Ensuite : Roi céleste, Trisagion [et Notre Père]. Après le Notre Père, ekphonèse du prêtre ; le Lecteur lit l'Heure de None comme d'habitude. Ensuite, à la fin de l'Heure et après le Congé, nous entrons dans l'église, et chacun gagne sa place.

Si l'Heure de None a été dite dans l'église, à ce moment-là, il n'y a pas de Congé, mais le prêtre commence immédiatement en disant : Béni soit notre Dieu, et le lecteur dit : Venez, adorons trois fois, et le psaume vespéral : Bénis le seigneur, ô mon âme (d'une voix douce et modeste). Après le psaume : Gloire - et maintenant. Alleluia trois fois. Le prêtre ne dit pas l'ecténie, mais le lecteur dit : Kyrie eleison trois fois. Gloire - et maintenant. Et immédiatement : Seigneur, je crie vers toi, où l'on place quatre stichères. On chante trois stichères de la Résurrection du Ton [de la semaine suivante], répétant le premier. Gloire - et maintenant. Théotokion.

Ensuite : Lumière joyeuse. Prokimenon : Le Seigneur règne. - Verset : Le Seigneur est revêtu de force et il s'est ceint. Et de nouveau : Le Seigneur règne. Ensuite : Daigne, Seigneur, ce soir. Et directement, on chante un stichère des Apostiches de la Résurrection. Et les autres stichère à la Mère de Dieu, idiomèles du Ton 2, avec leurs versets. Gloire - et maintenant, et leur Théotokion. Ensuite : Maintenant, ô Maître. Trisagion [et Notre Père]. Après le Notre Père, Tropaire de la Résurrection. Gloire - et maintenant. - et son Théotokion.

Par la suite, le prêtre dit la petite ecténie [ecténie instante] :
Aie pitié de nous, ô Dieu, en ta grande miséricorde, nous t'en prions, écoute et prends pitié.

Le Choeur : Kyrie eleison trois fois.

Nous te prions encore pour notre très-pieux Souverain, notre grand Tsar et Empereur Nicolas Alexandrovitch de toutes les Russies, pour son épouse, la très-pieuse Souveraine et Impératrice Alexandra Théodorovna - pour sa mère, la très-pieuse Souveraine et Impératrice Maria Théodorovna, pour le pieux Souverain, héritier et Grand-Prince Michel Alexandrovitch, ainsi que pour toute la Maison impériale.

Le Choeur : Kyrie eleison trois fois.
Nous te prions encore pour le très-saint et vénérable Synode (et pour notre évêque « N », s'il y a lieu).

Le Choeur : Kyrie eleison trois fois.
Nous te prions encore pour tous les frères, et pour tous les Chrétiens.

Ekphonèse : Car tu es un Dieu miséricordieux et Ami des hommes, et nous te rendons gloire, Père, Fils et Saint-esprit, maintenant et toujours et dans les siècles des siècles.

Folio 2.

Ensuite : Gloire à toi, Christ Dieu, notre espérance, gloire à toi. Et le petit Congé, ainsi que le Polychronion (souhaits de longues années).

Et l'on se rend au réfectoire, en disant : Les pauvres mangeront et seront rassasiés, ils louerons le Seigneur, ceux qui le cherchent, que vive leur coeur pour les siècles des siècles. Gloire - et maintenant. Kyrie eleison - trois fois. Père, bénis. Et le prêtre bénit le repas. Et l'on mange ce qui nous est offert, légèrement, afin de ne pas être appesantis pour les Vigiles.

Après le repas : Gloire - et maintenant.
Ton sein, ô Mère de Dieu, est devenu la table sainte sur laquelle a reposé le Pain céleste, le Christ notre Dieu, dont celui qui en mange ne mourra pas, comme l'a promis Celui qui rassasie tout l'Univers. Ensuite : Plus vénérable que les Chérubins.

Ensuite : Tu nous a réjouis, Seigneur, par les biens de ta création, et l'ouvrage de tes mains nous a comblés d'allégresse. Sur nous, Seigneur, comme un signe à resplendi la lumière de ta Face, tu as mis en mon cœur plus de joie qu'au jour où le froment, le vin et l'huile abondent. En paix je trouverai sommeil et repos, dans l'espérance où toi seul, Seigneur, tu me fais demeurer.

Gloire - et maintenant. Kyrie eleison trois fois. Père, bénis
Le prêtre : Dieu est avec nous, par sa grâce et son amour pour les hommes, en tout temps, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. [Les frères :] Amen.


- Chapitre 2 -
Ordo des Grandes Vêpres
c'est-à-dire l'Office des Vigiles, avec les Matines de la Résurrection

1) Préparation de l'Office

Peu de temps après que le soleil se soit couché, le parecclésiarque se présente au Supérieur, fait une métanie devant lui. Ensuite, il sort pour sonner la grande cloche, lentement, disant les irréprochables [le psaume 118], ou douze fois le psaume 50. Puis il revient et allume les lampades et prépare l'encensoir. Ensuite il repart et sonne l'ensemble du carillon. Ensuite, regagnant l'église, il allume le cierge sur le porte-cierge, et le pose devant les portes royales. Puis il fait une métanie devant le prêtre qui est assigné [pour la célébration].

Le prêtre, se levant de sa place, fait une métanie devant le Supérieur - puis sort et fait trois métanies devant les portes saintes et en direction des deux Choeurs, où les frères sont tous assis. Ensuite il rentre au saint Autel [le sanctuaire], revêt l'épitrachile [étole] en embrassant la croix qui se trouve sur le dessus de celle-ci et, prenant l'encensoir, se tient devant la sainte Table [l'Autel], bénit l'encens, disant secrètement la prière de l'encens. Ainsi il encense en forme de croix, faisant le tour de la sainte Table [le saint Autel] - puis l'ensemble du Sanctuaire. Il ouvre les portes, et sort.

Le parecclésiarque prend le porte-cierge placé au centre de l'église, et s'exclame à haute voix : Tenons-nous droits ! tenant en sa main le porte-cierge avec le cierge allumé - et tous le lèvent. Le prêtre sort par les portes saintes et fait le signe de croix avec l'encensoir face aux portes saintes, l'élevant d'un côté à l'autre. Il s'en va et encense dans l'ordre les saintes icônes d'abord du côté droit, et ensuite du côté gauche, puis le Supérieur et les deux Choeurs selon leur préséance. L'ecclésiarque le précède avec le porte-cierge. Lorsque le prêtre fait le signe de croix avec l'encensoir, il s'incline un peu, ainsi que le parecclésiarque.

Faire le signe de croix lors de l'encensement, est aisé si l'on utilise une cassolette. Dans l'usage actuel, c'est un encensoir à chaînes qui est utilisé, et le célébrant donne trois coups d'encensoir, au lieu de faire un signe de croix.

Folio 3.

2) Bénédiction initiale, Psaume introductif et grande ecténie

Se rendant au Narthex, il encense les frères qui s'y trouvent, selon leur ordre. Revenant à nouveau dans l'église, il se tient entre les deux Choeurs, regardant vers l'Orient, et s'exclame à haute voix : Bénis, Maître. Immédiatement, il encense l'icône du Christ Sauveur, de la Mère de Dieu - ainsi que le Supérieur qui se tient à sa place, puis il entre au saint Autel, se tient devant la sainte Table, et trace à trois reprises le signe de la croix avec l'encensoir.

Ensuite, il s'exclame ainsi :
Gloire à la sainte, consubstantielle, vivifiante et indivisible Trinité, en tout temps, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles.

Et le Supérieur - ou l'ecclésiarque - dit : Amen.
Venez, prosternons-nous devant Dieu, notre Roi (d'une voix modeste et douce).

Ensuite une deuxième fois, d'une voix un peu plus forte :
V
enez, adorons et prosternons-nous devant le Christ, notre Roi et notre Dieu.

De nouveau une troisième fois, d'une voix plus forte :
Venez, adorons et prosternons-nous devant le Christ Lui-même, notre Roi et notre Dieu.

Aussi, avec une particulière intensité :
V
enez, adorons et prosternons-nous devant Lui.

Immédiatement, le Supérieur ou le parecclésiarque commencent, sur le Ton 8 : Bénis, Seigneur, ô mon âme - sans se hâter, d'un chant mélodieux, auquel se joignent les autres frères. Avec le refrain : Tu es béni, Seigneur. Ensuite, le premier Chantre du Choeur de droite [chante] : Seigneur mon Dieu, Tu es si grand ; béni es-Tu, Seigneur. - doucement, en accord avec les autres frères qui l'accompagnent. Le prêtre et le parecclésiarque sortent du saint Autel et font trois métanies devant les Portes Saintes. Ils se retournent et font une métanie en direction du Supérieur - et ensuite devant chacun des deux Choeurs. Après cela, ils vont et se tiennent à leur place.

Dans les Sobor [églises principales] et les églises paroissiales, le prêtre célèbre avec le phelon [chasuble], et le diacre avec le sticharion.

Lorsqu'on commence à chanter : Tu les fis toutes avec sagesse et Gloire à toi, Seigneur, Créateur de tout l'Univers - à ce moment, le prêtre se rend devant les Portes Royales, revête de l'épitrachile, la tête découverte, et lit les prières vespérales [litt : du flambeau - cvietil'nitchnyïa]. À la fin du psaume, il dit la grande ecténie : En paix, prions le Seigneur. Après l'ecténie, l'ekphonèse : Car à toi revient toute gloire.

3) Cathismes du Psautier

Ensuite on chante le premier Cathisme du Psautier, sur le Ton 8 : Bienheureux l'homme - premier Antiphone. Les deuxième et troisième Antiphones sont chantés sur le Ton du jour. Après chaque Antiphone, petite ecténie et ekphonèse. Après le premier Antiphone : Car à Toi appartiennent le règne, la puissance et la gloire. Après le deuxième : Car Tu es un Dieu bon et ami des hommes. Lorsqu'on chante le troisième Antiphone, le diacre s'avance et fait une métanie devant le Supérieur et entre au saint Autel. Le prêtre dont c'est le tour d'officier entre avec lui. Le diacre prend le sticharion et l'orarion, reçoir la bénédiction du prêtre, embrasse sa main droite, revêt le sticharion comme d'habitude, et dit la dernière ecténie [de la stichologie], dont l'ecténie est : Car Tu es notre Dieu.

4) Lucernaire

Après la conclusion de la stichologie habituelle, le canonarque fait une métanie [en direction du Supérieur] et annonce le Ton de l'Octoèque ou du Ménée. Nous chantons : Seigneur, je crie vers Toi. sur le Ton prescrit par l'Octoèque. Le prêtre se tient à sa place habituelle. Quand le chant : Seigneur, je crie vers Toi commence - à ce moment, le prêtre ou le diacre - comme il en est l'usage, fait une métanie au Supérieur. Nous établissons dix stichères, [après le verset] Tire mon âme de prison. On chante trois stichères de la Résurrection du Ton, quatre stichères anatoliens [de l'Octoèque], trois stichères du Ménée. Gloire - du Saint, s'il y en a. S'il n'y en a pas : Gloire - et maintenant. Théotokion du Ton occurrent.

Les deux Choeurs chantent ensemble le verset : Car sa miséricorde sur nous s'est affermie. À ce moment, le prêtre fait une métanie au Supérieur puis entre au saint Autel et revêt le phélone. LOrsque le Doxastikon est chanté, aussitôt il fait l'Entrée - ouvrant les Portes Saintes. Le diacre porte l'encensoir et est précédé par les deux porte-flambeaux avec les cierges. Après [le diacre], le prêtre s'avance simplement, revêtu du phélone baissé.

Le phélone porte sur l'avant deux boutons qui permettent de replier l'étoffe, afin de faciliter les mouvement du célébrant. Ici, le phélone est déplié, masquant les mains du prêtre. À l'époque, ce vêtement était plus ample qu'il ne l'est aujourd'hui.

le prêtre se tient face aux Portes Saintes, et le diacre se tient à droite du prêtre, un peu à l'écart.

Folio 4.

5) Entrée, Prokimenon et ecténie. Cathisme du Psautier

Tenant son orarion des trois doigts de la main droite, il dit à voix basse, de façon à n'être entendu que par le prêtre : Prions le Seigneur. Le prêtre dit secrètement la prière : Le soir, le matin et à midi. S'inclinant après la prière, le diacre dit au prêtre, désignant l'Orient avec son orarion, tenu par les trois doigts de sa main droite : Bénis, Maître, la sainte Entrée. Le prêtre bénit vers l'Orient et dit : Bénie soit l'Entrée de tes Saints, Seigneur. Ensuite le diacre s'éloigne et encense la sainte icône qui se trouve à la place du Supérieur - ou le Supérieur lui-même - et retourne à nouveau en l'endroit où il se trouvait précédemment, en attendant que l'hymne soit terminée.

L'hymne [le théotokion] étant terminée, le diacre s'avance au milieu [de la soléa], traçant avec l'encensoir le signe de la Croix, s'exclame : Sagesse ! Tenons-nous droits ! Et nous chantons : Lumière joyeuse de la sainte gloire. Les lecteurs prenant les flambeaux, montent jusqu'aux Portes saintes. Le diacre, entrant au saint Autel, encense la Sainte Table. Le prêtre, quant à lui, s'incline devant les Portes saintes, les embrasse et entre [dans le Sanctuaire]. Les Portes saintes sont refermées.

À la fin de l'hymne Lumière joyeuse, le diacre dit : Soyons attentifs ! Le prêtre : Paix à tous. À nouveau le diacre : Soyons attentifs, Sagesse. Le Canonarque, s'inclinant vers le Supérieur, dit le Prokimenon et ses versets.

Les Chantres chantent le Prokimenon du jour, sur le Ton 6 : Le Seigneur règne, revêtu de majesté. Verset : Le Seigneur s'est revêtu de majesté et Il s'est ceint. Verset : Tu fixas l'Univers inébranlable, et il ne sera pas ébranlé. Verset : À ta maison convient la sainteté, Seigneur, pour la suite des jours. Et de nouveau : Le Seigneur règne, revêtu de majesté.

Le Canonarque, les bras croisés sur la poitrine, se tient au milieu de l'église, en attendant que le Prokimenon soit terminé. Il fait une métanie et retourne à sa place.

Il ne s'agit pas d'« être les bras croisés »... en fait, il s'agit de tenir les avant-bras croisés sur la poitrine - l'avant-bras droit sur l'avant-bras gauche, les mains étendues : c'est une attitude de respect qui est éminemment liturgique.

Ensuite le diacre sort [du Sanctuaire] et dit l'ecténie : Disons tous. Puis le prêtre dit l'ekphonèse. Après l'exphonèse, le Supérieur ou le lecteur désigné dit : Daigne, Seigneur, ce soir.

Et de nouveau, le diacre : Achevons notre prière vespérale au Seigneur. Puis le prêtre dit l'ekphonèse : Car Tu es un Dieu de bonté, plein d'amour pour les hommes. Puis : Paix à tous. Et le diacre : Inclinons la tête devant le Seigneur. Le prêtre dit secrètement la prière. Puis il s'exclame : Que la majesté de ton règne.

6) Litie

le prêtre avec le diacre sortent [du Sanctuaire] par la porte Nord, précédés par deux porte-flambeaux - le diacre tenant l'encensoir - suivis par les frères. Tous sortent dans le Narthex, chantant les stichères de la Dédicace. Là, le diacre encense les saintes icônes, le Supérieur et les Choeurs selon leur ordre. Il se tient ensuite à sa place, jusqu'à la fin du chant des stichères qui se concluent par : Gloire au Père - et maintenant, et le Théotokion. Ensuite, le diacre déclame la prière suivante, de façon à être entendu de tous :

Sauve, Seigneur, ton peuple et bénis ton héritage. Dans ta pitié et ta compassion visite ce monde qui est tien - jusqu'à la fin.

Le Choeur : K
yrie eleison 40 fois.

Le diacre : Nous te prions encore pour notre très-pieux Souverain, notre grand Tsar et Empereur Nicolas Alexandrovitch de toutes les Russies, pour sa puissance et sa victoire. - et la suite.

N
ous te prions encore pour son épouse, la très-pieuse Souveraine et Impératrice Alexandra Théodorovna.

Nous te prions encore pour sa mère, la très-pieuse Souveraine et Impératrice Maria Théodorovna.

Nous te prions encore pour le pieux Souverain, héritier et Grand-Prince Michel Alexandrovitch, ainsi que pour toute la Maison impériale.

Le Choeur : Kyrie eleison 30 fois.

Le diacre : Nous te prions encore pour le très-saint et vénérable Synode (ainsi que pour notre évêque « N », s'il y a lieu) - s'il y a un Monastère : et pour notre Archimandrite « N ».

Le Choeur : Kyrie eleison 50 fois.

Nous te prions encore pour la protection de cette ville - et de ce saint monastère - et de toute ville et contrée.

Le Choeur : Kyrie eleison trois fois.

Nous te prions encore afin que le Seigneur notre Dieu exauce la prière suppliante des pécheurs que nous sommes et qu'Il nous prenne en pitié.

Le Choeur : Kyrie eleison trois fois.

Folio 5.

Ensuite, le prêtre s'exclame : Écoute-nous, Dieu notre Sauveur.

Le Choeur : Amen.

Ensuite, [le prêtre] dit : Paix à tous. [le Choeur : Et à ton esprit.] Le diacre dit : Inclinons la tête devant le Seigneur. Tous tiennent la tête inclinée, et le prêtre dit à haute voix : Maître plein de miséricorde, Seigneur Jésus-Christ notre Dieu. Après que la prière soit achevée, nous [disons] : Amen.

7) Apostiches

Se redressant, on chante le stichère de la Résurrection [le premier des Apostiches]. Nous rentrons dans l'église, précédés par les porte-flambeaux, chantant les autres stichères alphabétiques de la Résurrection. On dit ce verset (1) : Le Seigneur règne, revêtu de majesté. (2) Tu fixas l'univers inébranlable, ton trône est stable pour toujours. (3) À ta demeure convient la sainteté, Seigneur, pour la suite des jours. Gloire - et maintenant. Théotokion.

8) Artoclasia

Les porte-cierge sont posés de chaque côté d'un tétrapode qui a été préparé auparavant. Sur cette table, se trouve un plat avec du blé et cinq pains, du genre de ceux qui sont habituellement apportés à l'église. De chaque côté [du plat] sont placés deux vases, l'un rempli de vin et l'autre d'huile. Le vin est placé à gauche, et l'huile à droite.

Ensuite, le Supérieur dit : Maintenant, ô Maître, laisse ton serviteur s'en aller en paix selon ta parole. Et le Lecteur : Trisagion [et Notre Père]. Après le Notre Père, ekphonèse :Car à Toi appartiennent le règne, la puissance et la gloire. Et nous chantons le tropaire final [Apolytikion] de la Mère de Dieu, ton 4 : Réjouis-toi, Vierge Mère de Dieu. trois fois.

À ce moment, le diacre reçoir la bénédiction du prêtre, encense tout autour de la table [le tétrapode], ensuite le Supréieur seul, à sa place, et le prêtre. Et de nouveau les pains, sur le devant uniquement. Le Supérieur ou le prêtre disent la prière à voix haute : Seigneur Jésus Christ notre Dieu, qui a béni cinq pains dans le désert et rassasié cinq mille personnes. Et prenant un pain, avec celui-ci il fait le signe de Croix sur les autres pains, tout en disant : Toi-même bénis. - désignant de sa main droite les pains : ces pains - désignant de même le blé, le vin et l'huile :ce blé, ce vin et cette huile.

À la conclusion de cette prière, et après le Amen, on chante : Que le nom du Seigneur soit béni dès maintenant et jusque dans les siècles. trois fois, sur le Ton 4.Ensuite le psaume 33 : Je bénirai le Saigneur en tout temps. Et on le dit jusqu'à : [Ceux qui cherchent le Seigneur] ne seront privés d'aucun bien. Le prêtre vient et se tient devant les Portes Royales, tourné vers l'Occident. Après la conclusion du psaume, il dit : Que la bénédiction du Seigneur soit sur vous. Le lecteur [dit] : Amen, et annonce la lecture [des Actes des Apôtres]. Le prêtre [dit] : Par les prières de nos saints Pères.

Le prêtre et le diacre enlèvent leurs ornements sacerdotaux et sortent [du Sanctuaire]. Tous s'assoient à leur place. Le Cellérier prend du pain qui a été béni, le fractionne sur un plat et le distribue aux frères. Il répartit une coupe de vin équitablement pour chacun des frères, du Supérieur au dernier de ceux qui résident en le monastère (maintenant cette disposition est tout-à-fait toméée en désuétude, en les églises). Et l'on entame la lecture des Actes des saints Apôtres.

Note :
On saura que : D
u saint Dimanche de Pâques jusqu'au Dimanche de Tous Les Saints, après la bénédiction des pains, la lecture est celle des Actes des Apôtres. Pendant les autres dimanches de toute l'année, la lecture est celle des sept épîtres apostoliques et conciliaires - des quatorze épîtres du saint Apôtre Paul, et de la Révélation du saint Apôtre Jean le Théologien.

Tout d'abord, le Cellérier distribue les pains aux frères, et à chacun une coupe de vin, du fait du labeur occasionné par la Vigile, comme dès l'origine, nous l'avons reçu des saints Pères. Ensuite, le cellérier - en même temps que ceux qui l'assistent - s'avancent deux à la fois, pour faire la métanie habituelle devant les Portes Saintes et devant chacun des deux Choeurs, puis reviennent [à leur place].

Le soir, après avoir reçu le pain et le vin pour emporter - à partir de cette heure, que personne n'ose manger dès de moment, du fait de la Communion aux saints et très-purs Mystères du Christ.

C'est ainsi que nous opérons la fraction des pains , qui se déroule du premier jour du mois de Septembre au vingt-cinquième jour de Mars. Lors des agapes au cours des Vigiles célébrées le long de l'année, les pains bénis dont distribués au réfectoire, et consommés avant le repas.

Note :
Les pains bénis possèdent différentes propriétés : I
ls soulagent notamment la fièvre [en les consommant] avec de l'eau ; chassent les frissons et guérissent toutes maladies et infirmités ; de plus ils expulsent les souris de la demeure, et chassent les autres êtres nuisibles.

9) Matines

Après la grande lecture des Actes des Apôtres, le parecclésiarque sort et sonne la grande cloche, ainsi que les autres cloches. Le Supérieur et tous les frères se lèvent, et commencent : Amen. Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre - aux hommes, bienveillance. Trois fois. Ensuite, il dit : Seigneur, ouvre mes lèvres, et ma bouche annoncera ta louange. Deux fois.

Folio 6.

Et l'on dit l'hexapsalme d'une voix douce et calme. Après le troisième psaume : Gloire - et maintenant Alleluia. trois fois. Kyrie eleison. trois fois. Gloire - et maintenant. Seigneur, Dieu de mon Salut.

Ensuite le prêtre revêtu de l'épitrachile [étole] - et en quelques endroits, également revêtu du phélone [chasuble], dit les prières de Matines devant les Portes Saintes, la tête découverte. À la fin de l'Hexapsalme, après : Gloire - et maintenant, il dit la grande ecténie : En paix, prions le Seigneur. Après l'ekphonèse, il retourne et se tient à sa place.

Le Canonarque désigné - celui qui a dit le prokimenon à Vêpres - fait une métanie devant le Supérieur et proclame : Le Seigneur est Dieu. avec ses versets, sur le Ton occurrent. Et l'on chante le tropaire de la résurrection deux fois - Gloire, du Saint dont c'est le jour. - Et maintenant, sur le Ton du tropaire du Saint, s'il y en a. S'il n'y en a pas : Gloire - et maintenant. Théotokion du Ton occurrent.

10) Cathismes du Psautier

Puis immédiatement le Choeur dit : Kyrie eleison - trois fois. Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit. Le Lecteur dit : Et maintenant - et il commence à psalmodier le Cathisme du Psautier : Je veux te rendre grâce, Seigneur, de tout mon cœur [Cathisme 2]. À la conclusion de chaque stichologie, le prêtre sort devant les Portes Saintes et dit la petite ecténie et l'ekphonèse, comme d'habitude. Et l'on chante le sédalène (cathisme poétique) - le premier, simplement. Puis le verset : Lève-toi, Seigneur mon Dieu, et dresse ta main, ne laisse pas dans l'oubli les malheureux jusqu'à la fin. [Ps. 9 ; 33] et le sédalène (cathisme poétique); Gloire - et maintenant. Théotokion.

Ensuite, on prend une lecture du Commentaire de l'Évangile, puis le troisième Cathisme du psautier, ainsi que le sédalène (cathisme poétique). Verset : Je veux te rendre grâce, Seigneur, de tout mon coeur, et raconter toutes tes merveilles [Ps. 9 ; 2]. Gloire - et maintenant, et son théotokion. Et la lecture. Ensuite, on chante les irréprochables [ps. 118], sur le Ton 5, pendant lesquels le prêtre encense. Ensuite les tropaires : Les Choeurs angéliques furent frappés d'étonnement. [Evlogitaria]. Hypakoï du Ton [occurrent]. Ensuite les Antiphones du Ton, pendant lesquels le parecclésiarque sort et sonne les cloches.

11) Lecture de l'Évangile

Le prêtre et le diacre, entrant dans le Sanctuaire, se revêtent [des ornements] comme d'habitude. Il [le diacre] dit : Soyons attentifs ; Sagesse ! Le Canonarque annonce : Prokimenon, Psaume de David. et [le prokimenon] du Ton occurrent. Après la fin du Prokimenon, le diacre dit : Prions le Seigneur. Le prêtre : Car tu es saint, ô notre Dieu. Le Choeur : Amen. Et le Canonarque : Que tout souffle loue le Seigneur. Verset : Louez-Le dans son Sanctuaire ; louez-Le au firmament de sa puissance. Puis le Diacre dit : Et pour qu'il nous soit donné d'écouter dignement le saint Évangile, prions le Seigneur. Le Choeur : Kyrie eleison trois fois.

Le diacre : Sagesse, tenons-nous droits. Écoutons le saint Évangile. Le prêtre : Paix à tous. le Choeur : Et à ton esprit. Ensuite le prêtre nomme l'Évangéliste, dont l'évangile est lu. le Choeur : Gloire à toi, notre Dieu, gloire à toi. Le diacre : Soyons attentifs. Et le prêtre lit l'Évangile de la Résurrection occurrent. Après la lecture, le Choeur reprend : Gloire à toi, notre Dieu, gloire à toi. Ensuite on dit : Ayant contemplé la Résurrection du Christ. Ceci étant dit, le prêtre sort par les Portes Saintes avec l'Évangéliaire, le portant au niveau de la poitrine - des deux côtés précédé par deus porte-flambeaux avec les cierges. Ayant le phélone [la chasuble] déplié, [le prêtre] se tient au milieu de l'église, portant le saint Évangéliaire au niveau de la poitrine - les porte-flambeaux se tenant des ceux côtés.

12) Vénération de l'Évangéliaire

Le Supérieur s'avance seul, fait deux métanies ; ensuite embrasse l'Évangéliaire, et de nouveau fait une métanie (ces métanies ne sont pas des prosternations jusqu'à terre : il s'agit de petites métanies - inclinant la tête jusqu'à ce que la main touche le sol. Les dimanches, lors des fêtes du Seigneur et pendant tout le Pentecostaire, on ne fait pas de prosternations). Après avoir vénéré l'Évangéliaire, le Supérieur fait une légère inclinaison vers le Choeur du côté gauche, puis de même vers le Choeur du côté droit, et revient vers sa place.

Ensuite les frères s'avancent deux par deux selon leur rang, font de la même façon deux métanies et embrassent le saint Évangéliaire - et ensuite une seule métanie, puis une autre vers le Supérieur. Lorsque sont accomplis la vénération et la lecture du psaume 50, on chante : Gloire. Par les prières des Apôtres - Et maintenant. Par les prières de la Mère de Dieu. Ensuite : Aie pitié de moi, ô Dieu, en ta grande bonté. Puis le stichère de la Résurrection, Ton 6 : Jésus ressuscité du tombeau, comme Il l'avant prédit. Après la vénération de l'Évangéliaire (le prêtre trace le signe de la Croix sur les frères, avec l'Évangéliaire), puis rentre au saint Autel [dans le Sanctuaire].

13) Prière solennelle

Le diacre, se tenant à sa place habituelle, dit la prière : Sauve, Seigneur, ton peuple.

Folio 7.

Et nous : Kyrie eleison, 12 fois. Le prêtre donne l'ekphonèse : Par la miséricorde, la compassion et l'amour pour les hommes de ton Fils unique. Après le Amen, on commence le Canon de la Résurrection.

14) Le Canon

On chante le Canon de la Résurrection, avec l'hirmos sur 4 - le Canon de la Croix et de la Résurrection sur 4 - le Canon de la Mère de Dieu sur 3 - et le Canon du Ménée sur 4. Avant le premier tropaire, on dit le verset : Gloire, Seigneur, à ta sainte résurrection. Ensuite [sont chantés] les versets de l'Ode [suivant le formulaire de la] Résurrection (figurant dans l'Hirmologe).

Après le chant de l'Ode 3, le diacre dit la petite ecténie ; du Sanctuaire, le prêtre dit l'ekphonèse : Car tu es notre Dieu, et nous te rendons gloire. Puis le prêtre se dévêt de son ornement, sort [du sanctuaire], et se tient à sa place habituelle. Ensuite [on chante] le Kondakion et le sédalène (cathisme poétique) du Ménée du Saint - puis [a lieu] la lecture.

Après la 6ème Ode, le prêtre dit la petite ecténie devant les Portes Saintes, et l'ekphonèse : Car tu es le Roi de la paix. Ensuite [on chante] le Kondakion et l'Ikos - puis la lecture du Prologue.

Note :
Il convient de savoir également ceci : T
oujours après la fin de la huitième Ode - lorsqu'on envisage de commencer la neuvième Ode - tous font ensemble une métanie en disant : Louons, bénissons le Seigneur, prosternons-nous devant Lui. Ensuite, on chante l'hirmos de la 8ème Ode, [comme] Catavasia.

Le prêtre et le diacre revêtent [leurs ornements sacerdotaux] comme d'habitude. À la fin de la huitième Ode, ayant encensé la Sainte Table, le diacre s'exclame : Magnifions par des hymnes la Mère de Dieu, Mère de la Lumière. Et nous antiphonons la 9ème Ode, chantant à haute voix : Mon âme magnifie le Seigneur - et - Plus vénérable que les Chérubins. On fait alors une grande métanie. Le prêtre - ou le diacre - encense le saint Autel, toute l'église et tous les frères.

Après la 9ème Ode, étant revenu [au Sanctuaire], il rend l'encensoir et dit la petite ecténie, suivie de l'ekphonèse du prêtre: Car toutes les Puissances des Cieux Te louent. Ensuite, le diacre s'exclame : Saint est le Seigneur notre Dieu sur le Ton occurrent. Premier verset : Car Saint est le Seigneur notre Dieu. Deuxième verset : Au-dessus de tous les peuples est notre Dieu. le prêtre se tient à sa place habituelle. Ensuite [on chante] l'Exapostilaire de la Résurrection, puis : Gloire - du Saint, s'il y en a. Et maintenant. Théotokion dominical.

15) Laudes et Grande Doxologie - tropaire, ecténies et Congé

Aux Laudes : Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur. sur le Ton occurrent. On pose 8 stichères : 4 stichères de la Résurrection du Ton ; 4 stichères anatoliens. À Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur [le dernier verset], les deux Choeurs se réunissent et chantent ce verset : 1) Lève-toi, Seigneur mon Dieu, et dresse ta main, ne laisse pas dans l'oubli les malheureux jusqu'à la fin. 2) Je te rends grâce, Seigneur, de tout mon cœur, j'énonce toutes tes merveilles. Gloire. Stichère de l'Évangile [Eothinon]. Et maintenant, Thétokion, Ton 2 : Tu es toute bénie, Vierge Mère de Dieu. Grande Doxologie. Ensuite [est chanté] l'un des deux tropaires - soit sur le Ton 1 : En ce jour le Salut du monde s'accomplit - soit sur le Ton 2 : Ressuscité du Tombeau.

Ensuite, le prêtre ou le diacre dit l'ecténie [instante] : Aie pitié de nous, ô Dieu - et l'ekphonèse : Car tu est un Dieu de miséricorde et plein d'amour pour les hommes - ensuite : Achevons notre prière matinale au Seigneur - avec l'ekphonèse : Car tu es un Dieu de bonté, plein d'amour pour les hommes Le prêtre : Paix à tous. Le Choeur : Et à ton esprit. Le diacre : Inclinons la tête devant le Seigneur. Le prêtre dit la prière secrètement, puis s'exclame : Cat il t'appartient de faire miséricorde. Ensuite : Sagesse. Le Choeur : Bénis. Le prêtre : Que vous bénisse Celui qui est béni, le Christ notre Dieu. Le Choeur : Amen, Affermis, Seigneur. Ensuite, le prêtre : Très-sainte Mère de Dieu. Le Choeur : Plus vénérable que les Chérubins - la suite comme d'habitude, et le Congé - puis les Souhaits de nombreuses années pour l'Empereur [Polychronion].

16) Litie et Prime

Ensuite, on sort au Narthex, chantant les stichères idiomèles [de la Dédicace] comme d'habitude, et [le chapitre de] l'oeuvre de [Théodore] Studite. Après la lecture, [on chante] le [tropaire] de [saint] Théodore : Champion de l'Orthodoxie. Ensuite, [lecture de l'Office] de Prime. À Prime : tropaire de la Résurrection. Gloire - troipaire su Saint, s'il y en a un. S'il n'y en a pas : Et maintenant. Théotokion des Heures. Après le Notre Père, Kondation de la résurrection. [À la fin de l'Office de Prime, le prêtre] donnd le Congé.

16) Divine Liturgie

À la Liturgie : Bienheureux de l'Octoèque sur 8. À l'Entrée, tropaire de la Résurrection - ensuite, celui de la Dédicace - et du Saint du jour, s'il y en a. Kondakion de la Résurrection - de la Dédicace - Gloire, du Saint, s'il y en a ; Et maintenant, Kondakion de la Dédicace, si l'église est dédiée à la Mère de Dieu. Si ce n'est pas le cas, Kondakion : Protectrice intrépide. Le Tropaire et Kondakion d'une église qui n'est pas dédiée au Christ, ne sont pas chantés pendant l'ensemble de l'année : [ce Tropaire et Kondakion sont] supplantés par [le Tropaire et Kondakion de] la Résurrection. Prokimenon, lecture de l'Apôtre, Alleluia, Évangile du Ton [dominical] - et Évangile du Saint, s'il y en a. Chant de Communion : Louez le Seigneur du haut des Cieux - et [Chant de Communion] du Saint, s'il y en a.

Folio 8.

17) Le chant du Polyléos

Lors du chant de la Vigile, lorsqu'il y a Polyléos, le chœur] chante le psaume : Louez le Nom du Seigneur, louez-Le vous tous qui servez le Seigneur. et : Rendez grâce au Seigneur, car Il est bon. À ce moment, on place un analoï au milieu de l'église, sur lequel on dispose l'icône de la fête du Seigneur, ou de la Mère de Dieu - du Saint ou de la Sainte dont c'est le jour. Dans le Sanctuaire, le supérieur et tous les concélébrants se revêtent du phélone [chasuble] comme d'habitude.

Ils sortent de l'Autel [Sanctuaire] par les Portes Royales ouvertes, et se tiennent des deux côtés autour de l'analoï. Ensuite le Supérieur donne des cierges aux concélébrants et au peuple qui se tient en la sainte église. Après avoir distribué les cierges, il prend l'encensoir [et commence à encenser l'église], précédé par le diacre qui porte un cierge allumé. D'abord, il encense autour de l'icône posée sur l'analoï, puis se rend à l'Autel [au Sanctuaire] et encense la Sainte Table [l'Autel] et l'ensemble du Sanctuaire - et par la suite en l'église, tous les saints lieux où se trouve les icônes, puis le clergé qui se tient des deux côtés [de l'analoï], et les chantres des Chœurs de droite et de gauche. Ensuite, avançant [dans l'église], il encense le peuple qui s'y trouve, et de nouveau les portes Saintes. Il encense uniquement deux icônes : celle du Christ et de la Mère de Dieu, puis l'icône qui se trouve sur l'analoï.

À ce moment-là, [les deux Chœurs] chantent le Mégalynaire, avec les versets choisis - des Psaumes de David. Comme de coutume, à la fin du Mégalynaire, le diacre dit la petite ecténie, puis on chante les sédalènes (cathismes poétiques). Tout le clergé rentre en le saint Autel (dans le Sanctuaire) ; ils se dévêtent de leurs ornements sacerdotaux - seul le prêtre célébrant garde ses ornements, pour la lecture de l'Évangile.

18) Lors des célébrations sans Polyléos

Cependant, à Matines, lors des dimanches où, au lieu du polyléos, on chante le Cathisme 17 : Bienheureux ceux qui sont irréprochables dans leur voie - Après cela, les tropaires : Les Chœurs angéliques furent frappés d'étonnement [Evlogitaria] - et en les jours où l'on chante le Mégalynaire, mais où la Vigile n'est pas prescrite - à ce moment-là, seuls le prêtre célébrant et le diacre revêtent leurs ornements sacerdotaux - le diacre portant un flambeau avec le cierge allumé, et le prêtre, portant l'encensoir. Ils encensent tout autour de la Sainte Table [de l'Autel] et de l'ensemble de l'Autel [du Sanctuaire], puis, sortant par la porte Nord, encensent les Portes Royales, ensuite de chaque côté les icônes des Saints, et celle sur l'analoï - puis le Supérieur, les Chœurs, et le peuple qui se tient dans l'église, comme d'habitude - et à nouveau reviennent [au Sanctuaire] par la porte Sud.

19) Ordo de la Panagia
célébrée quotidiennement dans les Monastères

Après le Congé de la Divine Liturgie, le Supérieur ainsi que les frères cheminant deux à deux, sortent [de l'église] en disant le psaume 144 : Je t'exalte, mon Dieu et mon Roi. - jusqu'à la fin du psaume. Parvenus au réfectoire, et ayant fini la récitation du psaume, on dit la prière du repas : Notre Père - Gloire et maintenant - Kyrie eleison 40 fois - Père, bénis. Le Supérieur - ou le prêtre désigné - dit : Christ Dieu, bénis la nourriture et la boisson de tes serviteurs.

La parcelle ou la prosphore qui est offerte, et qui est déposée sur un plateau, est déposée à l'endroit réservé pour cet usage. Après le repas, celui qui a fait le service dit le verset : Par les prières de nos saints Pères, Seigneur Jésus-Christ notre Dieu, aie pitié de nous. Et l'on répond : Amen. En se levant, [le supérieur ou le prêtre désigné] dit : Béni soit Dieu qui nous fait miséricorde et nous rassasie depuis notre jeunesse / gloire à toi Seigneur, gloire à toi Dieu Saint, gloire à toi, ô Roi.

Gloire - et maintenant. Kyrie eleison trois fois. Père, bénis. Faisant une métanie, celui qui doit élever la Toute-Sainte dit : Bénissez-moi, Pères saints, et pardonnez au pécheur que je suis. On répond : Que Dieu te pardonne et te fasse miséricorde. Et prenant du bout des premiers doigts de chaque main [la parcelle triangulaire ou la prosphore de la Toute-Sainte], il l'élève un peu vers l'icône de la Sainte Trinité, disant à haute voix : Grand est le Nom. Le supérieur ou le prêtre désigné dit : De la sainte Trinité.

Et se tournant vers l'icône de la Mère de Dieu, il trace [avec la parcelle ou la prosphore] un signe de croix en disant : Très-Sainte Mère de Dieu, aide-nous. On répond : Par ses prières, ô notre Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. Et l'on dit : D'âge en âge, nous te disons bienheureuse, Vierge mère de Dieu. Ensuite, on chante : Il est vraiment digne de te bénir.

Quand tous ont reçu une parcelle de la Panagia, le Supérieur ou le prêtre dit :

Folio 9.

Pour les nombreuses intercessions de notre très-pure Souveraine la Mère de Dieu et Toujours-Vierge Marie. Nous répondons: Par ses prières, ô Dieu, aie pitié de nous et sauve-nous. [Le prêtre dit :] Le Seigneur est tendresse et miséricorde ; Il donne la nourriture à qui Le craint, sa justice demeure dans les siècles des siècles. Ensuite, [on dit] le psaume [121] : J'étais dans la joie quand on m'a dit : allons à la maison du Seigneur. Trisagion. Très-sainte Trinité. Après le Notre Père : Nous te rendons grâces, ô Christ notre Dieu, car tu nous as nourris de ses biens terrestres.

S'il s'agit d'une fête du Seigneur, on dit : Gloire - et maintenant. Kondakion de la fête.
Sinon, on dit ceci : Gloire - Dieu de nos Pères, dont la clémence agit toujours envers nous, n'éloigne pas de nous ta miséricorde, mais par leurs supplications, gouverne notre vie dans la paix. Et maintenant. Par les prières de tous les Saints et de la Mère de Dieu, Seigneur, donne-nous ta paix et prends pitié de nous, Toi le seul compatissant

Kyrie eleison, trois fois. Père, bénis. Le prêtre dit : Béni soit notre Dieu qui nous fait miséricorde et nous rassasie de ses riches bienfaits, par sa grâce et son amour pour les hommes, en tout temps, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. [Nous répondons] : Amen.


- Chapitre 3 -
Pour un Saint pour lequel la Vigile est célébrée - occurrent au dimanche
Avec la bénédiction des colybes.

Aux Petites Vêpres, à Seigneur, je crie vers toi, 4 stichères de la Résurrection. Gloire - du Saint. Et maintenant. Théotokion du Ton [ordonné pour] les petites Vêpres.

Aux Apostiches, un stichère de la résurrection - et les stichères des Apostiches pour le Saint, pris aux Grandes Vêpres, avec leurs versets. Gloire - du Saint. Et maintenant. Théotokion, du même Ton.

Après : Maintenant, Seigneur - et après le Notre Père, tropaire de la Résurrection. Gloire - du Saint. Et maintenant : premier théotokion [dogmatique], du Ton du doxastikon du Saint.


Les Grandes Vêpres

Aux Grandes Vêpres, psaume initial avec ses versets. [grande ecténie.] Après la stichologie du Psautier habituelle, à Seigneur, je crie vers toi, on pose 10 stichères : on chante 3 stichères de la Résurrection sur le Ton occurrent - puis un stichère anatolien, et 6 stichères du Saint. - Et maintenant, premier Théotokion [dogmatique], du Ton occurrent. - Entrée, Prokimenon, et trois lectures du Saint.

À Litie, stichère de la Dédicace, et stichère du Saint. Gloire - du Saint. Et maintenant - théotokion [dogmatique suivant le Ton du doxastikon du Saint].
Aux Apostiches, stichères de la résurrection. Gloire - du Saint. Et maintenant - Théotokion [suivant le Ton du doxastikon du Saint].

Pour l'Artoclasia : tropaire Vierge Mère de Dieu, réjouis-toi - deux fois, et [tropaire] du Saint, une fois - et la lecture.

Les Matines

Aux Matines, à Le Seigneur est Dieu : tropaire de la Résurrection, deux fois. Gloire - du Saint. Et maintenant, Théotokion premier [dogmatique], du Ton du tropaire du Saint. Après les Cathismes, sédalènes (cathismes poétiques) de la résurrection, avec leurs versets, et leur Théotokion, du Ton occurrent. Puis lecture de l'Évangile. Après le Polyléos, tropaire : Le Choeur des anges. Hypakoï du Ton occurrent, et les deux sédalènes (cathismes poétiques) du Saint. Gloire - sédalène du Polyléos. Et maintenant - son Théotokion,

Folio 10.

...puis la lecture [en l'honneur] du Saint. Antiphones du Ton occurrent, et prokimenon : Que tout ce qui vit et respire loue le Seigneur. [Lecture de l'] Évangile de la Résurrection. Ayant contemplé la Résurrection du Christ - puis le psaume 50, la vénération de l'Évangile comme d'habitude - Gloire. - Par les prières des Apôtres. Et maintenant. Par les prières de la Mère de Dieu. - les stichères de la résurrection, et la suite.

[On chante] le Canon de la résurrection avec l'Hirmos, sur 4 - et celui de la Mère de Dieu, sur 2 - et celui du Saint, sur 8. Catavasia, là où elle est prescrite. Après la 3ème Ode, Kondakion et Ikos du Saint, et son sédalène (cathisme poétique) deux fois. Gloire - et maintenant. Théotokion et lecture. Après la 6ème Ode, Kondakion de la résurrection et Ikos. Puis on lit le Prologue. À la 9ème Ode, on chante : Plus vénérable que les Chérubins [le Magnificat]. Exapostilaire de la résurrection, Gloire - du Saint. Et maintenant - Théotokion de la résurrection.

Aux Laudes, 4 stichères de la résurrection ; 4 stichères du Saint, incluant le doxastikon - avec leurs versets, pris [des Apostiches des Grandes Vêpres du Saint]. Gloire. Stichère de l'Évangile [Eothinon]. Et maintenant. Tu es toute-bénie, Vierge Mère de Dieu. Puis la Grande Doxologie. Après le Trisagion [de la Grande Doxologie], tropaire de la résurrection uniquement, [les ecténies], puis le Congé.

Chacun sort du Narthex, et l'on chante le stichère du Saint [ce peut être le stichère qui suit le psaume 50]. Lorsqu'il y a l'onction d'huile, on dit la prière : Maître plein de miséricorde, Seigneur Jésus-Christ notre Dieu. - prière qui figure [à la fin] des Grandes Complies. Puis a lieu la lecture d'un chapitre de [Théodore] Studite, et [ensuite commence l'Heure de] Prime.

La Liturgie

À la Liturgie, Bienheureux du Ton occurrent, sur 6 - et du Saint, pris dans la 3ème Ode, sur 4.
Après l'Entrée, tropaire de la résurrection et tropaire de la Dédicace, si l'église est consacrée à la Mère de Dieu. Kondakion de la résurrection. Gloire - du Saint. Et maintenant - [Kondakion de la Dédicace, si l'église est consacré à la] Mère de Dieu. Si ce n'est pas le cas : Et maintenant. Protectrice intrépide. (En ce jour, les tropaire et kondakion de la Dédicace pour une église consacrée à un Saint, ne sont pas dits).
Prokimenon, Épître, Alleluia, Évangile et Chant de Communion sont d'abord de la résurrection - et puis du Saint.


Ordo de la bénédiction des colybes

[Les colybes (prononcer : colive)] sont aussi appelés koutia. [Il s'agit d'un gâteau fait de] blé cuit mélangé avec du miel, et décoré de divers fruits sucrés. On le présente en souvenir et en honneur des fête du Seigneur ou des Saints.

L
es colybes étant amenés à l'église - si c'est à Vêpres - après : Maintenant, ô Maître, laisse s'en aller en paix ton serviteur, et après le trisagion et le Notre Père, [on chante] le tropaire [du Saint]. Gloire - et maintenant. Théotokion [de la résurrection] du Ton du tropaire du Saint.

Si c'est à la Liturgie, - après la prière de l'Ambon, on chante le tropaire et le kondakion du Saint. Le Diacre, après avoir encensé [l'icône du Saint ou de la fête], s'exclame : Prions le Seigneur. Le Choeur : Kyrie eleison. Le prêtre, se tenant devant les colybes, dit cette prière : Seigneur, Toi qui as tout accompli selon ta parole. (voir l'Euchologe) Le Choeur : Amen.

Et si c'est à Vêpres - Le Diacre : Sagesse. Le Choeur : Père, bénis. Le prêtre : Que vous bénisse Celui qui est béni. - et la suite du Congé.

Si c'est à la Liturgie, - le Choeur chante : que le Nom du Seigneur soit béni. - trois fois, et le psaume [33] : Je bénirai le Seigneur en tout temps. L'Antidore étant distribué, le prêtre donne le Congé habituel de la Liturgie.


- Chapitre 4 -
Pour un Saint pour lequel le Polyléos est chanté - occurrent au dimanche

Folio 11.

- Le Samedi soir -

Aux Petites Vêpres, on chante ce qui est indiqué pour un Saint pour lequel la Vigile est célébrée, occurrente au dimanche [chapitre 3].

Aux Grandes Vêpres, après le Cathisme, à Seigneur, je crie vers Toi, 3 stichères de la résurrection ; 1 stichère anatolien ; 6 stichères du Saint. Gloire - du Saint ; Et maintenant - Théotokion du Ton occurrent. Entrée. Prokimenon du jour, et les trois lectures de [l'Office] du Saint.

Les Grandes Vêpres

À Litie, stichère de la Dédicace et stichère du Saint, s'il y en a. Gloire - du Saint. Et maintenant - Théotokion du Ton [du doxastikon] du Saint. Pour l'Artoclasia, Vierge Mère de Dieu, réjouis-toi - trois fois.

Les Matines

À Matines, après Le Seigneur est Dieu, Tropaire de la résurrection, deux fois. Gloire - du Saint. Et maintenant - Théotokion de la résurrection, du Ton du tropaire du Saint.

Après les Cathismes, sédalènes (cathismes poétiques) de la résurrection avec leurs théotokia, et lecture du Commentaire de l'Évangile.

Polyléos du Saint, [Mégalynaire du Saint avec ses versets, s'il y en a ; Evlogitaria, petite ecténie] Hypakoï et sédalène (cathisme poétique) du Saint - celui qui se trouve après la première [lecture du Cathisme du Psautier]. Gloire. Sédalen du Saint du Polyléos [c'est-à dire celui qui est désigné pour être chanté après le Polyléos]. Théotokion - et la lecture [de la Vie] du Saint.

Anavathmi - Prokimenon - lecture de l'Évangile de la Résurrection - chant de Ayant contemplé la résurrection du Christ. Psaume 50. Stichères de la résurrection [Prière : Sauve, Seigneur, ton peuple].

Canon de la résurrection avec l'hirmos, sur 4 - de la Croix et de la résurrection, sur 2 - de la Mère de Dieu, sur 2 - et du Saint, sur 6. Si le Saint a deux Canons, on omet le Canon de la Croix et de la résurrection.

Après la 3ème Ode, Kondakion et Ikos, et le sédalène (cathisme poétique) du Saint, deux fois. Gloire - et maintenant. Son théotokion, et la lecture.

Après la 6ème Ode, Kondakion de la résurrection et Ikos. Puis la lecture du Prologue.

Après la 9ème Ode, on chante :Plus vénérable que les Chérubins [le Magnificat]. [petite ecténie] Exapostilaire de la résurrection, Gloire - du Saint. Et maintenant - Théotokion de la résurrection du Ton occurrent.

Aux Laudes, stichères de la résurrection du Ton, sur 4 - et du Saint, sur 4, incluant le doxastikon - avec leurs versets, [pris des Apostiches] des Vêpres. Gloire. Stichère de l'Évangile [Eothinon]. Et maintenant. Tu es toute-bénie, Vierge Mère de Dieu. Puis la Grande Doxologie. Tropaire de la résurrection uniquement, les ecténies, puis le Congé. Sortie [au Narthex] ; lecture de l'enseignement et [psalmodie] de l'Heure de Prime au Narthex.

Prime

À Prime, tropaire de la résurrection. Gloire - du Saint. Et maintenant. Théotokion de l'Heure [de Prime]. Après le Trisagion et Notre Père, Kondakion du Saint.
Aux autres Heures, on alterne les Kondakia de la résurrection et du Saint.

La Liturgie

À la Liturgie, Bienheureux du Ton occurrent, sur 6 - et du Saint, pris dans la 3ème Ode, sur 4.
Après l'Entrée, tropaire et Kondakion, comme il est indiqué au Chapitre 3. On y ajoute le tropaire et le Kondakion de l'église [dédiée] au Saint.

[Après l'Entrée, tropaire de la résurrection et tropaire de la Dédicace, si l'église est consacrée à la Mère de Dieu ou à un Saint.
Si ce n'est pas le cas : Tropaire du Saint - Kondakion de la résurrection.
Kondakion de la Dédicace, si l'église est consacré à un Saint. Gloire - Kondakion du Saint.
Et maintenant - Kondakion de la Dédicace, si l'église est consacrée à la Mère de Dieu.
Si ce n'est pas le cas : Et maintenant - Kondakion : Protectrice intrépide.
Prokimenon - Épître - Alleluia - Évangile - Chant de Communion du Dimanche, puis du Saint].

Folio 12.

- Chapitre 5 -
Pour un Saint pour lequel six stichères sont chantés - occurrent au dimanche

- Le Samedi soir -

Les Vêpres

Aux Grandes Vêpres, après le Cathisme : à Seigneur, je crie vers Toi, 3 stichères de la résurrection ; 3 stichères anatoliens ; 4 stichères du Saint. Gloire - du Saint ; Et maintenant - Théotokion du Ton occurrent. Entrée. Prokimenon du jour ; ecténie Disons tous. [Daigne, Seigneur, ce soir. Ecténie : Achevons notre prière vespérale.] À Litie, stichère de la Dédicace. Gloire - du Saint, s'il y en a. S'il n'y en a pas : Gloire - et maintenant. Théotokion (s'il y a Grande Doxologie, 0n chante à la Litie, les stichères des Apostiches). Ensuite, la prière habituelle de la Litie.

Aux Apostiches, stichères de la résurrection. Gloire - du Saint. Et maintenant - Théotokion de la résurrection, du Ton du tropaire du Saint. Le reste de la Vigile se déroule comme d'habitude.

Les Matines

À Matines, après Le Seigneur est Dieu, Tropaire de la résurrection, deux fois. Gloire - du Saint. Et maintenant - Théotokion de la résurrection, du Ton du tropaire du Saint. la suite, suivant l'Ordo de l'Office de la résurrection [dominical].

Canon de la résurrection avec l'hirmos, sur 4 - de la Croix et de la résurrection, sur 2 - de la Mère de Dieu, sur 2 - et du Saint, sur 6. Catavasia selon l'Ordo [oustav].

Après la 3ème Ode, Kondakion et Ikos, et le sédalène (cathisme poétique) du Saint, deux fois - [Gloire - et maintenant]et son théotokion. Puis la lecture [de la Vie] du Saint.

Après la 6ème Ode, Kondakion de la résurrection et Ikos. Puis la lecture du Prologue.

Après la 9ème Ode, on chante :Plus vénérable que les Chérubins [le Magnificat]. [petite ecténie] Exapostilaire de la résurrection, Gloire - du Saint. Et maintenant - Théotokion de la résurrection du Ton occurrent.

Aux Laudes, stichères de la résurrection du Ton, sur 4 - et du Saint, sur 4, incluant le doxastikon. S'il n'y a pas de stichères du Saint aux Laudes, on chante les stichères de la résurrection comme d'habitude. Gloire. Stichère de l'Évangile [Eothinon]. Et maintenant. Tu es toute-bénie, Vierge Mère de Dieu. Grande Doxologie. Tropaire de la résurrection uniquement. Les deux ecténies, puis le Congé. Ensuite l'enseignement [lecture du Chapitre de saint Théodore Studite] et la [psalmodie] de l'Heure de Prime au Narthex.

À Prime, tropaire de la résurrection. Gloire - du Saint. Et maintenant. Théotokion de l'Heure [de Prime]. Après le Trisagion et Notre Père, Kondakion du Saint - et la suite. (Si le Saint a la Grande Doxologie, après le Trisagion et Notre Père, Kondakion du Saint - aux autres Heures, on alterne les Kondakia de la résurrection et du Saint). Puis le Congé.

La Liturgie

À la Liturgie, Bienheureux du Ton occurrent, sur 6 - et du Saint, pris dans la 3ème Ode, sur 4.
Après l'Entrée, tropaire de la résurrection et tropaire de la Dédicace, si l'église est consacrée à la Mère de Dieu ou à un Saint.
S'il est fait mémoire d'un autre Saint, et qu'un tropaire lui est attribué, on dit également le tropaire de l'autre Saint.
Ensuite, le Kondakion de la résurrection et de la dédicace.
S'il ne s'agit pas d'une église consacrée à la Mère de Dieu : Gloire - Kondakion du Saint dont il est fait mémoire. Et maintenant : Protectrice intrépide.
Prokimenon - Épître - Alleluia - Évangile - Chant de Communion d'abord, du Dimanche - puis du Saint.

Note :
Il convient de savoir que, le dimanche soir, on ne fait jamais de stichologie du Psautier - c'est-à-dire, de récitation de Cathisme. Il en est de même pour les fêtes du Seigneur, des grands Saints, ainsi que pour la dédicace de l'église consacrée à un Saint ou à une Sainte - clairement parce qu'en leur honneur est célébrée la Vigile. Lorsqu'il n'y a pas de Vigile, le Cathisme du Psautier consiste en [le chant de] Bienheureux l'homme - premier Antiphone. Le Samedi soir, c'est l'ensemble du Cathisme qui constitue la stichologie du Psautier, [commençant par le chant de] Bienheureux l'homme.

Folio 13.

- Chapitre 6 -
Ordo des Vigiles nocturnes tout au long de l'année

Il convient de savoir qu'au cours de l'année, il y a 52 Dimanches - et à chaque dimanche, on y célèbre les Vigiles. Dès lors, si l'on ajoute toutes les vigiles dominicales qui se célèbrent au cours de l'année, on en compte 52. Il faut y ajouter les fêtes du Seigneur, où prend place une Vigile. Et si on les considère dans leur ensemble, au long de toute l'année, il y a 68 Vigiles.

Il existe d'autres Vigiles qui figurent dans les Ménées, selon leur Ordo tel qu'il est écrit. Elles peuvent être célébrées si le Supérieur le souhaite, considérant le zèle et le courage dont font preuve les clercs [de sa communauté], dans la quête de leur Salut.

Par ailleurs, on peut citer la Vigile de la Dédicace, dans les monastères - Vigile qui doit toujours être célébrée, car on ne saurait omettre la mémoire [du saint Patron de l'église].


- Chapitre 7 -
Ordo des grandes Vêpres, de l'Office de Minuit et des Matines dominicales
lorsque la Vigile n'est pas célébrée

On saura que :

Si le Dimanche, - selon le souhait du Supérieur - la Vigile n'est pas célébrée en les petites communautés, les Sobor [églises importantes] et les églises paroissiales - dans ce cas, les Grandes Vêpres ainsi que les Matines sont chantées en leur temps, de la façon suivante :

Les Vêpres

Le Samedi soir, après le Congé de l'Office de None [accompli dans le Narthex], le Supérieur, le prêtre désigné ainsi que tout les frères, entrent dans [la nef de] l'église. Le prêtre reçoit la bénédiction du Supérieur ; il se rend devant les Portes Royales et fait trois métanies. Il prend l'épitrachile [étole], embrasse la croix qui se trouve à son sommet, et la place sur son cou.

Il dit : Béni soit notre Dieu. Il ouvre le rideau intérieur, fait de soie [tafta] - ou tissé d'une autre matière. Le Supérieur dit ensuite : Venez, adorons. - suivi du psaume initial [qui est lu, et non chanté]. Si le Supérieur ne célèbre pas en cette occasion, cela est dit par le prêtre le plus ancien.

Le prêtre désigné se tient devant les Portes Royales, disant secrètement les prières « de l'allumage des lampes » [les sept prières vespérales], tête découverte. Il dit ensuite l'ecténie et l'ekphonèse correspondante. On chante le reste des Vêpres, comme c'est indiqué plus haut, pour les Grandes Vêpres célébrées lors des Vigiles.

Cependant, après l'ecténie : Achevons notre prière vespérale au Seigneur. - on chante aux Apostiches les stichères de la Résurrection. Après qu'ils soient chantés, le Suprieur dit : Maintenant, ô Maître, laisse ton serviteur s'en aller en paix. Le Lecteur dit le Trisagion [le Notre Père] et ce qui suit. Le prêtre proclame : Car à Toi appartiennent le règne, la puissance et la gloire. - de l'intérieur du Saint Autel [du Sanctuaire]. Puis le Lecteur dit les tropaires apolytikia [du Congé] comme d'habitude.

Le Diacre, quant à lui, se tient à l'extérieur [du Sanctuaire], devant l'icône du Christ, et s'exclame : Sagesse. Le Choeur : Père, bénis. Le prêtre dit, de l'intérieur [du Sanctuaire] : Que vous bénisse Celui qui est béni, le Christ notre Dieu, en tout temps, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Le Choeur : Amen. Affermis, Seigneur, notre très-pieux Souverain, notre grand Tsar et Empereur Nicolas Alexandrovitch de toutes les Russies, et [conforte] la sainte Foi orthodoxe - et la suite.

Folio 14.

Ensuite, le prêtre dit d'une voix douce : Très-sainte Mère de Dieu, sauve-nous.

En réalité, il s'agit d'une erreur théologique : seul le Christ sauve. La Mère de Dieu intercède auprès de Lui, mais ne sauve pas. Il est donc théologiquement plus exact de dire : Très-sainte Mère de Dieu, intercède pour nous.

Le Choeur : Plus vénérable que les Chérubins. Et à nouveau le prêtre : Gloire à Toi, Christ Dieu notre espérance, gloire à Toi. Puis le Choeur dit : Gloire - et maintenant. Kyrie eleison - trois fois. Père, bénis. Les Portes Saintes s'ouvrent, et le prêtre a abaissé son phélone. Le diacre se tient au-dehors [du Sanctuaire], à droite, tenant l'orarion comme de coutume. Le prêtre dit le Congé du jour. Ensuite [sont dites] les acclamations [polychronion].

Les Complies

Note :
Après que les frères aient soupé, celui qui est chargé de l'église [tserkovnik] reçoit à nouveau la bénédiction du Supérieur - s'il est présent - ou en son absence, du prêtre désigné. Ensuite, il sonne la petite cloche ou [fait résonner] la simandre à main, comme d'habitude. Les frères s'étant rassemblés dans le Narthex, le prêtre désigné commence [le début de l'Office]. On chante les Complies avec le Canon, comme d'habitude.

Après le Congé habituel, le Supérieur dit : Par les prières de nos saints Pères, Seigneur Jésus-Christ notre Dieu, aie pitié de nous. Les frères s'avancent deux par deux, font une métanie devant le Supérieur, et reçoivent de lui la bénédiction et le pardon. Ensuite le Supérieur fait en retour une métanie et demande lui-même le pardon de leur part.

L'Office de Minuit

Le matin, le parecclésiarque sonne la cloche, comme d'habitude, et la simandre. Les frères s'étant rassemblés dans l'église, le prêtre donnd [la bénédiction] initiale : Béni soit notre Dieu. Immédiatement, le lecteur dit : Gloire à Toi, notre Dieu, Gloire à Toi. Roi céleste. Trisagion - et après le Notre Père : Kyrie eleison 12 fois. Venez, adorons - trois fois, et le psaume 50.

Ensuite, on chante le Canon à la Trinité [du Ton occurrent, dans l'Octoèque], avec respect et componction. Après le Canon, on chante les mégalynaires triadiques [de Grégoire le Sinaïte], comme suit : Il est vraiment digne de chanter la Trinité, suprême Dieu - et les autres tropaires. Ensuite le Trisagion et le Notre Père, puis l'Hypakoï du Ton. Ensuite : Kyrie eleison - 40 fois. Gloire - et maintenant. Plus vénérable que les Chérubins. - et l'ekphonèse [la bénédiction] du prêtre : Que Dieu nous soit compatissant et qu'Il nous bénisse ; qu'il fasse luire sa Face sur nous et qu'Il ait pitié de nous. Le prêtre dit la prière : Toute-puissante, vivifiante, sainte et lumineuse Trinité. Puis le Congé, et le Pardon habituel.

Ensuite, le prêtre dit l'ecténie : Prions pour notre très-pieux Souverain. Nous répondons : Kyrie eleison d'une voix douce et mélodieuse. À la fin de l'ecténie, le Supérieur dit : Par les prières de nos saints Pères, Seigneur Jésus-Christ notre Dieu, aie pitié de nous. Après le Congé, on entre dans [la Nef de] l'église.

Les Matines

Le prêtre entre au Saint Autel [dans le Sanctuaire], revêt l'épitrachile [étole] et met l'encens dans l'encensoir qui a été préparé par l'ecclésiarque. Il dit la prière habituelle [de bénédiction de] l'encens - se tient devant la Sainte Table [l'Autel], et trace le signe de Croix avec l'encensior, disant : Béni soit notre Dieu, en tout temps, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Auparavant, il a ouvert le rideau de soie qui est à l'intérieur des Portes Royales. Ensuite, il encense autour de la Sainte Table, et l'ensemble de l' Autel [du Sanctuaire]. Ensuite il sort par le côté Nord, encence les saintes icônes, le Supérieur et toute [l'église], comme d'habitude.

Le lecteur, après [avoir entendu ] Béni soit notre Dieu - dit : Amen. Venez, adorons - et les psaumes habituels : Que le Seigneur t'exauce au jour de la détresse - Seigneur, dans ta puissance se réjouit le Roi. [psaumes 19 et 20] - Trisagion et Notre Père.

Note :
Le Lecteur ainsi que le prêtre doivent prendre garde au fait que lorsque [le prêtre] dit : Car à Toi appartiennent le règne, la puissance et la gloire - celui-ci doit se trouver au milieu de l'église [c'est-à-dire, sur la Solea, devant les Portes Royales].

Ensuite, le tropaire : Sauve ton peuple, Seigneur - et la suite. Puis le prêtre encense à nouveau le Supérieur et les saintes icônes. Il entre en le Saint Autel [dans le Sanctuaire] par le côté Sud, et se tient devant la Sainte Table, tenant en main l'encensoir, et dit l'ecténie : Aie pitié de nous, ô Dieu, en ta grande miséricorde - et la suite. Ensuite, [il dit] l'ekphonèse : Car tu es un Dieu de miséricorde et plein d'amour pour les hommes. Les Chantres : Amen. Au nom du Seigneur, père, bénis.

Ensuite, le prêtre - traçant le signe de Croix avec l'encensoir, devant la Sainte Table, dit à haute voix : Gloire à la sainte, consubstantielle vivifiante et indivisible Trinité, en tout temps, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Puis le Supérieur dit : Gloire à Dieu au plus haut des cieux - et l'hexapsalme, comme d'habitude. Le prêtre remet l'encensoir à sa place, sort de l'Autel [du Sanctuaire], et se tient à sa place habituelle. Lorsque le Supérieur a lu les trois [premiers] psaumes [de l'hexapsalme] - et ait dit : Seigneur, Dieu de mon Salut, le prêtre s'avance et se tient devant les Portes royales et saintes. Il s'incline et revêt l'épitrachile [l'étole], il dit secrètement les prières matinales. [Quand l'hexapsalme est terminé, il dit la grande] ecténie, comme d'habitude. Et la suite des Matines, nous la chantons comme elle est décrite pour les Matines célébrées lors d'une Vigile, au chapitre 3 - et ceci jusqu'à la fin, puis de même pour l'Heure de Prime et la Liturgie.

On saura que :
- À la Liturgie : le Je crois en un seul Dieu - et le Notre Père ;
- À Vêpres : le psaume initial - Lumière joyeuse - Daigne, Seigneur, ce soir - Maintenant, ô Maitre, laisse ton serviteur s'en aller en paix ;
- À Matines : l'hexapsalme ; Puisque la gloire te revient, Seigneur notre Dieu - Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre - Il est bon de rendre grâce au Seigneur, de chanter pour ton nom - Roi céleste, affermis les Chrétiens orthodoxes :
sont dits par le Supérieur.

Le Trisagion et le Notre Père : à Vêpres, après Maintenant, ô Maitre, laisse ton serviteur s'en aller en paix - et à Matines, après Il est bon de rendre grâce au Seigneur, de chanter pour ton nom :
sont dits par le Lecteur.

Il convient de savoir que : Lorsque surviennent les grandes fêtes du Seigneur ou de la Mère de Dieu, et les deux fêtes du Précurseur - sa Nativité et sa Décollation - ainsi que les fêtes des saints Pierre et Paul et de saint Jean le Théologien - ou quand c'est la fête de la Dédicace, la péricope de l'Apôtre [l'Épître] et de l'Évangile du jour qui tombent le jour même de la fête, devront être lues [lors de la Liturgie] le jour précédant la fête, au début [pod zatchalo - c'est-à-dire : la veille de la fête, la parémie « du jour » et la parémie « de la fête », anticipée d'une journée - sont lus comme un seul et même texte, sans solution de continuité]. Le jour même de la fête, on lit uniquement [les parémies] de la fête, comme c'est le cas pour l'Office tout entier.









- EXTRAITS DE L'HIRMOLOGE -

Hirmologe - Imprimerie synodale, 1881. Réimpression : Monastère de Stretenie, Moscou 2003.

- Annexe I -

Formulaire férial du Canon : GOSPODIVI POÏEM

Lors de l'élaboration de la prière liturgique matinale de l'Église, la première idée fut de chercher dans les Écritures, les textes pouvant convenir à la Louange divine. Cette recherche donna la sélection de neuf prières remarquables :

- 1ère ode : cantique de Moïse (Ex XV, 1-20)
- 2ème ode : 2ème cantique de Moïse (Deut XXXII, 1-43)
- 3ème ode : cantique d'Anne (I Rois, II, 1-10)
- 4ème ode : cantique d'Habacuc (Ha III, 2-19)
- 5ème ode : cantique d'Isaïe (Is XXVI, 9-21)
- 6ème ode : cantique de Jonas (Jon II, 3-11)
- 7ème ode : cantique des Trois Enfants (Dn 111,26-57)
- 8ème ode : cantique des Créatures (Dn,III,57-88)
- 9ème ode : cantique de la Mère de Dieu (Lc 1,46-55) et cantique de Zacharie (Lc I, 67-79)

L'extrême austérité du deuxième cantique de Moïse, qui contient essentiellement les reproches que le saint prophète adresse à son peuple - ont incité des saints Pères à réserver ce cantique exclusivement pour le Grand et Saint Carême. En-dehors de la Sainte Quarantaine, on passe directement de la première à la troisième Ode.

Rapidement, on a voulu inclure dans l'Office divin la célébration des fêtes rappelant les épisodes principaux de la vie du Christ et de la Mère de Dieu, ainsi que la mémoire des Saints. Dans cet esprit, des tropaires ont été intercalés entre les versets des Odes bibliques.

L'ensemble se révéla être d'une extrême longueur ; dès lors il s'avèra nécessaire d'abréger le texte scripturaire.
À cet effet, furent créés trois formulaires :

1) Un formulaire abrégé des Odes bibliques du Canon, pour les temps ordinaires - en-dehors du Grand Carême.
Ce formulaire porte le titre des premiers mots de la première Ode : GOSPODIVI POÏEM - « Chantons le Seigneur ».

2) Un formulaire abrégé des Odes bibliques du Canon, pour les célébrations solennelles - en-dehors du Grand Carême.
Ce formulaire porte le titre des premiers mots de la première Ode : POÏEM GOSPODIVI - « Chantons le Seigneur ».

Ce sont ces deux formulaires que nous trouvons ci-dessous.

3) Un formulaire abrégé des Odes bibliques du Canon, pour le temps du Grand Carême.
Ce formulaire porte le titre des premiers mots de la première Ode : POÏEM GOSPODIVI - « Chantons le Seigneur ».

L'application de ce formulaire est présentée de façon détaillée dans la partie du Typikon traitant de la période du Triode (chapitre 49). C'est pourquoi nous ne présentons pas ce formulaire ici.

Par la suite, seul le troisième formulaire : POÏEM GOSPODIVI, pour le Grand Carême, reste en usage - les deux autres formulaires étant pratiquement tombés en désuétude.

Dans ce cas, l'Ode biblique n'est plus rappelée que par le chant de l'Hirmos. Les tropaires alternent avec des versets purement conventionnels, du type : « Saint N. prie Dieu pour nous » - au lieu des versets scripturaires. Tel est le résultat d'une funeste évolution qui tend à remplacer les textes des Saintes Écritures, par des compositions ecclésiastiques.

Hirmologe, p. 126.

Après le psaume 50,

on commence immédiatement les Odes.
Il convient de savoir que, s’il ne s’agit PAS d'un dimanche, NI d’une fête du Christ ou de la Mère de Dieu, NI de leur avant-fête NI de leur après-fête, ou de la célébration d' un Saint - on chante les Odes rapidement comme il est dit ci-dessous.
Le premier Chœur chante GOSPODIVI POÏEM :

- Ode 1 -

Le premier Chœur :

Chantons le Seigneur, car il s'est couvert de gloire.
Il a jeté à l'eau cheval et cavalier.

Ensuite le deuxième Choeur :

Il est mon secours, ma protection, * c'est lui qui m'a sauvé. * Il est mon Dieu, et je veux le glorifier, * le Dieu de mon père, et je l'exalterai.

Et de nouveau le premier Chœur :

Le Seigneur brise les guerres, * "Seigneur" est son nom. * Les chars de Pharaon et son armée, il les jette à la mer.

Le deuxième Choeur :

Le flot les submerge, * ils sombrent dans l'abîme comme une masse.

=============================================================

À partir d’ici commencent les versets, suivant le Ton du Canon ; on chante l’hirmos avec les versets, puis les tropaires, dans l’ordre.

H) On chante l'Hirmos.

Les flots se dressent comme une digue, * les vagues se figent au milieu de la mer.

14) Lecture du tropaire.

L’ennemi se disait : en poursuivant, je les prendrai, * je partagerai le butin, mon âme sera comblée, je l'emporterai par mon glaive, ma main sera plus forte.

13) Lecture du tropaire.

Mais tu envoies ton souffle, et la mer les recouvre, * comme plomb ils s'abîment au sein des vastes eaux.

12) Lecture du tropaire.

Qui est comme toi, Seigneur, parmi les dieux, * qui est comme toi, glorifié parmi les saints, * admirable en gloires, accomplissant des prodiges ?

11) Lecture du tropaire.

Tu étends ta main, et la terre les engloutit ; * ta justice conduit le peuple par toi racheté.

10) Lecture du tropaire.

La puissance le guide vers ta sainte demeure. * À cette nouvelle, les peuples tremblent, * la frayeur secoue les habitants de Philistie.

9) Lecture du tropaire.

- sur huit :

L’épouvante gagne les chefs en Edom, * la terreur saisit les princes de Moab, * ensemble s'effondrent les habitants de Canaan.

8) Lecture du tropaire.

Crainte et tremblement puissent fondre sur eux, * que la force de ton bras les pétrifie !

7) Lecture du tropaire.

- sur six :

Jusqu'à ce que passe ton peuple, Seigneur, * jusqu'à ce que passe ce peuple que tu as acquis.

6) Lecture du tropaire.

Tu fis, Seigneur, ta demeure, * au sanctuaire qu'ont préparé tes mains.

5) Lecture du tropaire.

- sur quatre :

Le Seigneur règne pour les siècles, toujours et à jamais. * Car les chevaux de Pharaon, avec les chars et les cavaliers, s'étaient engagés dans la mer.

4) Lecture du tropaire.

Les enfants d'Israël * passèrent au milieu de la mer à pied sec.

3) Lecture du tropaire.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit.

2) Lecture du tropaire.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

1) Lecture du tropaire.

-----------------------------------------------------------------

Il convient de savoir que la deuxième Ode n’est jamais chantée, sauf le mardi de la Sainte Quarantaine.


- Ode 3 -

Le premier Chœur :

Mon cœur est affermi dans le Seigneur, * mon front s'exalte en mon Dieu. * Ma bouche s'élargit, défiant mes adversaires; * oui, je me réjouis de ton salut.

Ensuite le deuxième Choeur :

Car il n'est pas de saint comme le Seigneur, * il n'est pas de juste comme notre Dieu, * nul n'est saint en dehors de toi.

Et de nouveau le premier Chœur :

Point de jactance et trêve aux paroles hautaines, * assez d'insolence à la bouche !

Le deuxième Choeur :

Car le Seigneur est un Dieu qui sait tout, * un Dieu qui pèse tout propos.

=============================================================

H) On chante l'Hirmos.

L’arc des puissants, il l'affaiblit, * les faibles, il les ceint de vigueur.

14) Lecture du tropaire.

Les repus se voient privés de pain, * les affamés n'ont plus à travailler la terre.

13) Lecture du tropaire.

La stérile enfante sept fois, * la mère aux nombreux fils se flétrit.

12) Lecture du tropaire.

Le Seigneur invite à la mort et à la vie, * il fait descendre aux enfers et en ramène.

11) Lecture du tropaire.

Le Seigneur appauvrit et enrichit, il abaisse et il exalte. * De la poussière il relève l'indigent, * du fumier il redresse le pauvre,

10) Lecture du tropaire.

Pour l'asseoir avec les princes de son peuple, * lui donner en héritage un trône de gloire.

9) Lecture du tropaire.

- sur huit :

Il exauce la prière de qui l'implore, * il bénit les années du juste.

8) Lecture du tropaire.

Le Seigneur affaiblit qui s'oppose à lui ; * le Seigneur est saint.

7) Lecture du tropaire.

- sur six :

Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, * ni le puissant de sa puissance, ni le riche de sa richesse !

6) Lecture du tropaire.

Qu’il pratique droite justice * au milieu de la terre.

5) Lecture du tropaire.

- sur quatre :

Le Seigneur, monté aux cieux, fait entendre le tonnerre : lui-même, il va juger la terre entière, car il est juste.

4) Lecture du tropaire.

Il donnera la puissance à notre roi, il exaltera le front de son oint.

3) Lecture du tropaire.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit.

2) Lecture du tropaire.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

1) Ensuite on chante l’Hirmos de la troisième Ode du dernier Canon qui célèbre la mémoire du jour. En semaine, on fait de même pour l’Hirmos de la sixième, huitième et neuvième Ode. Pour les autres Odes, c’est-à-dire la première, la quatrième, la cinquième et la septième, lorsqu’on chante l’Octoèque avec le Ménée, pendant toute l’année, on ne dit pas l’Hirmos du Ménée, à part ceux qui sont indiqués ici.

-----------------------------------------------------------------

- Ode 4 -

Le premier Chœur :

Seigneur, à l'ouïe de la nouvelle te concernant, la crainte m'a pris, * Seigneur, j'ai saisi le sens de ton oeuvre et je suis frappé de stupeur.

Ensuite le deuxième Choeur :

Quand mon âme sera troublée, au milieu de ta colère, * tu te souviendras de ta miséricorde.

Et de nouveau le premier Chœur :

Dieu viendra de Théman, * le Dieu saint de la montagne ombragée par la forêt.

Le deuxième Choeur :

Son renom a couvert les cieux, * la terre est pleine de sa louange.

=============================================================

H) On chante l'Hirmos.

Tu rejettes la mort sur la tête des impies, * à jamais tu les enchaînes jusqu'au cou.

14) Lecture du tropaire.

Dans ton élan, tu abats la tête des puissants, * qui se ruaient pour nous disperser, * se flattant de dévorer le pauvre en secret.

13) Lecture du tropaire.

Tu as mené tes chevaux dans la mer * piétiner les profondes eaux.

12) Lecture du tropaire.

J’ai observé, et mon cœur a frémi, * à la nouvelle, mes lèvres ont tremblé.

11) Lecture du tropaire.

Un frisson pénètre mes os, * en moi chancelle ma vigueur.

10) Lecture du tropaire.

Je n'ai de cesse que le jour de l'affliction, * ne se lève sur le peuple qui nous opprime.

9) Lecture du tropaire.

- sur huit :

Alors, plus de bourgeons sur le figuier, * plus de pampres sur les vignes.

8) Lecture du tropaire.

Déception que le fruit de l'olivier, * dans les champs, plus de récolte.

7) Lecture du tropaire.

- sur six :

Sans pâture, point de brebis * et plus de bestiaux dans les étables.

6) Lecture du tropaire.

Et moi, j'exulte dans le Seigneur, * je jubile en Dieu mon Sauveur.

5) Lecture du tropaire.

- sur quatre :

Le Seigneur mon Dieu est ma force, * il affermit mes pas jusqu'au bout.

4) Lecture du tropaire.

Il me fait monter sur les hauteurs, pour la victoire, au chant de son cantique.

3) Lecture du tropaire.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit.

2) Lecture du tropaire.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

1) Lecture du tropaire.

-----------------------------------------------------------------

- Ode 5 -

Le premier Chœur :

La nuit, je veille devant toi, Seigneur, * car tes préceptes illuminent la terre.

Ensuite le deuxième Choeur :

Apprenez la justice, vous tous, * les habitants de l'univers.

=============================================================

H) On chante l'Hirmos.

Tu lèves ton bras, Seigneur, ils ne l'ont pas vu ; * qu'ils le sachent et soient confondus.

14) Lecture du tropaire.

La jalousie saisira un peuple sans instruction, * maintenant le feu va dévorer tes adversaires.

13) Lecture du tropaire.

Seigneur notre Dieu, donne-nous la paix, * puisque toute chose nous vient de toi.

12) Lecture du tropaire.

Seigneur notre Dieu, sois notre maître, * nous n'en connaissons nul autre que toi, * c'est ton nom que nous proclamons.

11) Lecture du tropaire.

Les morts ne verront pas la Vie ; * même les médecins ne se relèveront pas.

10) Lecture du tropaire.

Car Tu les as châtiés et fait périr, * et tu as enlevé tout mâle parmi eux.

9) Lecture du tropaire.

- sur huit :

Fais venir des maux sur eux, Seigneur, * fais venir des maux sur les glorieux de la terre.

8) Lecture du tropaire.

Seigneur, dans l’épreuve nous nous sommes souvenus de Toi ; * par une courte épreuve, Tu nous as fait la leçon.

7) Lecture du tropaire.

- sur six :

Comme crie, dans ses douleurs, la femme enceinte sur le point d'enfanter, * ainsi sommes-nous devenus pour ton bien-aimé.

6) Lecture du tropaire.

Nous ne tomberons pas, * mais ils tomberont, tous les habitants de la terre.

5) Lecture du tropaire.

- sur quatre :

Tes morts revivront ; ils se lèveront, ceux qui gisent dans les tombeaux, * ceux de la terre exulteront de joie.

4) Lecture du tropaire.

Car la rosée qui vient de toi sera leur guérison, * mais la terre des impies disparaîtra.

3) Lecture du tropaire.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit.

2) Lecture du tropaire.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

1) Lecture du tropaire.

-----------------------------------------------------------------

Il convient de savoir que l’on ne commence pas par la stichologie [c'est-à-dire par le chant alterné des quatres versets initiaux] de la sixième Ode, mais on dit l’hirmos puis un tropaire sans verset - et ensuite on commence à alterner les tropaires et versets de la sixième Ode, comme suit. On fait de même pour la septième et la neuvième Ode. Par contre, pour la septième Ode, on chante la stichologie complète, pendant la sainte Quarantaine.


- Ode 6 -

H) On chante l'Hirmos.

13) Lecture du tropaire.

Dans ma détresse, j'ai invoqué le Seigneur, * et il m'a répondu.

12) Lecture du tropaire.

Tu m'as jeté dans l'abîme, au cœur des eaux, * et les flots me cernaient.

11) Lecture du tropaire.

L’écume de tes vagues, les larmes de tes flots * ont passé sur moi.

10) Lecture du tropaire.

Je me disais: me voilà rejeté loin de tes yeux, * pourrai-je revoir ton temple saint ?

9) Lecture du tropaire.

- sur huit :

Les eaux m'ont assailli jusqu'à l'âme * et le fond de l'abîme m'a cerné.

8) Lecture du tropaire.

Ma tête s'enfonça jusqu'aux racines des montagnes, * je descendis au pays que ferment les éternels verrous.

7) Lecture du tropaire.

- sur six :

Mais de la fosse tu as fait remonter ma vie * vers toi, Seigneur mon Dieu.

6) Lecture du tropaire.

Que ma prière parvint jusqu'à toi, * dans ton temple saint.

5) Lecture du tropaire.

- sur quatre :

Ceux qui s’attachent à la vanité et au mensonge * s’écartent de ta miséricorde.

4) Lecture du tropaire.

J’accomplirai envers toi, Seigneur, * le vœu que j'ai fait pour mon salut.

3) Lecture du tropaire.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit.

2) Lecture du tropaire.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

1) Lecture du tropaire.

-----------------------------------------------------------------

- Ode 7 -

H) On chante l'Hirmos.

13) Lecture du tropaire.

Béni es-tu, Seigneur, Dieu de nos Pères, * ton nom est loué et exalté dans tous les siècles.

12) Lecture du tropaire.

Car tu es juste en tout ce que tu nous as fait, * tes voies sont droites.

11) Lecture du tropaire.

Tes jugements sont équitables, * tu as porté juste sentence en tout ce que tu as fait venir sur nous.

10) Lecture du tropaire.

Et sur Jérusalem, * la ville sainte de nos pères.

9) Lecture du tropaire.

- sur huit :

Béni es-tu, Seigneur, Dieu de nos Pères, * surpassant toute louange et par-dessus tout exalté dans les siècles.

8) Lecture du tropaire.

Béni est le saint nom de ta gloire, * surpassant toute louange et par-dessus tout exalté dans les siècles.

7) Lecture du tropaire.

- sur six :

Béni es-tu dans le temple de ta sainte gloire, * surpassant toute louange et par-dessus tout exalté dans les siècles.

6) Lecture du tropaire.

Béni es-tu qui sondes les abîmes et sièges sur les Chérubins, * surpassant toute louange et par-dessus tout exalté dans les siècles.

5) Lecture du tropaire.

- sur quatre :

Béni es-tu sur le trône de gloire de ton royaume, * surpassant toute louange et par-dessus tout exalté dans les siècles.

4) Lecture du tropaire.

Béni es-tu au firmament du ciel, surpassant toute louange et par-dessus tout exalté dans les siècles.

3) Lecture du tropaire.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit.

2) Lecture du tropaire.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

1) Lecture du tropaire.

-----------------------------------------------------------------

- Ode 8 -

Le premier Chœur :

Bénissez, toutes ses œuvres, le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

Ensuite le deuxième Choeur :

Anges du Seigneur et cieux du Seigneur, bénissez le Seigneur * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

Et de nouveau le premier Chœur :

Toutes les eaux par-dessus les cieux, et toutes ses puissances, bénissez le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

Le deuxième Choeur :

Soleil et lune, tous les astres du ciel, bénissez le Seigneur, chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

=============================================================

H) On chante l'Hirmos.

Toute pluie et rosée, tous les souffles du vent, bénissez le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

14) Lecture du tropaire.

Feu et chaleur, frimas et canicule, bénissez le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

13) Lecture du tropaire.

Gelées et grêles, givre et rosée, bénissez le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

12) Lecture du tropaire.

Glaces et neiges, éclairs et nuées, bénissez le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

11) Lecture du tropaire.

Montagnes et collines, toutes les plantes de la terre, bénissez le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

10) Lecture du tropaire.

Sources, mers et fleuves, monstres marins et tout ce qui se meut dans les eaux, bénissez le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

9) Lecture du tropaire.

- sur huit :

Bêtes et bestiaux, et tous les oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

8) Lecture du tropaire.

Fils des hommes, bénissez le Seigneur, Israël bénisse le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

7) Lecture du tropaire.

- sur six :

Prêtres du Seigneur et serviteurs du Seigneur, bénissez le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

6) Lecture du tropaire.

Esprits et âmes des justes, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

5) Lecture du tropaire.

- sur quatre :

Ananias, Azarias, Misaël, bénissez le Seigneur, chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

4) Lecture du tropaire.

Apôtres, Prophètes et Témoins du Seigneur, bénissez le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

3) Lecture du tropaire.

Bénissons le Seigneur, Père, Fils et saint Esprit.

2) Lecture du tropaire.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

1) Lecture du tropaire.

Louons, bénissons le Seigneur, prosternons-nous devant lui, le chantant et l'exaltant dans les siècles.

On fait une métanie - et l'on chante l'Hirmos de la huitième Ode du dernier Canon.

-----------------------------------------------------------------

Cantique de la Mère de Dieu :

- Ode 9 -

Mon âme magnifie le Seigneur * et mon esprit exulte de joie en Dieu mon Sauveur.

Plus vénérable que les Chérubins, * et plus glorieuse incomparablement que les Séraphins * ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, * tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions.

Il s'est penché sur son humble servante, * désormais tous les âges me diront bienheureuse.

Plus vénérable que les Chérubins, * et plus glorieuse incomparablement que les Séraphins * ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, * tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions.

Le Puissant fit pour moi des merveilles, saint est son nom, * et sa miséricorde s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent.

Plus vénérable que les Chérubins, * et plus glorieuse incomparablement que les Séraphins * ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, * tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions.

Déployant la force de son bras, * il disperse les superbes.

Plus vénérable que les Chérubins, * et plus glorieuse incomparablement que les Séraphins * ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, * tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions.

Il renverse les puissants de leur trône, il élève les humbles; * il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.

Plus vénérable que les Chérubins, * et plus glorieuse incomparablement que les Séraphins * ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, * tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions.

Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, * de la promesse faite à nos Pères, en faveur d'Abraham et de sa race à jamais.

Plus vénérable que les Chérubins, * et plus glorieuse incomparablement que les Séraphins * ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, * tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions.

=============================================================

Hymne du Prophète Zacharie, père du Précurseur :

H) On chante l'Hirmos.

Béni soit le Seigneur Dieu d'Israël: * il visite et rachète son peuple.

12) Lecture du tropaire.

Il nous suscite une force de salut * dans la maison de David, son serviteur.

11) Lecture du tropaire.

Comme il l'a dit par la bouche des saints, * ceux d'autrefois, ses prophètes : Salut qui nous arrache à l'oppresseur, * aux mains de tous nos ennemis.

10) Lecture du tropaire.

Amour qu'il scellait avec nos Pères * et souvenir de son alliance sainte.

9) Lecture du tropaire.

- sur huit :

Serment juré à notre père Abraham, de nous donner qu'affranchis de la crainte, * nous soyons délivrés des mains de l'oppresseur.

8) Lecture du tropaire.

Pour que nous le servions en justice et sainteté, * devant sa face tout au long de nos jours.

7) Lecture du tropaire.

- sur six :

Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut, * tu marcheras devant la face du Seigneur pour préparer ses voies.

6) Lecture du tropaire.

Pour faire connaître à son peuple le salut, * en rémission de ses péchés, par miséricorde de notre Dieu.

5) Lecture du tropaire.

- sur quatre :

Par elle, le Soleil levant est venu d'en haut nous visiter, * pour illuminer ceux qui étaient assis dans les ténèbres et à l'ombre de la mort.

4) Lecture du tropaire.

Pour diriger nos pas * sur la voie de la paix.

3) Lecture du tropaire.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit.

2) Lecture du tropaire.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

1) Lecture du tropaire.

On chante l'Hirmos de la neuvième Ode du dernier Canon, puis : « Il est vraiment digne de te bénir, Mère de Dieu » - et ensuite, on dit l'ecténie.

-----------------------------------------------------------------

- Annexe II -

Formulaire férial du Canon : POÏEM GOSPODIVI

[Nous utilisons ce formulaire] le dimanche, lors d’une fête du Christ ou de la Mère de Dieu, de leur avant-fête et de leur après-fête, ou de la célébration d'un Saint pour lequel on chante le Polyléos ou la Grande Doxologie, et pendant toute la période du Pentecostaire.

(lorsqu'il est indiqué « GOSPODIVI POÏEM », on n'utilise pas cette stichologie)

Nous chantons donc les Odes comme suit :

- Le dimanche, immédiatement après que le prêtre ait dit l'ekphonèse : Par la miséricorde, la compassion et l'amour pour les hommes de ton Fils unique. On chante l'Hirmos, puis on dit un tropaire sans verset, proclamant :

Gloire, Seigneur, à ta sainte résurrection.

S'il ne s'agit pas d'une fête du Seigneur, ne de la fête d'un Saint, on chante l'Hirmos deux fois.

Ensuite, le premier Choeur commence par le chant du premier verset de l'Ode :


- Ode 1 -

Le premier Chœur :

Chantons le Seigneur, car il s'est couvert de gloire. * Il a jeté à l'eau cheval et cavalier.

11) Lecture du tropaire.

Ensuite le deuxième Choeur :

Il est mon secours, ma protection, * c'est lui qui m'a sauvé. * Il est mon Dieu, et je veux le glorifier, * le Dieu de mon père, et je l'exalterai.

10) Lecture du tropaire.

Le Seigneur brise les guerres, * "Seigneur" est son nom. * Les chars de Pharaon et son armée, il les jette à la mer..

9) Lecture du tropaire.- sur huit :

L’épouvante gagne les chefs en Edom, la terreur saisit les princes de Moab, * ensemble s'effondrent les habitants de Canaan.

8) Lecture du tropaire.

Crainte et tremblement puissent fondre sur eux, * que la force de ton bras les pétrifie !

7) Lecture du tropaire.- sur six :

Jusqu'à ce que passe ton peuple, Seigneur, * jusqu'à ce que passe ce peuple que tu as acquis.

6) Lecture du tropaire.

Tu fis, Seigneur, ta demeure, * que tu as préparé de tes mains.

5) Lecture du tropaire.- sur quatre :

Le Seigneur règne pour les siècles, * toujours et à jamais.

4) Lecture du tropaire.

Le Seigneur règne pour les siècles, toujours et à jamais. * Car les chevaux de Pharaon, avec les chars et les cavaliers, s'étaient engagés dans la mer, * et sur eux le Seigneur fit refluer les flots.

6) Lecture du tropaire.

Les fils d'Israël passèrent * au milieu de la mer à pied sec.

3) Lecture du tropaire.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit.

2) Lecture du tropaire.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

1) Lecture du tropaire.

- Et chant de la Catavasia pour chaque Ode.

Les règles qui gouvernent les Catavasia pour toute l'année, sont données au chapitre 19 du Typikon.

3) Lecture du tropaire.



-----------------------------------------------------------------

- Ode 3 -

H) On chante l'Hirmos.

Mon cœur est affermi dans le Seigneur, * mon front s'exalte en mon Dieu. * Ma bouche s'élargit, défiant mes adversaires; * oui, je me réjouis de ton salut.

12) Lecture du tropaire.

Car il n'est pas de saint comme le Seigneur, * il n'est pas de juste comme notre Dieu, * nul n'est saint en dehors de toi.

11) Lecture du tropaire.

Point de jactance et trêve aux paroles hautaines, * assez d'insolence à la bouche !

10) Lecture du tropaire.

Car le Seigneur est un Dieu qui sait tout, * un Dieu qui pèse tout propos.

9) Lecture du tropaire.- sur huit :

Il exauce la prière de qui l'implore, * il bénit les années du juste.

8) Lecture du tropaire.

Le Seigneur affaiblit qui s'oppose à lui; * le Seigneur est saint.

7) Lecture du tropaire.- sur six :

Que le sage ne se glorifie pas de sa sagesse, ni le puissant de sa puissance, * ni le riche de sa richesse !

6) Lecture du tropaire.

Mais celui qui se glorifie, qu'il le fasse en connaissant le Seigneur, * en pratiquant droite justice au milieu de la terre.

5) Lecture du tropaire.- sur quatre :

Le Seigneur, monté aux cieux, fait entendre le tonnerre : * lui-même, il va juger la terre entière, car il est juste.

4) Lecture du tropaire.

Il donnera la puissance à notre roi, * il exaltera le front de son oint.

3) Lecture du tropaire.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit.

2) Lecture du tropaire.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

1) Lecture du tropaire.

Catavasia - et l'ecténie.

-----------------------------------------------------------------

- Ode 4 -

H) On chante l'Hirmos.

Seigneur, à l'ouïe de la nouvelle te concernant la crainte m'a pris, * Seigneur, j'ai saisi le sens de ton oeuvre et je suis frappé de stupeur.

12) Lecture du tropaire.

Quand mon âme sera troublée au milieu de ta colère, * tu te souviendras de ta miséricorde.

11) Lecture du tropaire.

Dieu viendra de Théman, * le Dieu saint de la montagne ombragée par la forêt.

10) Lecture du tropaire.

Son renom a couvert les cieux, * la terre est pleine de sa louange.

9) Lecture du tropaire.- sur huit :

Alors, plus de bourgeons sur le figuier, * plus de pampres sur les vignes.

8) Lecture du tropaire.

Déception que le fruit de l'olivier, * dans les champs, plus de récolte.

7) Lecture du tropaire.- sur six :

Sans pâture, point de brebis * et plus de bestiaux dans les étables.

6) Lecture du tropaire.

Et moi, j'exulte dans le Seigneur, je jubile en Dieu mon sauveur.

5) Lecture du tropaire.- sur quatre :

Le Seigneur mon Dieu est ma force, il affermit mes pas jusqu'au bout.

4) Lecture du tropaire.

Il me fait monter sur les hauteurs, pour la victoire, au chant de son cantique.

3) Lecture du tropaire.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit.

2) Lecture du tropaire.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

1) Lecture du tropaire.

Catavasia.

-----------------------------------------------------------------

- Ode 5 -

H) On chante l'Hirmos.

La nuit, je veille devant toi, Seigneur, * car tes préceptes illuminent la terre.

12) Lecture du tropaire.

Apprenez la justice, * vous tous, habitants de l'univers.

11) Lecture du tropaire.

Tu lèves ton bras, Seigneur, ils ne l'ont pas vu ; * qu'ils le sachent et soient confondus.

10) Lecture du tropaire.

La jalousie saisira un peuple sans instruction, * maintenant le feu va dévorer tes adversaires.

9) Lecture du tropaire.- sur huit :

Fais venir des maux sur eux, Seigneur, * fais venir des maux sur les glorieux de la terre.

8) Lecture du tropaire.

Seigneur, dans l’épreuve nous nous sommes souvenus de Toi ; * par une courte épreuve, Tu nous as fait la leçon.

7) Lecture du tropaire.- sur six :

Comme crie, dans ses douleurs, la femme enceinte sur le point d'enfanter, * ainsi sommes-nous devenus pour ton bien-aimé.

6) Lecture du tropaire.

Nous ne tomberons pas, * mais ils tomberont, tous les habitants de la terre.

5) Lecture du tropaire.- sur quatre :

Tes morts revivront; ils se lèveront, ceux qui gisent dans les tombeaux, * ceux de la terre exulteront de joie.

4) Lecture du tropaire.

Car la rosée qui vient de toi sera leur guérison * et la terre rendra le jour aux trépassés.

3) Lecture du tropaire.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit.

2) Lecture du tropaire.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

1) Lecture du tropaire.

Catavasia.

-----------------------------------------------------------------

- Ode 6 -

H) On chante l'Hirmos.

Dans ma détresse, j'ai invoqué le Seigneur, et il m'a répondu.

12) Lecture du tropaire.

Tu m'as jeté dans l'abîme, au cœur des eaux, et les flots me cernaient.

11) Lecture du tropaire.

L’écume de tes vagues, les larmes de tes flots ont passé sur moi.

10) Lecture du tropaire.

Je me disais: me voilà rejeté loin de tes yeux, pourrai-je revoir ton temple saint ?

9) Lecture du tropaire.- sur huit :

Les eaux m'ont assailli jusqu'à l'âme et le fond de l'abîme m'a cerné.

8) Lecture du tropaire.

Ma tête s'enfonça jusqu'aux racines des montagnes, je descendis au pays que ferment les éternels verrous.

7) Lecture du tropaire.- sur six :

Mais de la fosse tu as fait remonter ma vie vers toi, Seigneur mon Dieu.

6) Lecture du tropaire.

Que ma prière parvint jusqu'à toi, dans ton temple saint.

5) Lecture du tropaire.- sur quatre :

Ceux qui s’attachent à la vanité et au mensonge s’écartent de ta miséricorde.

4) Lecture du tropaire.

J’accomplirai envers toi, Seigneur, le vœu que j'ai fait pour mon salut.

3) Lecture du tropaire.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit.

2) Lecture du tropaire.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

1) Lecture du tropaire.

Catavasia - et l'ecténie.

-----------------------------------------------------------------

- Ode 7 -

H) On chante l'Hirmos.

Béni es-tu, Seigneur, Dieu de nos Pères, * ton nom est loué et exalté dans tous les siècles.

12) Lecture du tropaire.

Car tu es juste en tout ce que tu nous as fait, * tes voies sont droites.

11) Lecture du tropaire.

Tes jugements sont équitables. * Tu as porté juste sentence en tout ce que tu as fait venir sur nous.

10) Lecture du tropaire.

Et sur Jérusalem, * la ville sainte de nos pères.

9) Lecture du tropaire.- sur huit :

Béni es-tu, Seigneur, Dieu de nos Pères, * surpassant toute louange et par-dessus tout exalté dans les siècles.

8) Lecture du tropaire.

Béni est le saint nom de ta gloire, * surpassant toute louange et par-dessus tout exalté dans les siècles.

7) Lecture du tropaire.- sur six :

Béni es-tu dans le temple de ta sainte gloire, * urpassant toute louange et par-dessus tout exalté dans les siècles.

6) Lecture du tropaire.

Béni es-tu qui sondes les abîmes et sièges sur les Chérubins, * surpassant toute louange et par-dessus tout exalté dans les siècles.

5) Lecture du tropaire.- sur quatre :

Béni es-tu sur le trône de gloire de ton royaume, * surpassant toute louange et par-dessus tout exalté dans les siècles.

4) Lecture du tropaire.

Béni es-tu au firmament du ciel, * surpassant toute louange et par-dessus tout exalté dans les siècles.

3) Lecture du tropaire.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit.

2) Lecture du tropaire.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

1) Lecture du tropaire.

Catavasia.

-----------------------------------------------------------------

- Ode 8 -

H) On chante l'Hirmos.

Bénissez, toutes ses œuvres, le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

12) Lecture du tropaire.

Anges du Seigneur et cieux du Seigneur, bénissez le Seigneur * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

11) Lecture du tropaire.

Toutes les eaux par-dessus les cieux, et toutes ses puissances, bénissez le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

10) Lecture du tropaire.

Soleil et lune, tous les astres du ciel, bénissez le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

9) Lecture du tropaire.- sur huit :

Bêtes et bestiaux, et tous les oiseaux du ciel, bénissez le Seigneur, chantez-le, * exaltez-le dans les siècles.

8) Lecture du tropaire.

Fils des hommes, bénissez le Seigneur, Israël bénisse le Seigneur, chantez-le, * exaltez-le dans les siècles.

7) Lecture du tropaire.- sur six :

Prêtres du Seigneur et serviteurs du Seigneur, bénissez le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

6) Lecture du tropaire.

Esprits et âmes des justes, saints et humbles de cœur, bénissez le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

5) Lecture du tropaire.- sur quatre :

Ananias, Azarias, Misaël, bénissez le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

4) Lecture du tropaire.

Apôtres, Prophètes et Témoins du Seigneur, bénissez le Seigneur, * chantez-le, exaltez-le dans les siècles.

3) Lecture du tropaire.

Bénissions le Seigneur, Père, au Fils et saint Esprit.

2) Lecture du tropaire.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

1) Lecture du tropaire.- On dit aussi :

Louons, bénissons le Seigneur, prosternons-nous devant lui, le chantant et l'exaltant dans tous les siècles.

On fait une métanie et chante la Catavasia.

-----------------------------------------------------------------

Cantique de la Mère de Dieu :

- Ode 9 -

Mon âme magnifie le Seigneur * et mon esprit exulte de joie en Dieu mon Sauveur.

Plus vénérable que les Chérubins, * et plus glorieuse incomparablement que les Séraphins * ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, * tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions.

Il s'est penché sur son humble servante, * désormais tous les âges me diront bienheureuse.

Plus vénérable que les Chérubins, * et plus glorieuse incomparablement que les Séraphins * ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, * tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions.

Le Puissant fit pour moi des merveilles, saint est son nom, * et sa miséricorde s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent.

Plus vénérable que les Chérubins, * et plus glorieuse incomparablement que les Séraphins * ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, * tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions.

Déployant la force de son bras, * il disperse les superbes.

Plus vénérable que les Chérubins, * et plus glorieuse incomparablement que les Séraphins * ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, * tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions.

Il renverse les puissants de leur trône, il élève les humbles; * il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.

Plus vénérable que les Chérubins, * et plus glorieuse incomparablement que les Séraphins * ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, * tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions.

Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, * de la promesse faite à nos Pères, en faveur d'Abraham et de sa race à jamais.

Plus vénérable que les Chérubins, * et plus glorieuse incomparablement que les Séraphins * ô Vierge qui as enfanté le Verbe de Dieu, * tu es vraiment la Mère de Dieu, nous te magnifions.

=============================================================

Hymne du Prophète Zacharie, père du Précurseur :

H) On chante l'Hirmos.

Béni soit le Seigneur Dieu d'Israël: * il visite et rachète son peuple.

12) Lecture du tropaire.

Il nous suscite une force de salut * dans la maison de David, son serviteur.

11) Lecture du tropaire.

Comme il l'a dit par la bouche des saints, * ceux d'autrefois, ses prophètes : Salut qui nous arrache à l'oppresseur, * aux mains de tous nos ennemis.

10) Lecture du tropaire.

Amour qu'il scellait avec nos Pères * et souvenir de son alliance sainte.

9) Lecture du tropaire.

- sur huit :

Serment juré à notre père Abraham, de nous donner qu'affranchis de la crainte, * nous soyons délivrés des mains de l'oppresseur.

8) Lecture du tropaire.

Pour que nous le servions en justice et sainteté, * devant sa face tout au long de nos jours.

7) Lecture du tropaire.

- sur six :

Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut, * tu marcheras devant la face du Seigneur pour préparer ses voies.

6) Lecture du tropaire.

Pour faire connaître à son peuple le salut, * en rémission de ses péchés, par miséricorde de notre Dieu.

5) Lecture du tropaire.

- sur quatre :

Par elle, le Soleil levant est venu d'en haut nous visiter, * pour illuminer ceux qui étaient assis dans les ténèbres et à l'ombre de la mort.

4) Lecture du tropaire.

Pour diriger nos pas * sur la voie de la paix.

3) Lecture du tropaire.

Gloire au Père et au Fils et au saint Esprit.

2) Lecture du tropaire.

Maintenant et toujours et dans les siècles des siècles. Amen.

1) Lecture du tropaire.

Catavasia, et l'ecténie - car en ces jours on ne chante pas « Il est vraiment digne de te bénir, Mère de Dieu ».

Ensuite, on chante l'Exapostilaire.

-----------------------------------------------------------------


ligne ornementale


T. des Matières

Page précédente

Retour haut de page

Page suivante