Orthodoxie en Abitibi

Apocalypse : Prologue et trois premières Visions

Étude XLVI : Apocalypse : Prologue et trois premières Visions

- P. Georges Leroy -

Cliquer ci-dessous, pour vous retrouver aux points correspondants du texte :

Le Prologue
Apocalypse : le Livre des quarante visions
Première vision : Je vis sept chandeliers d'or
Deuxième vision : La mer de verre et le trône
Troisième vision : Le Livre scellé de sept sceaux

Quels sont les objectifs que nous nous proposons d'atteindre ?

Le livre de l'Apocalypse est problématique à plusieurs égards : en le lisant, nous croyons assister à un film « avec effets spéciaux », dont les images nous paraissent plutôt clinquantes et tapageuses… En tout cas, le langage de l'Apocalypse contraste vivement avec la sobriété du texte de l'Évangile de Jean, tant sur le plan du vocabulaire que sur celui de l'imagerie employée. Nous reconnaissons difficilement la main de Jean, dans cet écrit flamboyant et tumultueux. Le livre de l'Apocalypse connut une réception facile en Occident ; par contre, en Orient, la méfiance fut de règle. La Lettre festale 39 d’Athanase d'Alexandrie (367), est le plus ancien document qui énumère le Canon du Nouveau Testament avec l'ensemble des 27 livres, Apocalypse comprise. L'Église gardait une attitude prudente envers cet écrit, car l'Apocalypse a fourni des arguments et une iconographie à un grand nombre de sectes et d'hérésies diverses. À chaque génération, nombreux furent ceux qui prophétisèrent une fin du monde imminente. - Nous allons explorer ce texte, recherchant sa structure et découvrant le sens qu'il nous apporte. De nombreuses questions se poseront à nous : pouvons-nous penser que l'Évangéliste Jean soit l'auteur de cet écrit ? Le livre de l'Apocalypse parle-t-il réellement d'une « fin des temps » chronologique ? Quelle place tient le texte de l'Apocalypse, dans le schéma de la Rédemption ? Comment pouvons-nous situer le livre de l'Apocalypse dans la Tradition spirituelle orthodoxe, sachant que ce texte n'est jamais lu liturgiquement dans l'église ?


L'Apocalypse : le Livre de la Venue du Christ
Prologue

Voici le texte : chapitre 1, versets 1 à 9 :

- 1 -

L'Ange remet le Livre à Jean

1 ; 1 Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a confiée pour découvrir à ses serviteurs les événements qui doivent arriver bientôt; et qu'il a fait connaître, en l'envoyant par son ange, à Jean, son serviteur,
2 qui a attesté la parole de Dieu et le témoignage de Jésus-Christ en tout ce qu'il a vu.
3 Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de cette prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites, car le temps est proche !

- 2 -

1 ; 4 Jean aux sept Églises qui sont en Asie : grâce et paix vous soient données de la part de Celui Qui Est, qui Était et qui Vient, et de la part des sept esprits qui sont devant son trône, et de la part de Jésus-Christ ;
5 c'est le Témoin fidèle, le Premier-né d'entre les morts et le Prince des rois de la terre.

- 3 -

1 ; 6 À Celui qui nous a aimés, qui nous a lavés de nos péchés par son sang, et qui nous a faits rois et prêtres de Dieu, son Père, à Lui la gloire et la puissance des siècles des siècles ! Amen !

- 4 -

1 ; 7a Le voici qui vient sur les nuées.

- 5 -

1 ; 7b Tout œil Le verra, et ceux même qui L'ont percé ; et toutes les tribus de la terre se frapperont la poitrine en Le voyant. Oui. Amen !

- 6 -

1 ; 8 « JE SUIS l'Alpha et l'Oméga », dit le Seigneur Dieu, Celui qui Est, qui Était et qui Vient, le Tout-Puissant.

- 7 -

1 ; 9 Moi Jean, votre frère et comparticipant en l'épreuve, à le Royaume et en la constance en Jésus, j'étais dans l'île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus.


**************************

Première partie : 1 ; 1 - 3.

1 ; 1 Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a confiée pour découvrir à ses serviteurs les événements qui doivent arriver bientôt; et qu'il a fait connaître, en l'envoyant par son ange, à Jean, son serviteur,
2 qui a attesté la parole de Dieu et le témoignage de Jésus-Christ en tout ce qu'il a vu.
3 Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de cette prophétie, et qui gardent les choses qui y sont écrites, car le temps est proche !

Le Livre de la Révélation :

1 ; 1 « Révélation APOKALUPSIS de Jésus-Christ que Dieu Lui a confiée ». L'« Apocalypse » est en réalité le LIVRE DE LA RÉVÉLATION. Il s’agit de la Révélation confiée par le Père au Christ.

« Pour montrer à ses serviteurs ce qui doit arriver bientôt ». Cette expression est une citation de Daniel 2 ; 28 :
« Il y a un Dieu dans le ciel, qui révèle les mystères et qui a fait connaître au roi Nabuchodonosor ce qui doit arriver à la fin des jours », c-à-d. l’effondrement de la statue composite.

Révélation descendante :

« Et qu'Il (le Père) a fait connaître en envoyant par son Ange à son serviteur Jean ». De façon « descendante », la Révélation vient du Père, par le Fils, et est transmise par un Ange, à Jean.

Révélation ascendante :

1 ; 2 (Jean) « qui témoigne du Verbe de Dieu et du Témoignage (marturian) de Jésus-Christ, toutes ses visions » (hosa eiden). De façon « ascendante », Jean témoigne du Verbe qui lui a été annoncé par l’Ange, tandis que Jésus-Christ témoigne du Père.
Jean a attesté la Parole de Dieu et le Témoignage de Jésus-Christ en tout ce qu’il a vu.

Suit la première des sept Béatitudes que contient le texte de l’Apocalypse (1 ; 3) :

Heureux celui qui lit et ceux qui entendent
les paroles de cette prophétie et qui gardent les choses qui y sont écrites :
car le temps est proche.

Parallèle à :

Septième partie : 1 ; 9.

1 ; 9 Moi Jean, votre frère et comparticipant en l'épreuve, en le Royaume et en la constance en Jésus, j'étais dans l'île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus.

- Comme dans la première partie, Jean apparaît ;

- nous retrouvons l’expression « témoignage de Jésus », comme dans la première partie.

++++++++++++++++++++++++++++++

Deuxième partie : 1 ; 4 - 5.

1 ; 4 Jean aux sept Églises qui sont en Asie : grâce et paix vous soient données de la part de Celui Qui Est, qui Était et qui Vient, et de la part des sept esprits qui sont devant son trône, et de la part de Jésus-Christ ;
5 c'est le Témoin fidèle, le Premier-né d'entre les morts et le Prince des rois de la terre.

Nous avons l'énoncé du PREMIER NOM DIVIN :

Celui Qui Est, qui Était et qui Vient.

TROIS TITRES sont donnés au Christ :

- Témoin fidèle ;
- Premier-né d'entre les morts ;
- Prince des rois de la terre.

Parallèle à :

Sixième partie : 1 ; 8.

1 ; 8 « JE SUIS l'Alpha et l'Oméga », dit le Seigneur Dieu, Celui qui Est, qui Était et qui Vient, le Tout-Puissant.

Nous avons l'énoncé du DEUXIÈME NOM DIVIN :

JE SUIS l'Alpha et l'Oméga.

TROIS TITRES sont donnés au Christ :

- Seigneur Dieu ;
- Celui qui Est, qui Était et qui Vient ;
- le Tout-Puissant (pantokratôr).

Le Nom divin et trois titres ; le parallélisme entre la deuxième et la sixième partie est éclairant.

++++++++++++++++++++++++++++++

Troisième partie : 1 ; 6.

1 ; 6 À Celui qui nous a aimés, qui nous a lavés de nos péchés par son sang, et qui nous a faits rois et prêtres de Dieu, son Père, à Lui la gloire et la puissance des siècles des siècles ! Amen !

« Je vous tiendrai pour un royaume de prêtres et une nation consacrée » Exode 19 ; 6.

Parallèle à :

Cinquième partie : 1 ; 7b.

1 ; 7b Tout œil Le verra, et ceux même qui L'ont percé ; et toutes les tribus de la terre se frapperont la poitrine en Le voyant. Oui. Amen !

« Ils regarderont vers Celui qu’ils ont transpercé : ils feront sur Lui la lamentation comme on la fait pour un fils unique et ils le pleureront comme on pleure un premier-né » Zacharie, 12 ; 10.

« Alors apparaîtra dans le ciel le Signe du Fils de l’Homme ; et alors toutes les races de la terre se frapperont la poitrine ; et l’on verra le Fils de l’Homme venir sur les nuées du ciel avec puissance et gloire » Matthieu 24 ; 30.

++++++++++++++++++++++++++++++

Quatrième partie (partie centrale) : 1 ; 7a.

1 ; 7a Le voici qui vient sur les nuées.

« Voici, venant sur les nuées comme un Fils d’Homme » - Daniel, 7 ; 13.

Jésus cite le prophète Daniel, lorsqu'Il est interrogé par le Grand-Prêtre :

De nouveau le Grand-Prêtre L'interrogea et Lui dit : « Es-Tu le Christ, le Fils du Béni ? » - JE SUIS, répondit Jésus, et vous verrez le Fils de l'Homme siéger à la droite de la Puissance et venir avec les nuées du ciel » Mc. 14 ; 61 - 62.

Cette parole entraîna l'immédiate condamnation à mort de Jésus de la part du Sanhédrin, car chacun avait reconnu en ces mots l'affirmation explicite de la messianité du Christ.

La venue du Fils de l’Homme est le thème central du Prologue, et de toute l’Apocalypse. Le Christ a dit à ses disciples :

Quand Je serai allé vous préparer une place, Je reviendrai vous prendre avec Moi, afin que là où JE SUIS, vous soyez, vous aussi Jn. 14 ; 3.


**************************

Apocalypse : Le Livre des quarante visions.

Croix triomphante

La vision a une importance fondamentale dans l'Apocalypse :

Jean a attesté (...) en tout ce qu'il a vu. 1 ; 2.

Je fus ravi en esprit le Jour du Seigneur, et j'entendis derrière moi une voix forte, comme une trompette, qui disait : ce que tu vois, écris-le dans un livre... 1 ; 10.

Nombreux sont les passages qui décrivent une vision. Ces passages commencent par les expressions suivantes :
- « je vis », sous toutes ses formes : « et je vis » ; « alors je vis » ; « puis je vis » ; « « après cela, je vis »...
- « et voici qu'apparut à mes yeux » ; « tels m'apparurent en vision » ;
- il arrive aussi que « un Ange montre » l'Épouse de l'agneau ; la Ville sainte, ; le fleuve d'eau de Vie.

Parcourons l'ensemble des visions de l'Apocalypse :

- 1 -

1 ; 12 Quand je me fus retourné, je vis sept chandeliers d’or.
La vision des sept chandeliers, et les lettres au sept Églises.

- 2 -

4 ; 1 J'eus ensuite une vision. Voici, une porte était ouverte au ciel, et la voix que j'avais naguère entendue me parler comme une trompette me dit : Monte ici, que je te montre ce qui doit arriver par la suite.
Suit la vision du Trône, des 24 Anciens, de la Mer de verre et des Vivants.

- 3 -

5 ; 1 Et je vis dans la main droite de Celui qui siège sur le trône un livre roulé, écrit au recto et au verso, et scellé de sept sceaux.
5 ; 2 Et je vis un Ange puissant proclamant à pleine voix : " Qui est digne d'ouvrir le livre et d'en briser les sceaux ? "
QUI peut ouvrir le Livre ? Personne.

- 4 -

5 ; 6 Alors je vis, debout entre le trône aux quatre Vivants et les Anciens, un Agneau, comme égorgé, portant sept cornes et sept yeux, qui sont les sept Esprits de Dieu en mission par toute la terre.
L’Agneau reçoit le Livre de la main de Celui qui siège sur le Trône.

- 5 -

5 ; 11 Puis je vis, et j'entendis la voix d'une multitude d'Anges rassemblés autour du trône, des Vivants et des Anciens - ils se comptaient par myriades de myriades et par milliers de milliers !
La louange de toutes les créatures.

- 6 -

6 ; 1 Et je vis l'Agneau qui ouvrit le premier des sept sceaux, et j'entendis le premier des quatre Vivants crier comme d'une voix de tonnerre : " Viens ! "
L’Agneau ouvre le premier sceau.

- 7 -

6 ; 2 - 4 Et voici qu'apparut à mes yeux un cheval blanc ; celui qui le montait tenait un arc ; on lui donna une couronne et il partit en vainqueur, et pour vaincre encore.
L’apparition du Cheval blanc.

- 8 -

6 ; 5 - 6 Lorsqu'il ouvrit le troisième sceau, j'entendis le troisième Vivant crier : " Viens ! " Et voici qu'apparut à mes yeux un cheval noir ; celui qui le montait tenait à la main une balance...
L’apparition de la Famine.

- 9 -

6 ; 7 - 8 Et voici qu'apparut à mes yeux un cheval verdâtre ; celui qui le montait, on le nomme : la Mort ; et l'Hadès le suivait. Alors, on leur donna pouvoir sur le quart de la terre, pour exterminer par l'épée, par la faim, par la peste, et par les fauves de la terre.
L’apparition de la Mort et de l’Enfer, avec pouvoir sur le quart de la terre.

- 10 -

6 ; 9 - 11 Lorsqu'il ouvrit le cinquième sceau, je vis sous l'Autel les âmes de ceux qui furent égorgés pour la Parole de Dieu et le témoignage qu'ils avaient rendu.
Vision des âmes des Martyrs qui demandent justice.

- 11 -

6 ; 12 - 17 Et je vis, quand il ouvrit le sixième sceau, alors il se fit un violent tremblement de terre, et le soleil devint noir comme une étoffe de crin, et la lune devint tout entière comme du sang...
Le tremblement de terre ; les cieux enroulés ; les puissants de la terre se cachent.

- 12 -

7 ; 1 Après quoi je vis quatre Anges, debout aux quatre coins de la terre, retenant les quatre vents de la terre pour qu'il ne soufflât point de vent, ni sur la terre, ni sur la mer, ni sur aucun arbre.
La vision des quatre Anges.

- 13 -

7 ; 2 - 8 Puis je vis un autre Ange monter de l'Orient, portant le sceau du Dieu vivant ; il cria d'une voix puissante aux quatre Anges auxquels il fut donné de malmener la terre et la mer :
Le recensement des 144.000 enfants d’Israël, marqués au front.

- 14 -

7 ; 9 - 8 ; 1 Après cela, je vis une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, de toute nation, race, peuple et langue ; debout devant le trône et devant l'Agneau, vêtus de robes blanches, de palmes à la main...
Le triomphe des Élus - les Martyrs qui ont lavé leurs robes dans le Sang de l’Agneau.

- 15 -

8 ; 2 - 12 Et je vis les sept Anges qui se tiennent devant Dieu ; on leur remit sept trompettes.
Les sept Anges aux sept trompettes - les quatre premiers Anges.

- 16 -

8 ; 13 Puis je vis, et j'entendis un aigle volant au zénith et criant d'une voix puissante : " Malheur, malheur, malheur aux habitants de la terre, à cause de la voix des dernières trompettes dont les trois Anges vont sonner !
Vision de l’Aigle.

- 17 -

9 ; 1 - 16 Et le cinquième Ange sonna… Et je vis un astre qui du ciel avait chu sur la terre. On lui remit la clef du puits de l'Abîme.
L’invasion des sauterelles - le cinquième et le sixième Ange.

- 18 -

9 ; 17 - 21 Tels m'apparurent en vision les chevaux et leurs cavaliers : ceux-ci portent des cuirasses de feu, d'hyacinthe et de soufre ; quant aux chevaux, leur tête est comme celle du lion, et leur bouche crache feu et fumée et soufre ;
La libération des Anges de l’Euphrate (9 ; 14) et les cavaliers tuant le tiers de l’humanité.

- 19 -

10 ; 1 - 7 Je vis ensuite un autre Ange puissant, descendre du ciel enveloppé d'une nuée, un arc-en-ciel au-dessus de la tête, le visage comme le soleil et les jambes comme des colonnes de feu.
10 ; 5 Alors l'Ange que j'avais vu, debout sur la mer et la terre, leva la main droite au ciel…
Le petit livre – les deux témoins – la Femme revêtue de soleil – le combat contre la Bête.

- 20 -

13 ; 1 - 10 Alors je vis surgir de la mer une Bête ayant sept têtes et dix cornes, sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des titres blasphématoires.
13 ; 2 La Bête que je vis ressemblait à une panthère, avec les pattes comme celles d'un ours et la gueule comme une gueule de lion ; et le Dragon lui transmit sa puissance et son trône et un pouvoir immense.
La Bête à sept têtes et à dix cornes.

- 21 -

13 ; 11 - 18 Puis je vis surgir de la terre une autre Bête ; elle avait deux cornes comme un agneau, mais parlait comme un dragon.
L’autre Bête, à deux cornes – nombre 666.

- 22 -

14 ; 1 - 5 Et je vis, et voici que l'Agneau apparut à mes yeux ; il se tenait sur le mont Sion, avec cent quarante-quatre milliers de gens portant inscrits sur le front son nom et le nom de son Père.
Vision de l’Agneau et des 144.000 rachetés.

- 23 -

14 ; 6 - 13 Et je vis un autre Ange qui volait au zénith, ayant une bonne nouvelle éternelle à annoncer à ceux qui demeurent sur la terre, à toute nation, race, langue et peuple.
L’Ange de l’Evangile éternel – un autre ange annonce la chute de Babylone – un troisième Ange annonce le châtiment des adorateurs de la Bête. Deuxième Béatitude.

- 24 -

14 ; 14 - 20 Et je vis, et voici qu'apparut à mes yeux une nuée blanche et sur la nuée était assis comme un Fils d'homme, ayant sur la tête une couronne d'or et dans la main une faucille aiguisée.
La moisson et la vendange.

- 25 -

15 ; 1 Et je vis dans le ciel encore un signe, grand et merveilleux : sept Anges, portant sept fléaux, les derniers puisqu'ils doivent consommer la colère de Dieu.
Les sept Anges.

- 26 -

15 ; 2 - 4 Et je vis comme une mer de cristal mêlée de feu, et ceux qui ont triomphé de la Bête, de son image et du chiffre de son nom, debout près de cette mer de cristal.
La mer de verre – louange du Pantokrator ; Cantique de l'Agneau

- 27 -

15 ; 5 - 16 ; 12 Et après cela, je vis s’ouvrir dans le ciel, le sanctuaire de la Tente du Témoignage,
La vision du Ciel ouvert, les Vivants donnent aux Anges les sept Coupes.

- 28 -

16 ; 13 - 21 Et je vis, de la gueule du Dragon, et de la gueule de la Bête, et de la gueule du faux prophète, surgir trois esprits impurs, comme des grenouilles
Vision des esprits impurs sortant de la Bête. Troisième Béatitude.

- 29 -

17 ; 1 - 5 Il me transporta au désert, en esprit. Et je vis une femme, assise sur une Bête écarlate couverte de titres blasphématoires et portant sept têtes et dix cornes.
Vision de la femme assise sur la Bête écarlate.

- 30 -

17 ; 6 - 18 Et je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang des martyrs de Jésus. À sa vue, je fus bien stupéfait ;
L’Ange révèle le mystère de la femme et de la Bête qui la porte.

- 31 -

18 ; 1 - 19 ; 10 Après cela, je vis descendre du ciel un autre Ange, ayant un grand pouvoir, et la terre fut illuminée de sa splendeur.
Annonce de la chute de Babylone. Le chant des quatre Alleluia. Quatrième Béatitude.

- 32 -

19 ; 11 - 16 Et je vis le ciel ouvert, et voici un cheval blanc ; celui qui le monte s'appelle " Fidèle " et " Vrai ", il juge et fait la guerre avec justice.
Celui qui monte sur le Cheval blanc est le Verbe de Dieu.

- 33 -

19 ; 17 - 18 Et je vis un Ange, debout sur le soleil, crier d'une voix puissante à tous les oiseaux qui volent au zénith : " Venez, ralliez le grand festin de Dieu !
Le festin des oiseaux de proie.

- 34 -

19 ; 19 - 21 Et je vis la Bête, avec les rois de la terre et leurs armées rassemblés pour engager le combat contre le Cavalier et son armée.
La défaite de la Bête et du faux prophète.

- 35 -

20 ; 1 Et je vis un Ange descendre du ciel, ayant en main la clef de l'Abîme, ainsi qu'une énorme chaîne.
Captivité de Satan pour Mille ans.

- 36 -

20 ; 4 Et je vis des trônes sur lesquels ils s'assirent, et on leur remit le jugement ; et aussi les âmes de ceux qui furent décapités pour le témoignage de Jésus et la Parole de Dieu, et tous ceux qui refusèrent d'adorer la Bête et son image, de se faire marquer sur le front ou sur la main ; ils reprirent vie et régnèrent avec le Christ mille années.
La Première Résurrection. Cinquième Béatitude.

- 37 -

20 ; 11 Et je vis un trône blanc, très grand, et Celui qui siège dessus. Le ciel et la terre s'enfuirent de devant sa face sans laisser de traces.
Vision du Trône immaculé.

- 38 -

20 ; 12 Et je vis les morts, grands et petits, debout devant le trône ; on ouvrit des livres, puis un autre livre, celui de la Vie ; alors, les morts furent jugés d'après le contenu des livres, chacun selon ses œuvres.
La seconde mort.

- 39 -

21 ; 1 Et je vis un ciel nouveau, une terre nouvelle - car le premier ciel et la première terre ont disparu, et de mer, il n'y en a plus.
21 ; 2 Et je vis la Cité sainte, Jérusalem nouvelle, qui descendait du ciel, de chez Dieu ; elle s'est faite belle, comme une jeune mariée parée pour son époux.
Déclaration de Celui qui siège sur le Trône. Le Nom divin.

- 40 -

21 ; 9 L’un des sept Anges qui tenaient les sept Coupes pleines des sept dernières plaies, vint me parler et me dit : viens, je te montrerai la nouvelle mariée, l’Epouse de l’Agneau.
21 ; 10 Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne, et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du Ciel d’auprès de Dieu.
22 ; 1 Puis il me montra un fleuve d’eau de la Vie…
La vision de la Nouvelle Jérusalem. Sixième et septième Béatitude.

Et l'anti-vision :

21 ; 22 Du Temple, je n'en vis point en elle ; c'est que le Seigneur, le Dieu Maître-de-tout, est son Temple, ainsi que l'Agneau.

Il y a donc quarante visions dans l'Apocalypse. Ce n'est pas un hasard.

Le nombre quarante indique un passage :
- le peuple d'Israël erra quarante ans dans le désert : « Vos fils seront nomades dans le désert pendant quarante ans, portant le poids de votre infidélité, jusqu'à ce que vos cadavres soient au complet dans le désert » Nb. 14 ; 33.
- Moïse avait quarante ans, lorsque la pensée lui vint de visiter ses frères, les enfants d'Israël (Actes 7 ; 23).
Lors de sa vision du Sinaï, « Moïse pénétra dans la nuée ; il gravit la montagne, sur laquelle il demeura quarante jours et quarante nuits » (Exode 24 ; 18).
- Le prophète Élie « marcha quarante jours et quarante nuits jusqu'à la montagne de Dieu, l'Horeb » (I Rois, 19 ; 8).
- Enfin, Jésus fut tenté pendant quarante jours au désert (Mt. 4 ; 2).

Le prologue de l'Apocalypse nous a montré que cet ouvrage est « le Livre de la Venue » - la venue du Christ parmi nous, que ce soit lors de l'aboutissement cosmique de notre espace-temps, ou au profond de notre être spirituel, s'agissant de la venue du Pantocrator qui dissipe les brumes de la mortalité, pour y faire resplendir la lumière de notre divinisation.

Les quarante visions de l'Apocalypse nous donnent le fil d'or que nous allons suivre. Ce sont les étapes de notre progression - au départ de l'espace-temps où nous vivons aujourd'hui - pour aboutir à la Jérusalem céleste, qui est l'espace-temps du Royaume.
C'est un escalier mystique aux quarante marches, dont chaque degré est une étape de notre progression vers la communion ultime avec les Personnes trinitaires.


**************************

Première vision : « Je vis sept chandeliers d'or ».

Du chapitre 1 ; 10, jusqu'au chapitre 3 ; 22.

1 ; 10 Je fus ravi en esprit le jour du Seigneur, et j'entendis derrière moi une voix forte, comme une trompette, qui disait :
11 « Ce que tu vois, écris-le dans un livre, et envoie-le aux sept Églises qui sont en Asie : à Éphèse, à Smyrne, à Pergame, à Thyatire, à Sardes, à Philadelphie et à Laodicée ».
12 Alors je me retournai pour voir quelle était la voix qui me parlait ; et quand je me fus retourné, JE VIS (eidon) sept chandeliers d'or,
13 et, au milieu des chandeliers, quelqu'un qui ressemblait à un fils d'homme ; il était vêtu d'une longue robe, portait à la hauteur des seins une ceinture d'or ;
14 sa tête et ses cheveux étaient blancs -

1) Celui qui ressemble à un fils d'homme.

Les sept « comme » :

1) comme de la laine blanche,

2) comme de la neige,

C'est la première des douze blancheurs que l’on trouve dans l’Apocalypse :

1) 1 ; 14. Je vis (...) comme un fils d'homme : sa tête, avec ses cheveux blancs, est comme de la laine blanche, ou de la neige.
2) 2 ; 17. Au vainqueur, je donnerai (...) un caillou blanc.
3) 3 ; 4. Quelques-uns de tiens n'ont pas souillé leurs vêtements ; aussi me feront-ils une blanche escorte, car ils en sont dignes.
4) 3 ; 5. Le vainqueur sera donc revêtu de blanc.
5) 3 ; 18. Aussi, suis donc mon conseil : achète (...) des habits blancs pour t'en revêtir.
6) 4 ; 4. Vingt-quatre sièges entourent le trône, sur lesquels sont assis vingt-quatre vieillards vêtus de robes blanches.
7) 6 ; 2. Voici qu'apparut à mes yeux un cheval blanc.
8) 7 ; 14. Ce sont ceux qui viennent de la grande épreuve : ils ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l'Agneau.
9) 14 ; 14. Voici qu'apparut à mes yeux une nuée blanche sur laquelle était assis comme un fils d'homme.
10) 19 ; 11. Je vis le ciel ouvert, et voici un cheval blanc.
11) 19 ; 14. Les armées du ciel le suivaient sur des chevaux blancs, vêtues de lin d'une blancheur parfaite.
12) 20 ; 11. Je vis un trône blanc, très grand, et Celui qui siège dessus.

3) et ses yeux étaient comme une flamme de feu ;

15 4) ses pieds étaient comme de l'airain qu'on aurait embrasé dans une fournaise,

5) et sa voix était comme la voix des grandes eaux.

16 Il tenait dans sa main droite sept étoiles; de sa bouche sortait une épée effilée, à double tranchant,

C'est la première des six épées que l’on trouve dans le texte de l’Apocalypse :

1) 1 ; 16. De sa bouche sortait une épée effilée, à double tranchant.
2) 2 ; 12. Ainsi parle celui qui possède l'épée effilée, à double tranchant.
3) 2 ; 16. Repens-toi, sinon je vais bientôt venir à toi pour combattre ces gens avec l'épée de ma bouche.
4) 6 ; 4. On donna (à celui qui montait un cheval rouge feu) une grande épée.
5) 13 ; 14. L'autre Bête fourvoie les habitants de la terre, leur conseillant de dresser une image en honneur de cette Bête qui, frappés du glaive, a repris vie.
6) 19 ; 15. De la bouche (de celui qui monte un cheval Blanc) sort une épée acérée pour en frapper les païens.

6) et son visage était comme le soleil lorsqu'il brille dans sa force.

La vision de « Celui qui ressemblait à un fils d’homme » est constituée des éléments provenant de trois passages de la prophétie de Daniel :

Daniel, 7 ; 13 – 14 : Je contemplais, dans les visions de la nuit. Voici, venant sur les nuées du ciel, comme un Fils d’Homme. Il s’avança vers l’Ancien et fut conduit en sa présence. A lui fut conféré empire, honneur et royaume, et tous peuples, nations et langues le servirent. Son empire est empire à jamais, qui ne passera pas, et son royaume ne sera pas détruit.

Daniel, 10 ; 5 – 6 : Je levai les yeux pour regarder. Voici : un homme vêtu de lin, les reins ceints d’or pur, son corps avait l’apparence de la chrysolithe, son visage, l’aspect de l’éclair, ses yeux comme des lampes de feu, ses bras et ses jambes comme l’éclat du bronze poli, le son de ses paroles comme la rumeur de la multitude.

Daniel, 7 ; 9 : Je considérais : des trônes furent placés et un Ancien s’assit. Son vêtement, blanc comme la neige, les cheveux de sa tête, purs comme la laine.

17 7) Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort ; et il posa sur moi sa main droite, en disant :

Nous avons l'énoncé du TROISIÈME NOM DIVIN :

1 18 Ne crains pas ; JE SUIS le Premier et le Dernier, et le Vivant ;
et J'ai été mort, et voici que Je suis vivant aux siècles des siècles ;
19 Je tiens les clefs de la mort et de l'Hadès.

Ce Nom divin est particulièrement remarquable (« le premier et le Dernier » est un titre qui se trouve dans l’Épilogue 22 ; 13) : ce Nom divin est précédé de l’avertissement : « ne crains pas » ce qui est précisément ce que Jésus a dit à ses disciples, lorsqu’il marchait sur la houleuse Mer de Galilée : « JE SUIS, ne craignez pas » (Jn. 6; 20). Nous avons vu que ce passage constitue le centre de l’Évangile de Jean.

Écris donc les choses que tu as vues, et celles qui sont, et celles qui doivent arriver ensuite,

Jean doit écrire les choses qui étaient, qui sont et qui seront, à l’image de Celui qui les inspire : Celui Est, qui Était et qui Vient.

20 le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et les sept chandeliers d'or. Les sept étoiles sont les anges des sept Églises, et les sept chandeliers sont sept Églises.

L'enluminure nous montre, sur le registre supérieur, les « sept chandeliers d'or ». Le personnage couché est Jean, qui entend derrière lui une voix « clamer comme une trompette ». Debout, se trouve « comme un fils d'homme », ceint d'une ceinture d'or, avec des cheveux blancs, et sortant de sa bouche une épée à double tranchants. Dans sa main droite, les sept étoiles. Il tient à la main la « clé de la Mort et de l'Hadès ». En bas à gauche, Jean écrit la vision dans un livre, pour l'envoyer aux sept Églises, et d'abord à celle d'Éphèse. Dans le registre inférieur à droite, sept portiques figurent les sept Églises qui, chacune, recevront leur message individualisé. Au milieu à droite, nous avons « l'Ange puissant » qui demandera, plus tard dans le texte : « qui est digne d'ouvrir le livre et d'en briser les sceaux ? »

Les sept chandeliers d'or

2) Les désignations du Christ.

Les Lettres aux Sept Églises sont extrêmement structurées :

- Chacune commence par l’expression : « à l’Ange de l’Église de N. écris ».
- Chacune continue par l’expression : « Ainsi parle le...».
- Suivent, pour chaque Église, sept désignations du Christ :

Ces désignations du Christ sont une mosaïque de citations de l’Introduction des Sept Lettres aux Églises :

1) Celui qui tient les sept étoiles dans sa main droite, Celui qui marche au milieu des sept chandeliers d’or (Église d’Ephèse 2; 1) ;

1 ; 20. le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et les sept chandeliers d'or. Les sept étoiles sont les anges des sept Églises, et les sept chandeliers sont sept Églises.

2) Le Premier et le Dernier, Celui qui était mort et qui a repris vie (Église de Smyrne 2 ; 8) ;

1 ; 18. " Ne crains point; je suis le Premier et le Dernier, et le Vivant et j'ai été mort, et voici que je suis vivant.

3) Celui qui a le glaive aigu à deux tranchants (deuxième des six citations du « glaive acéré à deux tranchants » que l’on trouve dans le texte de l’Apocalypse). (Église de Pergame 2; 12) ;

1 ; 16. Il tenait dans sa main droite sept étoiles; de sa bouche sortait un glaive aigu, à deux tranchants, et son visage était comme le soleil lorsqu'il brille dans sa force.

4) Celui qui a les yeux comme une flamme de feu, et dont les pieds sont semblables à l’airain (Église de Thyatire 2 ; 18) ;

1 ; 14 - 15. Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige, et ses yeux étaient comme une flamme de feu ; ses pieds étaient semblables à de l'airain qu'on aurait embrasé dans une fournaise, et sa voix était comme la voix des grandes eaux.

5) Celui qui a les sept Esprits de Dieu et les sept étoiles (Église de Sardes 3 ; 1)

1 ; 20. Le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma main droite, et les sept chandeliers d'or. Les sept étoiles sont les anges des sept Églises, et les sept chandeliers sont sept Églises.

6) Le Saint, le Véritable, Celui qui a les clefs de David, Celui qui ouvre et personne ne ferme, qui ferme et personne n’ouvre (Église de Philadelphie 3 ; 7)

1 ; 19. Je tiens les clefs de la mort et de l'Hadès.

7) l’Amen, le témoin fidèle et véritable, le Principe de la Création de Dieu (Église de Laodicée 3 ; 14).

1 ; 5. C'est le Témoin fidèle, le Premier-né d'entre les morts et le Prince des rois de la terre. 6 A celui qui nous a aimés, qui nous a lavés de nos péchés par son sang, et qui nous a faits rois et prêtres de Dieu, son Père, à lui la gloire et la puissance des siècles des siècles ! Amen !

Après le conseil donné à chaque Église, figure à sept reprises la formule : « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises » (2 ; 7, 11, 17, 29. 3 ; 6, 13, 22).

3) Les récompenses.

Pour les trois premières Églises (Ephèse, Smyrne, Pergame), après l’expression : « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises », une récompense est annoncée, précédée par les mots : « à celui qui vaincra… » ou « le vainqueur… ».

Pour les Églises suivantes, (Thyatire, Sardes, Philadelphie, Laodicée), l’énoncé de la récompense précède la formule « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Églises », qui devient conclusive. Pour ces quatre Églises, c’est l’expression « le vainqueur… » qui est employée.

Voici quelles sont ces récompenses :

1) Église d’Ephèse :

À celui qui vaincra, Je lui donnerai à manger de l’Arbre de Vie, qui est dans le Paradis de Dieu (2 ; 7).

2) Église de Smyrne :

Celui qui vaincra ne recevra aucun dommage de la seconde mort (2 ; 11).

3) Église de Pergame :

À celui qui vaincra, Je donnerai de la manne cachée ; et Je lui donnerai une pierre blanche (deuxième des sept « blancheurs » que l’on trouve dans l’Apocalypse), et sur cette pierre est écrit un Nom nouveau, que personne ne connaît, si ce n’est celui qui le reçoit (2 ; 17).

4) Église de Thyatire :

L’énoncé de la récompense est bien plus développé :

2 ; 26 Et à celui qui vaincra et qui gardera jusqu’à la fin mes œuvres, je lui donnerai pouvoir sur les nations ; 27 il les gouvernera avec un sceptre de fer, ainsi que l’on brise les vases d’argile, comme Moi-même J’en ai reçu le pouvoir de mon Père, et je lui donnerai l’Étoile du matin.

Psaume 2 ; 2 : Les rois de la terre se sont levés et les princes conspirent à l’unisson contre le Seigneur et contre son Christ. 7 Le décret du Seigneur, je le répète : le Seigneur m’a dit : Tu es mon Fils, aujourd’hui Je T’ai engendré. 8 Demande-le Moi, Je Te donnerai les nations en héritage, Tu domineras jusqu’aux bouts de la terre. 9 Tu les mèneras sous un sceptre de fer et comme vase de potier Tu les briseras !

Ceci fait référence à Apoc. 22 ; 16 :

JE SUIS la racine et la race de David, l'Étoile brillante du matin.

Non seulement, l’énoncé de la récompense est plus développé pour la quatrième Église, mais encore c’est dans le cadre du message adressé à cette Église que nous trouvons le QUATRIÈME NOM DIVIN (2 ; 23):

Toutes les Églises connaîtront que
JE SUIS Celui qui sonde les reins et les cœurs,
Et Je donnerai à chacun de vous selon vos œuvres.

5) Église de Sardes :

Celui qui vaincra sera ainsi revêtu de vêtements blancs (ce verset est précédé de cette affirmation : « tu as à Sardes quelques personnes qui n’ont pas souillé leurs vêtements ; ceux-là marcheront avec Moi en vêtements blancs, parce qu’ils en sont dignes.. C’est troisième des sept « blancheurs » que l’on trouve dans l’Apocalypse) ; Je n’effacerai pas son nom du Livre de Vie, et Je confesserai son nom devant mon Père et devant ses Anges (3 ; 5).

6) Église de Philadelphie :

Celui qui vaincra, J’en ferai une colonne dans le Temple de mon Dieu, et il n’en sortira plus ; et J’écrirai sur lui le Nom de mon Dieu, et le nom de la Ville de mon Dieu, de la Nouvelle Jérusalem, qui descend du Ciel d’auprès de mon Dieu, et mon Nom nouveau (3 ; 12).

7) Église de Laodicée :

Celui qui vaincra, Je le ferai asseoir avec Moi sur mon Trône, comme Moi aussi j’ai vaincu et Me suis assis avec mon Père sur son Trône (3 ; 21) - ( « S’asseoir sur le trône », ou « Celui qui siège sur le trône » est ici la première des douze occurrences de cette expression dans le texte de l’Apocalypse).

4) Les Sept Noms divins dans l'ensemble du texte de l'Apocalypse

Récapitulons les Noms divins que nous avons découverts jusqu’à présent :

Les deux premiers Noms divins nous sont donnés par le Prologue :

- 1 -
(1 ; 4)
Jean, aux sept Églises qui sont en Asie : à vous grâce et paix
de la part de CELUI QUI EST, CELUI QUI ÉTAIT ET CELUI QUI VIENT,
et de la part des sept Esprits qui sont devant son Trône,
et de la part de JÉSUS-CHRIST
1 ; 5 le TÉMOIN FIDÈLE
le PREMIER-NÉ D’ENTRE LES MORTS
et le Prince des Rois de la terre.

- 2 -
(1 ; 8) :
JE SUIS l'Alpha et l'Oméga,
dit le Seigneur Dieu
Celui qui Est, qui Était et qui Vient
Le Pantokrator.

C’est la première citation du titre « Pantokrator » des sept que nous trouvons dans le texte de l’Apocalypse :
1) 1 ; 8 Celui qui Est, qui Était et qui Vient, Le Pantokrator.
2) 4 ; 8 Saint, Saint, Saint, Seigneur le Dieu le Pantokrator.
3) 11 ; 17 Nous Te rendons grâce, Seigneur le Dieu le Pantokrator.
4) 15 ; 3 Grandes et merveilleuses sont tes oeuvres, Seigneur le Dieu le Pantokrator.
5) 16 ; 14 ...pour le Grand Jour du Dieu Pantokrator.
6) 19 ; 6 Alleluia ! car Il a pris possession de son règne, le Seigneur, notre Dieu Pantokrator.
7) 21 ; 22 le Seigneur le Dieu le Pantokrator est son temple...

Le troisième Nom divin apparaît dans l’introduction aux Lettres au sept Églises :

- 3 -
(1 ; 18)
Ne crains point ;
JE SUIS le Premier et le Dernier, et le Vivant ;
et j'ai été mort, et voici que je suis vivant
aux siècles des siècles ;
19 je tiens les clefs de la mort et de l'Hadès.

Le quatrième Nom divin apparaît dans la quatrième Lettre, celle à l’Église de Thyatire :

- 4 -
(2 ; 23)
Toutes les Églises connaîtront que
JE SUIS Celui qui sonde les reins et les cœurs,
Et Je donnerai à chacun de vous selon vos œuvres.

Le cinquième Nom divin apparaît dans le passage qui précède l’Épilogue :

- 5 -
(21 ; 6)
JE SUIS l'Alpha et l'Oméga,
le Commencement et la Fin.
À celui qui a soif, Je donnerai gratuitement de l’Eau de la Vie.

Les sixième et septième Noms divins apparaissent dans l’Épilogue :

- 6 -
(22 ; 13)
JE SUIS l'Alpha et l'Oméga,
le Premier et le Dernier,
le Commencement et la Fin.

- 7 -
(22 ; 16)
JE SUIS la racine et la race de David,
l'Étoile brillante du matin.


5) Les qualités des Églises

Quelles sont les qualités de ces Églises ?

Ci-dessous : lettre à l'Ange de l'Église d'Éphèse.

L'Église d'Éphèse

1) de l’Église d’Ephèse :

Je connais tes œuvres, ton labeur et ta patience (2 ; 2).
Je sais que tu ne peux supporter les méchants ; que tu as éprouvé ceux qui se disent apôtres et qui ne le sont pas, et que tu les as trouvés menteurs. (2 ; 3) que tu as de la patience, que tu as eu à supporter pour mon Nom, et que tu ne t’es point lassé.
Tu as en ta faveur que tu hais les œuvres des Nicolaïtes , œuvres que Moi aussi je hais (2 ; 6).

Les « Nicolaïtes » sont cités par saint Irénée (deuxième siècle), au milieu de divers gnostiques (ébionites, disciples de Cérinthe et de Marcion…) dont il décrit les doctrines :

Les Nicolaïtes ont pour maître Nicolas, un des sept premiers diacres qui furent constitués par les Apôtres (Act. 6 ; 5 – 6). Ils vivent sans retenue. L’Apocalypse de Jean manifeste pleinement ce qu’ils sont : ils enseignent que la fornication et la manducation des viandes offertes aux idoles sont choses indifférentes. Aussi l’Écriture dit-elle à leur propos : (2 ; 6) Tu as en ta faveur que tu hais les œuvres des Nicolaïtes , œuvres que Moi aussi je hais ».

Irénée de Lyon, Contre les Hérésies, I, 26, 3.


Ci-dessous : lettre à l'Ange de l'Église de Smyrne.

L'Église de Smyrne

2) de l’Église de Smyrne :

Je connais ta tribulation et ta pauvreté (2 ; 9).











Ci-dessous : lettre à l'Ange de l'Église de Pergame.

L'Église de Pergame

3) de l’Église de Pergame :

La quatrième Église reçoit un traitement particulier. L’énumération des qualités de cette Église n’est pas introduite par l’expression «Je connais», mais bien par ces mots :


Je sais où tu habites : là où se trouve le trône de Satan ; mais tu es fermement attaché à mon Nom, et tu n’as pas renié ta Foi, même en ces jours où Antipas, mon témoin fidèle a été mis à mort chez vous, où Satan habite » (2 ; 13).


Ci-dessous : lettre à l'Ange de l'Église de Thyatire.

L'Église de Thyatire

4) de l’Église de Thyatire :


Je connais tes œuvres, ton amour, ta Foi, ta bienfaisance, ta patience et ces dernières œuvres plus nombreuses que les premières (2 ; 19).









Ci-dessous : lettre à l'Ange de l'Église de Sardes.

L'Église de Sardes

5) de l’Église de Sardes :


Je connais tes œuvres : tu as la réputation d’être vivant, mais tu es mort (3 ; 1).
Pourtant, tu as à Sardes quelques personnes qui n’ont pas souillé leurs vêtements ; ceux-là marcheront avec Moi en vêtements blancs, parce qu’ils en sont dignes (3 ; 4).





Ci-dessous : lettre à l'Ange de l'Église de Philadelphie

L'Église de Philadelphie

6) de l’ Église de Philadelphie :

Je connais tes œuvres : voici que J’ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer,

Au verset précédent 3 ; 7, le Christ s’est désigné comme « le Saint, le Véritable, Celui qui a la clef de David, Celui qui ouvre et personne ne ferme ». L’Église de Philadelphie a le privilège d’avoir immédiatement devant elle la Porte qu’est le Christ, selon les termes de l’Évangile : Je suis la Porte des brebis. Jean 10 ; 7

parce que tu as peu de puissance, que tu as gardé ma Parole et que tu n’as pas renié mon Nom (3; 8).


Ci-dessous : lettre à l'Ange de l'Église de Laodicée.

L'Église de Laodicée

7) de l’Église de Laodicée - ici, c'est plutôt une condamnation :


Je connais des œuvres : tu n’es ni froid ni chaud. Plût à Dieu que tu fusses froid ou chaud ! Aussi, parce que tu es tiède et que tu n’es ni froid ni chaud, je vais te vomir de ma bouche.






6) Les reproches adressées aux Églises

1) à l’Église d’Éphèse :

2 ; 4 J’ai contre toi que tu t’es relâché de ton premier amour.

Suit un appel au repentir :

2 ; 5 Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi et reviens à tes premières œuvres sinon, Je viendrai à toi

C’est la première citation de « erchomai - Je viendrai à toi » des sept que nous trouvons dans le texte de l’Apocalypse :
1) 1 , 7 Le voici qui vient, escorté de nuées. 2) 2 ; 5 Reviens à tes premières œuvres sinon, Je viendrai à toi
3) 2 ; 16 Allons ! Repens-toi, sinon je vais bientôt venir à toi pour combattre ces gens avec l'épée de ma bouche.
4) 3 ; 3 Si tu ne veilles pas, je viendrai comme un voleur, sans que tu saches à quelle heure je te surprendrai.
5) 3 ; 11 Je viens bientôt tachu erchomai.
6) 22 ; 10 Je viens bientôt.
7) 22 ; 20 Oui, Je viens bientôt !

et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes.

Il y a aussi une référence à la situation de l’Église d’Éphèse de l’époque :

2 ; 6 Tu as en ta faveur que tu hais les œuvres des Nicolaïtes.


2) à l’Église de Smyrne :

2 ; 9 (Je connais) les insultes de ceux qui se disent Juifs mais ne le sont pas, mais bien une synagogue de Satan.

Ce reproche ne s’adresse pas à l’Église de Smyrne, à qui il est dit :

2 ; 9 Ne crains rien de ce que tu auras à souffrir.
2 ; 10 Sois fidèle jusqu’à la mort et Je te donnerai la couronne de Vie.

Il y a aussi une référence à la situation de l’Église de Smyrne de l’époque :

2 ; 10 Vous subirez dix jours d'épreuve.


3) à l’Église de Pergame :

Les reproches sont bien situés dans l’époque, et parlent de compromis avec la paganisme :

2 ; 14 J’ai contre toi quelques griefs : c’est que tu as là des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui conseillait à Balac de mettre devant les fils d’Israël une pierre d’achoppement, pour les amener à manger des viandes immolées aux idoles et à se livrer à l’impudicité.
2 ; 15 « De même toi aussi, tu as des gens attachés pareillement à la doctrine des Nicolaïtes.

Suit un appel à la repentance :

2 ; 16 Repens-toi ! sinon, Je viendrai à toi promptement (deuxième des sept citations de erchomai dans l’Apocalypse) et Je leur ferai la guerre avec la glaive de ma bouche (troisième des six citations du « glaive acéré à deux tranchants » que l’on trouve dans le texte de l’Apocalypse).


4) à l’Église de Thyatire :

Les reproches sont précisément situés dans l’époque, et parlent de compromis avec une pseudo-prophétesse de la secte des Nicolaïtes :

2 ; 20 J’ai contre toi quelques griefs : c’est que tu laisses la femme Jézabel, se disant prophétesse, enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu’ils se livrent à l’impudicité et mangent des viandes immolées aux idoles.

Suit un avertissement, vu l’absence de repentir :

2 ; 21 - 22 Je lui ai donné du temps pour faire pénitence, et elle ne veut pas se repentir de son impudicité. Voici que je vais la jeter sur un lit, et plonger dans une grande tristesse ses compagnons d’adultère, s’ils ne se repentent des œuvres qu’elle leur a enseignées.
2 ; 23 Je frapperai de mort ses enfants.

- suit l’énoncé du Nom divin. Puis un conseil :

2 ; 24 – 25 « Je ne vous imposerai pas d’autre fardeau ; seulement, tenez ferme ce que vous avez, jusqu’à mon retour.


5) à l’Église de Sardes :

3 ; 2 Sois vigilant, et affermis le reste qui allait mourir, car Je n’ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant mon Dieu.

Suit un appel à la repentance :

3 ; 3 Souviens-toi de l’enseignement que tu as reçu et entendu ; gardes-le et repens-toi.

Puis un conseil :

3 ; 4 Si donc tu ne veilles pas, Je viendrai à toi comme un voleur, sans que tu ais su à quelle heure Je viendrai à Toi.


6) à l’Église de Philadelphie :

Il n’y a pas de critique :

3 ; 9 Voici que Je te donne quelques-uns de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs et ne le sont point, mais ils mentent ; voici, Je les ferai venir se prosterner à tes pieds, et ils connaîtrons que Je t’ai aimé.

Suit une promesse :

3 ; 10 « Parce que tu as gardé ma parole de ma patience, Moi aussi Je te garderai de l’heure de l’épreuve qui va venir sur le monde entier, pour éprouver les habitants de la terre.
3 ; 11 Je viens bientôt(troisième des sept citations de erchomai dans l’Apocalypse): tiens ferme ce que tu as, afin que personne en te ravisse ta couronne.


7) à l’Église de Laodicée :

3 ; 17 Tu dis : je suis riche, j’ai acquis de grands biens, je n’ai besoin de rien ; et tu ne sais pas que tu es un malheureux, un misérable, pauvre, aveugle et nu.
3 ; 18 Je te conseille d’acheter auprès de Moi de l’or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche ; des vêtements blancs pour te vêtir et ne pas laisser apparaître ta nudité ; et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies.

Suit un appel à la repentance :

3 ; 19 Moi, je reprends et Je châtie tous ceux que J’aime ;

Proverbes 3 ; 12 : Le Seigneur reprend celui qu’il chérit, comme un père son fils bien-aimé.

...aie donc du zèle et repens-toi metanoèson.

Suit une promesse :

3 ; 20 Voici que Je me tiens à la porte et Je frappe : si quelqu’un entend ma voix et ouvre la porte, j’entrerai chez toi et je souperai avec lui et lui avec Moi.


7) Les Églises paires :

Si l’on regarde les Églises paires, la 2ème, 4ème et 6ème, nous remarquons ceci, parmi les qualités des Églises :

2) l’Église de Smyrne : « Je connais ta tribulation et ta pauvreté » (2 ; 9)
4) l’Église de Thyatire : « Je connais tes œuvres, ton amour, ta Foi, ta bienfaisance, ta patience et ces dernières œuvres plus nombreuses que les premières » (2 ; 19).
6) l’ Église de Philadelphie : « Je connais tes œuvres : voici que J’ai mis devant toi une porte ouverte, que personne ne peut fermer, parce que tu as peu de puissance, que tu as gardé ma Parole et que tu n’as pas renié mon Nom » (3; 8).

Nous observons une gradation croissante des perfections de ces Églises, jusqu’à la « perfection » de l’Église de Philadelphie, à laquelle le Christ Lui-même est donné.


8) Les Églises impaires :

Si l’on regarde les Églises impaires, la 1ère, la 3ème, la 5ème et la 7ème, parmi les reproches adressés à ces Églises, nous remarquons tout d’abord que seules ces « Églises impaires » reçoivent l’ordre de se repentir :

1) l’Église d’Éphèse : (2 ; 5) « Souviens-toi donc d’où tu es tombé, repens-toi et reviens à tes premières œuvres sinon, Je viendrai à toi et j’ôterai ton chandelier de sa place, à moins que tu ne te repentes ».
3) l’Église de Pergame : (2 ; 16) « Repens-toi ! sinon, Je viendrai à toi promptement et Je leur ferai la guerre avec la glaive de ma bouche ».
5) l’Église de Sardes : (3 ; 3) « Souviens-toi de l’enseignement que tu as reçu et entendu ; gardes-le et repens-toi ».
7) l’Église de Laodicée : (3 ; 19) « Moi, je reprends et Je châtie tous ceux que J’aime ; aie donc du zèle et repens-toi ».

Quant à la quatrième Église, celle de Thyatire, elle ne reçoit pas l’ordre de se repentir, mais bien un avertissement, vu l’absence de repentir :

(2 ; 21 - 22) Je lui ai donné du temps pour faire pénitence, et elle ne veut pas se repentir de son impudicité. Voici que je vais la jeter sur un lit, et plonger dans une grande tristesse ses compagnons d’adultère, s’ils ne se repentent des œuvres qu’elle leur a enseignées.

Si l’on regarde à nouveau les Églises impaires, la 1ère, la 3ème, la 5ème et la 7ème, nous remarquons ici, parmi les reproches adressés à ces Églises :

1) à l’Église d’Ephèse - l’attiédissement :

2 ; 4 J’ai contre toi que tu t’es relâché de ton premier amour.

3) à l'Église de Pergame – le compromis avec les païens :

2 ; 14 J’ai contre toi quelques griefs : c’est que tu as là des gens attachés à la doctrine de Balaam, qui conseillait à Balac de mettre devant les fils d’Israël une pierre d’achoppement, pour les amener à manger des viandes immolées aux idoles et à se livrer à l’impudicité.
2 ; 15 De même toi aussi, tu as des gens attachés pareillement à la doctrine des Nicolaïtes.

4) à l'Église de Sardes – une partie de cette Église est morte :

3 ; 1 Je connais tes œuvres : tu as la réputation d’être vivant, mais tu es mort.
3 ; 2 Sois vigilant, et affermis le reste qui allait mourir, car Je n’ai pas trouvé tes œuvres parfaites devant mon Dieu.

7) à l'Église de Laodicée : - la totalité de cette Église est rejetée par le Christ :

3 ; 15 Je connais des œuvres : tu n’es ni froid ni chaud. Plût à Dieu que tu fusses froid ou chaud !
3 ; 16 Aussi, parce que tu es tiède et que tu n’es ni froid ni chaud, je vais te vomir de ma bouche`
3 ; 17 Tu dis : je suis riche, j’ai acquis de grands biens, je n’ai besoin de rien ; et tu ne sais pas que tu es un malheureux, un misérable, pauvre, aveugle et nu.

Nous observons une gradation croissante des péchés de ces Églises, jusqu’à l’« exclusion » de l’Église de Laodicée, qui est rejetée par le Christ Lui-même.

Les Lettres aux sept Églises sont construites en une suite de tableaux contrastés (noir/blanc, noir/blanc…), qui opposent tous les péchés possibles des Églises sur cette terre – à toutes les perfections possibles des Églises existant en ce monde.

Ces lettres sont donc de portée universelle, même si des détails, comme la mention des Nicolaïtes, la mention de l’existence du culte païen à Pergame (en fait, ceux de Zeus, Athéna, Dionysos et Asklepios) - cité comme le « trône de Satan », la mention de la pseudo-prophétesse Jézabel en l’Église de Thyatire, tout cela fait référence à l’époque de rédaction du texte.

Les Lettres aux sept Églises peuvent être mises en relation / opposition avec la Jérusalem céleste, qui est décrite à la fin de l’Apocalypse. Les diverses Églises historiques, avec leurs qualités, leurs péchés et leurs insuffisances, contrastent avec l’ Église Une qu’est la Jérusalem de la fin des temps - lumineuse, parfaite, l’Épouse de l’Agneau et le Corps spirituel du Christ.


Deuxième vision : la mer de verre et le trône.

En bas à droite de l'image, nous voyons saint Jean, couché, « ravi en esprit ». Une ligne torsadée le relie à « Celui qui siège sur le trône »,et figure l'ascension qui lui est proposée. L'oiseau blanc qui se tient à la gauche de Celui qui siège sur le trône, figure l'âme de Jean, à l'écoute du Créateur. Dans le registre supérieur et inférieur de l'enluminure, nous voyons les vingt-quatre Anciens, avec une couronne d'or sur la tête. Autour de la mandorle de Celui qui siège, des traits rouges figurent les « éclairs, voix et tonnerre » qui rayonnent autour du trône. À droite et à gauche de Celui qui siège, brûlent sept lampes de feu, qui figurent « les sept Esprits de Dieu ». Au pied de la mandorle, figure l'océan de cristal.

La mer de verre

- 1 -

4 ; 1 Après cela, je vis, et voici qu'une porte était ouverte dans le ciel, et la première voix que j'avais entendue, comme le son d'une trompette qui me parlait, dit Monte ici, et je te montrerai ce qui doit arriver dans la suite ".

- 2 -

2 Aussitôt je fus ravi en esprit ; et voici qu'un trône était dressé dans le ciel, et sur ce trône quelqu'un était assis.
3 Celui qui était assis avait un aspect semblable à la pierre de jaspe et de sardoine ; et ce trône était entouré d'un arc-en-ciel, d'une apparence semblable à l'émeraude.

- 3 -

4 Autour du trône étaient vingt-quatre trônes, et sur ces trônes vingt-quatre Anciens assis, revêtus de vêtements blancs, avec des couronnes d'or sur leurs têtes.
5 Du trône sortent des éclairs, des voix et des tonnerres ; et sept lampes ardentes brûlent devant le trône : ce sont les sept Esprits de Dieu.
6 En face du trône, il y a comme une mer de verre semblable à du cristal ; et devant le trône et autour du trône, quatre Vivants remplis d'yeux devant et derrière.

- 4 -

7 Le premier Vivant ressemble à un lion, le second à un jeune taureau, le troisième a comme la face d'un homme, et le quatrième ressemble à un aigle qui vole.
8 Ces quatre Vivants ont chacun six ailes ; ils sont couverts d'yeux tout à l'entour et au dedans, et ils ne cessent jour et nuit de dire :

- 5 -

" Saint, saint, saint est le Seigneur, le Dieu Tout-Puissant, qui était, qui est et qui vient ! "

- 6 -

9 Quand les Vivants rendent gloire, honneur et actions de grâces à Celui qui est assis sur le trône, à Celui qui vit aux siècles des siècles,
10 les vingt-quatre Anciens se prosternent devant Celui qui est assis sur le trône, et adorent Celui qui vit aux siècles des siècles, et ils jettent leurs couronnes devant le trône, en disant :

- 7 -

11 " Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l'honneur, et la puissance, car c'est Toi qui as créé toutes choses, et c'est à cause de ta volonté qu'elles ont eu l'existence et qu'elles ont été créées.

*******************************

LA VOIX DE LA PREMIÈRE VOIX
Chapitre 4, verset 1.

- 1 -

4 ; 1 Après cela, je vis (eidon),

Après la vision de la « ressemblance de Fils d’Homme » (1 ; 13), qui inaugurait les Lettres aux Sept Églises, voici une nouvelle vision qui nous présente les Anciens et les Vivants.

...et voici qu'une porte était ouverte dans le ciel, et la première voix que j'avais entendue,

- la « première voix » est celle du « Fils d’Homme » 1 ; 13, de la première vision 1 ; 10 -

...comme le son d'une trompette qui me parlait, dit "Monte ici, et je te montrerai ce qui doit arriver dans la suite ".

Le « son de la trompette » et la « montée » sont en relation avec la Révélation sur le Sinaï :

Exode 19 ; 16 : Le surlendemain, au lever du jour, il y eut sur la montagne des tonnerres, des éclairs, une épaisse nuée accompagnée d’un puissant son de trompette et dans le camp, tout le peuple trembla.
Exode 19 ; 24 : Et le Seigneur lui dit : va, descends et monte toi et Aaron avec toi.

« Ce qui doit arriver » est en relation avec la vision de Daniel :

Daniel 2 ; 28 : Il y a un Dieu dans le Ciel, qui révèle les mystères et qui a fait connaître au roi Nabuchodonosor ce qui doit arriver à la fin des jours.


CELUI QUI SIÈGE SUR LE TRÔNE
Chapitre 4, versets 2 - 3.

- 2 -

4 ; 2 Aussitôt je fus ravi en esprit,

C’est la deuxième vision. La première est décrite en 1 ; 10 : « Je fus ravi en esprit le jour du Seigneur ».

...et voici qu'un trône était dressé dans le ciel, et sur ce trône quelqu'un était assis.
3 Celui qui était assis (ho kathèmenos - celui qui est assis) avait un aspect semblable à la pierre de jaspe et de sardoine ; et ce trône était entouré d'un arc-en-ciel, d'une apparence semblable à l'émeraude.

C’est la deuxième occurrence de l’expression « Celui qui est assis », des douze que nous trouvons dans l’Apocalypse.

Ézéchiel 1 ; 26 – 28 : Au-dessus de la voûte qui était sur leurs têtes, il y avait quelque chose comme une pierre de saphir, en forme de trône, et sur cette forme de trône, dessus, tout en haut, un être ayant apparence humaine.
27 Et je vis qu’il avait l’éclat du vermeil, et près de lui il y avait quelque chose comme du feu tout autour, depuis ce qui paraissait être ses reins et au-dessus ; et depuis ce qui paraissait être ses reins et au-dessous, je vis quelque chose comme du feu, et une lueur tout autour 28 semblable à l’arc qui apparaît dans les nuages les jours de pluie, telle était cette lueur tout autour. C’était quelque chose ayant l’aspect de la gloire du Seigneur. Je regardai et je tombai la face contre terre, et j’entendis une voix qui parlait.


LES VINGT-QUATRE PRESBYTRES
Chapitre 4, versets 4 à 6.

- 3 -

4 ; 4 Autour du trône étaient vingt-quatre trônes, et sur ces trônes vingt-quatre Anciens,

- Sur les douze portes du rempart de la Jérusalem céleste, sont inscrits les douze noms des tribus d’Israël ;
- les douze pierres fondamentales sur lequel le rempart est établi, portent le nom des douze Apôtres de l’Agneau (Apoc. 21 ; 12 – 14).

« Presbytres – Anciens » : il s’agit de la première des douze citations des 24 Presbytres (Anciens, Vieillards), qui figurent dans le texte de l’Apocalypse.
Les vingt-quatre Anciens représentent la plénitude de l'Ancienne et de la Nouvelle Alliance : les 12 tribus d'Israël, et les 12 Apôtres.

Isaïe, 24 ; 23 : LXX Car le Seigneur règnera de Sion ( ek Siôn - et non pas « sur » Sion) et hors de Jérusalem (le Christ fut crucifié « hors de » Jérusalem) et sera glorifié devant les Anciens.

...assis, revêtus de vêtements blancs,

- C’est la quatrième des sept « blancheurs » que l’on trouve dans l’Apocalypse -

avec des couronnes d'or sur leurs têtes.
4 ; 5 Du trône sortent des éclairs, des voix et des tonnerres

Les éclairs, les bruits et le tonnerre se retrouvent plus loin dans le texte :

8 ; 5 : l’Ange prit l’encensoir, le remplit du feu de l’Autel et le jeta sur la terre. Il y eut des voix, des éclairs et la terre trembla.
11 ; 19 : Et le Sanctuaire de Dieu dans le Ciel fut ouvert, et l’Arche d’Alliance apparut dans le Sanctuaire. Et il y eut des éclairs, des bruits, des tonnerres, un tremblement de terre et une grosse grêle.
16 ; 17 – 21 : Puis le septième (Ange) répandit sa coupe dans l’air ; et il sortit du Sanctuaire une grande voix venant du trône, qui disait : "c’en est fait !" et il y eut des éclairs, des voix, des tonnerres et un grand tremblement, tel que jamais, depuis que l’homme est sur la terre, il n’y eut tremblement de terre aussi grand.

Ces phénomènes se retrouvent dans le récit de l'Alliance :

Exode 19 ; 16 : Le surlendemain, au lever du jour, il y eut sur la montagne des tonnerres, des éclairs, une épaisse nuée accompagnée d’un puissant son de trompe.
Exode 20 ; 18 : Devant ces tonnerres, ces lueurs, ce son de trompe et la montagne fumante, tout le peuple trembla de peur et se tint à distance.

4 ; 5 (suite) ...et sept lampes ardentes brûlent devant le trône : ce sont les sept Esprits de Dieu.
4 ; 6 En face du trône, il y a comme une mer de verre semblable à du cristal ;

Exode 24 ; 9 – 11 : Moïse monta, accompagné d’Aaron, de Nadab, d’Abihu et de soixante-dix des anciens d’Israël. Ils contemplèrent le Dieu d’Israël ; sous ses pieds s’étendait comme un pavement de saphir semblable, par sa pureté, au ciel lui-même. Il ne porta pas la main sur les notables des enfants d’Israël. Ils purent contempler Dieu. Ils mangèrent et ils burent.

La Révélation du Sinaï ne fut pas limitée à Moïse : certains furent aussi favorisés de la vision divine. La « mer de cristal » ou le « pavement de saphir » - une étendue plane et miroitante, toute faite de lumière, devant la Présence divine, est un élément commun à plusieurs visions de Dieu.

4 ; 6 (suite) ...et devant le trône et autour du trône, quatre Vivants (tessera zôa) remplis d'yeux devant et derrière.

C’est la première fois que les Vivants sont cités, sur un total de treize, dans le texte de l’Apocalypse.

Ézéchiel 1 ; 5 – 25 : Au centre, je discernai quelque chose comme quatre Vivants dont voici l’aspect : ils avaient une forme humaine.
1 ; 15 Je regardai les animaux ; il y avait une roue à terre, à côté d’eux, de tous les quatre.
1 ; 18 Leur circonférence paraissait de grande taille, tandis que je les regardais, et leur circonférence, à tous les quatre, était pleine d’yeux, tout autour.


LES QUATRE VIVANTS
Chapitre 4, versets 7 - 8a.

Ci-dessous, le Christ Pantokrator, avec les symboles des Quatre Vivants (Beatus de Silos. 1091 -1109) :

Les Quatre Vivants

- 4 -

- Le premier Vivant ressemble à un lion ;
- le second à un jeune taureau ;
- le troisième a comme la face d’un homme,
- et le quatrième ressemble à un aigle qui vole.

Ces quatre Vivants ont chacun six ailes ;
ils sont couverts d’yeux tout à l’entour et au dedans,
et ils ne cessent jour et nuit de dire -

C’est la deuxième fois que les Vivants sont cités, sur un total de treize, dans le texte de l’Apocalypse.

Ézéchiel 1 ; 5 – 25 : description développée des Quatre Vivants. 1 ; 10 : Quant à leur aspect, ils avaient une face d’homme, et tous les quatre avaient une face de lion à droite, tous les quatre avaient une face de taureau à gauche, et tous les quatre avaient une face d’aigle.

Homme - lion – taureau – aigle : cela correspond à l’iconographie de l’Apocalypse.

Ézéchiel 10 ; 12 - 14 : Tout leur corps, leur dos, leurs mains, et leurs ailes, ainsi que les roues, étaient pleins d’yeux tout autour, leurs roues à tous les quatre. J’entendais que l’on donnait aux roues le nom de "galgal".
14 Et chacun avait quatre faces : la face du premier était la face du chérubin, la face du second était une face humaine, le troisième avait une face de lion et le quatrième une face d’aigle (le verset 14 manque dans LXX).

Chérubin – homme – lion – aigle : C’est une correspondance incomplète avec l’iconographie apocalyptique. Mais nous y trouvons la mention des « yeux ».
Ézéchiel décrit des « Vivants » qui ont chacun quatre faces. Le texte de l’Apocalypse individualise les quatre représentations : chaque « Vivant » possède un aspect propre.

Saint Irénée de Lyon nous explique la signification des Vivants :

Le Verbe, Artisan de l'Univers,
qui siège sur les Chérubins et maintient toutes choses,
lorsqu'Il s'est manifesté aux hommes,
nous a donné un Évangile à quadruple forme,
encore que maintenu par un unique Esprit.

C'est ainsi que David, implorant sa venue, disait : "Toi qui sièges sur les Chérubins, montre-Toi" (Ps. 79 ; 2).
Car les Chérubins ont une quadruple figure, et leurs figures sont les images de l'activité du Fils de Dieu.

Les Évangiles seront donc eux aussi en accord avec ces Vivants sur lesquels siège le Christ Jésus.

- Le premier de ces vivants, est-il dit, est semblable à un lion, ce qui caractérise la puissance, la royauté du Fils de Dieu.

Le LION de Jean :
Ainsi l'Évangile selon Jean raconte sa génération prééminente, puissante et glorieuse, qu'il tient du Père, en disant : "Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu", et : "toutes choses ont été faites par son entremise, et sans Lui rien n'a été fait". C'est pourquoi aussi cet Évangile est rempli de toute espèce de hardiesse : tel est en effet son aspect.

- Le second est semblable à un jeune taureau, ce qui manifeste sa fonction de sacrificateur et de prêtre.

Le TAUREAU de Luc :
L'Évangile selon Luc, étant de caractère sacerdotal, commence par le prêtre Zacharie offrant à Dieu le sacrifice de l'encens (1 ; 9), car déjà était préparé le veau gras qui serait immolé pour le recouvrement du fils cadet(15 ; 23-30).

- le troisième a un visage pareil à celui d'un homme, ce qui évoque clairement sa venue humaine.

L'HOMME de Matthieu :
Quant à Mathieu, il raconte sa génération humaine, en disant : "Livre de la génération de Jésus-Christ, fils de David, fils d'Abraham" (1 ;1) et encore : "la génération du Christ arriva ainsi" (1 ; 18). Cet Évangile est donc bien à forme humaine, et c'est pourquoi, tout au long de celui-ci, le Seigneur demeure un homme d'humilité et de douceur (11 ; 29).

- Le quatrième est semblable à un aigle qui vole, ce qui indique le Don de l'Esprit volant sur l'Église.

L'AIGLE de Marc :
Marc enfin, commence par l'esprit prophétique survenant d'en haut sur les hommes, en disant : "Commencement de l'Évangile, selon qu'il est écrit dans le prophète Isaïe". Il montre ainsi une image ailée de l'Évangile, et c'est pourquoi il annonce son message en raccourci et par touches rapides, car tel est le caractère prophétique.

Les mêmes traits se retrouvent aussi dans le Verbe de Dieu lui-même :
1) aux patriarches qui existaient avant Moïse, Il parlait selon sa divinité et sa gloire [le lion de Jean] ;
2) aux hommes qui vécurent sous la Loi, Il assignait une fonction sacerdotale et ministérielle [le taureau de Luc] ;
3) ensuite, pour nous, Il se fit homme[l'homme de Matthieu] ;
4) enfin, Il envoya le don de l'Esprit céleste sur toute la terre, nous abritant ainsi sous ses propres ailes [l'aigle de Marc].

En somme, telle se présente l'activité du Fils de Dieu, telle aussi la forme des Vivants ;
telle est la forme de ces Vivants, tel aussi le caractère de l'Évangile :
- quadruple forme des vivants ;
- quadruple forme de l'Évangile ;
- quadruple forme de l'activité du Seigneur.

Et c'est pourquoi quatre Alliances furent données à l'humanité :
1) la première fut octroyée à Noé après le déluge ;
2) la seconde le fut à Abraham sous le signe de la circoncision ;
3) la troisième fut le don de la Loi au temps de Moïse ;

4) la quatrième enfin, qui renouvelle l'homme et récapitule tout en elle, est celle qui, par l'Évangile, élève les hommes et leur fait prendre leur envol vers le Royaume céleste.

Saint Irénée de Lyon, Adv. Haer. III, 11, 8.

Selon l'interprétation de Saint Irénée, le lion figure l'Évangile de Jean ; le taureau figure l'Évangile de Luc ; l'homme figure l'Évangile de Matthieu, et l'aigle figure l'Évangile de Marc.

Selon l'interprétation de Saint Jérôme, l'aigle figure l'Évangile de Jean ; le lion figure l'Évangile de Marc ; le taureau figure l'Évangile de Luc ; l'homme figure l'Évangile de Matthieu. C'est généralement le thème de l'iconographie occidentale.

Les deux auteurs sont d'accord pour accorder la figure du taureau, à l'Évangile de Luc - et la figure de l'homme, à l'Évangile de Matthieu.

Par contre, il y a une permutation entre les figures du Lion et de l'aigle : Saint Irénée affecte la figure du Lion à l'Évangile de Jean, tandis que Saint Jérôme attribue la figure du Lion à l'Évangile de Marc.

Saint Irénée attribue la figure de l'aigle à l'Évangile de Marc, alors que Saint Jérôme attribue la figure de l'aigle à l'Évangile de Jean. Les traditions iconographiques orientales et occidentales divergent sur ce point.


LE TRISAGION
Chapitre 4, verset 8b.

- 5 -

Les Quatre vivants répètent le Nom Divin :

Saint, Saint, Saint, Seigneur Dieu
Le Pantokrator.
Celui qui Est, qui Était et qui Vient

C’est la deuxième citation du titre « Pantokrator » des sept que nous trouvons dans le texte de l’Apocalypse – la première étant en 1 ; 8, où nous trouvons aussi le Nom : "Celui qui Est, qui Était et qui Vient".

C’est aussi la troisième citation de l’expression « Celui qui vient », parmi les cinq que nous avons dans le texte de l’Apocalypse.

Isaïe 6 ; 1 –3 : LXX … je vis le Seigneur Dieu assis sur un trône élevé et exalté et la maison était remplie de sa gloire. Des Séraphins se tenaient autour de Lui, ayant chacun six ailes : deux pour se couvrir la face, deux pour se couvrir les pieds, deux pour voler. Et ils se criaient l’un à l’autre ces paroles : Saint Saint Saint Seigneur Sabaoth : toute la terre est remplie de sa gloire.


L'ACTION DE GRÂCES DES VIVANTS ET DES ANCIENS
À CELUI QUI SIÈGE SUR LE TRÔNE
Chapitre 4, versets 9 et 10.

- 6 -

4 ; 9 Quand les Vivants rendent gloire, honneur et actions de grâces à Celui qui est assis sur le trône à Celui qui vit aux siècles des siècles,
10 les vingt-quatre Anciens se prosternent devant Celui qui est assis sur le trône et adorent Celui qui vit aux siècles des siècles, et ils jettent leurs couronnes devant le trône, en disant...

- Nous trouvons ici le troisième et quatrième emploi de l’appellation « Celui qui siège sur le trône », des douze expressions contenues dans l’Apocalypse.
- C’est la troisième fois que les Vivants sont cités, sur un total de treize, dans le texte de l’Apocalypse.
- Il s’agit de la deuxième citation des Anciens, (Presbytres, Vieillards) sur les douze que compte l’Apocalypse.


LA VOIX DES VINGT-QUATRE
Chapitre 4, verset 11.

- 7 -

Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l'honneur, et la puissance, car c'est Toi qui as créé toutes choses, et c'est à cause de ta volonté qu'elles ont eu l'existence et qu'elles ont été créées.

Les représentants de l'Ancienne et de la Nouvelle Alliance reconnaissent le règne du Créateur sur l'ensemble de la Création, à l'inverse d'Adam, qui voulait être Dieu, sans Dieu, à la place de Dieu.


Troisième vision : Le Livre scellé de sept sceaux.

- 1 -

5 ; 1 Puis je vis dans la main droite de Celui qui était assis sur le trône un livre écrit en dedans et en dehors, et scellé de sept sceaux.

- 2 -

5 ; 2 Et je vis un ange puissant qui criait d'une voix forte « Qui est digne d'ouvrir le livre et de rompre les sceaux ? »
3 Et personne ni dans le ciel, ni sur la terre, ne pouvait ouvrir le livre ni le regarder.
4 Et moi je pleurais beaucoup de ce qu'il ne se trouvait personne qui fût digne d'ouvrir le livre, ni de le regarder.
5 Alors un des Anciens me dit : « Ne pleure point ; voici que le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu, de manière à pouvoir ouvrir le livre et ses sept sceaux ».

L'Agneau reçoit le Livre

- 3 -

5 ; 6 Et je vis, et voici qu'au milieu du trône et des quatre Vivants, et au milieu des Anciens,
7 un Agneau était debout : il semblait avoir été immolé ; il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept Esprits de Dieu envoyés par toute la terre. Il vint, et reçut le livre de la main droite de Celui qui était assis sur le trône.

- 4 -

5 ; 8 Quand il eut reçu le livre, les quatre Vivants et les vingt-quatre Anciens se prosternèrent devant l'Agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d'or pleines de parfums, qui sont les prières des saints.

- 5 -

5 ; 9 Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant : « Tu es digne de recevoir le livre et d'en ouvrir les sceaux ; car Tu as été immolé et Tu as racheté pour Dieu, par votre sang, des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple et de toute nation ;
10 et Tu les as faits rois et prêtres, et ils régneront sur la terre ».

- 6 -

5 ; 11 Puis je vis, et j'entendis autour du trône, autour des animaux et des Anciens, la voix d'une multitude d'anges, et leur nombre était des myriades et des milliers de milliers.
12 Ils disaient d'une voix forte : « L'Agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l'honneur, la gloire et la bénédiction ».

- 7 -

5 ; 13 Et toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, sous la terre et dans la mer, et toutes les choses qui s'y trouvent, je les entendis qui disaient : « À Celui qui est assis sur le trône et à l'Agneau, louange, honneur, gloire et puissance dans les siècles des siècles ! »
14 Et les quatre Vivants disaient : « Amen ! » Et les Anciens se prosternèrent et adorèrent [Celui qui vit aux siècles des siècles].

*******************************

- 1 -
CELUI QUI SIÈGE SUR LE TRÔNE PRÉSENTE LE LIVRE DE SA MAIN DROITE
Chapitre 5, verset 1.

5 ; 1 Puis je vis (kai eidon) dans la main droite de Celui qui était assis sur le trône,/p>

tou kathèmenou epi tou thronou - deuxième occurrence de l’appellation Celui qui siège sur le trône - titre que nous trouvons sept fois dans le texte de l’Apocalypse.

...un livre écrit en dedans et en dehors, et scellé de sept sceaux.

Ézéchiel 2 ; 9 Je regardai : une main était tendue vers moi, tenant un volume roulé. Il le déploya devant moi : il était écrit au recto et au verso ; il y était écrit : lamentations, gémissements et plaintes.

La Main de Dieu

Dans la Prophétie d’Ézéchiel, c’est Dieu non-révélé, inconnaissable, qui donne le livre : seule la main apparaît.

Dans le passage de l'Apocalypse que nous étudions, affirmer que « Celui qui est assis sur un trône » et qui donne le livre à l'Agneau - serait le Père, est une erreur. Car le Père ne s'est jamais révélé, et donc ne peut en aucun cas être représenté.

Ne peut être représenté, que Celui qui s'est révélé.

Le Christ s'est révélé, et par conséquent, le Christ peur être représenté dans l'iconographie. C'est le Christ qui est venu nous révéler le Père - et cette révélation nous est devenue compréhensible par l'effusion de l'Esprit-Saint, qui nous est donné par le Christ.

Logos endiathetos - et Logos prophorikos :

Dans ce cas, que représente cette vision ? Il s'agit en réalité, de deux représentations du Christ :
- le Christ immanent - Logos endiathetos,
- et le Christ proféré - Logos prophorikos :

- le Christ qui siège éternellement auprès du Père,
- et le Christ incarné dans le temps, qui donne la Révélation aux êtres humains.

À l'origine, cette distinction provient des stoïciens, et fut développée dans la philosophie de Plotin (205 - 270). Il s'agissait de faire la distinction entre deux étapes du langage : d'une part, la pensée formulée dans notre intellect, et d'autre part, cette même pensée exprimée par la parole.

Au sein du christianisme, cette notion changea de signification - ce concept servit à distinguer :
- l'état du Verbe existant de toute éternité,
- et le Verbe se révélant dans sa création, donnant la Révélation aux créatures douées de conscience et de raison.

C'est pourquoi, dans l'iconographie, c'est toujours le Christ qui est représenté créant l'univers, et façonnant Adam dans le Paradis.

Assurément, nous croyons en Dieu le Père, Créateur de toutes choses - mais Celui-ci est resté non-révélé, tandis que c'est le Christ Lui-même qui nous permet d'entrer en contact avec la première Personne de la sainte Trinité.

Théophile d'Antioche développa cette doctrine dans son œuvre « Ad Autolycum », dont les trois livres furent composés peu après 180 :

Le Dieu et Père de toutes choses n'est pas localisable et ne se trouve pas dans un lieu, car il n'y a pas de lieu où Il se repose; mais son Verbe, par lequel Il a fait toutes choses - qui est sa puissance et sa Sagesse - s'est revêtu de la figure du Père et Seigneur de l'Univers : c'est Lui qui vint dans le Paradis sous la figure de Dieu, et qui s'entretenait avec Adam.

Car l'Écriture elle-même nous enseigne qu'Adam disait avoir entendu sa voix. Cette voix, qu'est-elle, sinon le Verbe de Dieu, qui est aussi son Fils ? - non dans le sens où les poètes et mythographes disent que les fils des dieux naissent d'unions charnelles, mais au sens où la vérité enseigne que le Verbe existe toujours immanent au sein de Dieu.

Avant que rien ne fut, Il (le Père) tenait conseil avec Lui (le Fils) qui est son intelligence et sa pensée. Et quand Dieu (le Père) décida de faire tout ce qu'Il avait délibéré, Il engendra ce Verbe en le proférant au-dehors (prophorikon), Premier-né de toute créature - sans se vider Lui-même du Verbe, mais en engendrant un Verbe et s'entretenant toujours avec son Verbe.

Théophile d'Antioche, Trois Livres à Autolycus,II, 22.

L'expression paulinienne de Premier-né de toute créature trouve ainsi sa signification :

- le Christ « immanent » est, de toute éternité, « Premier-né » du Père, car engendré du Père, en tant que deuxième Personne de la Trinité.

- Lors de son Incarnation, le Christ est « proféré » dans le temps, en un point de l'Histoire ; en tant que Personne divine, il assume la Nature humaine, qui appartient à l'ordre du créé :

Le Verbe existe toujours immanent (Logos endiathetos) dans le cœur de Dieu. Avant que rien ne fut, Il tenait conseil avec Lui qui est son intelligence (noûs) et sa sagesse. Et quand Dieu décida de faire tout ce qu'Il avait délibéré, Il engendra ce Verbe au-dehors (Logos prophorikos), Premier-né de toute créature (Colossiens 1 ; 15), sans s'être privé Lui-même de Verbe, mais ayant engendré le Verbe et s'entretenant toujours avec son Verbe.

Théophile d'Antioche, Trois Livres à Autolycus,II, 22.

Dans cette troisième vision que nous contemplons maintenant, nous voyons en vérité le Christ immanent - Celui qui siège éternellement auprès du Père - donner le Livre au Christ proféré qui est représenté sous forme d'Agneau.

Cet Agneau représente Celui qui souffrit la Passion en un point de l'Histoire humaine, afin de ressusciter, et par là, de nous faire le don de la Vie qui a sa source dans le Père - cette Vie éternelle, inépuisable, qui n'est affectée ni par la mort ni par quelque forme de finitude que ce soit.

Plus tard, cette distinction entre Christ immanent et Christ proféré fut abandonnée, car on craignait que ce concept ne puisse altérer l'unité de la Personne du Christ. C'est pourquoi cette distinction ne trouva pas sa place dans la théologie trinitaire « classique » de l'Église. Cependant cette notion était bien présente dans la pensée des premières générations chrétiennes : elle apparaît nettement dans cette vision de l'Apocalypse.

Le contenu du Livre de l'Agneau :

Dans la Prophétie d’Ézéchiel, le contenu du livre se résume en les trois mots : « lamentation, gémissements et plaintes ». Jean se réfère à de nombreuses prophéties dans le texte de l’Apocalypse, mais en bien des cas, il en donne une lecture ou une portée nouvelle. Ici, nous verrons que le contenu du livre reçu par l’Agneau n’est nullement des « malheurs » - même si de très graves fléaux s’abattent sur l’humanité, lors de la rupture successive des sceaux.

Dans la prophétie contre Ariel « Lion de Dieu » - nom donné à Jérusalem, le prophète Isaïe montre la stérilité prophétique qui marquera la période qui précéda le Christ : Is 29 ; 11 – 12 : « Toute vision est devenue pour vous comme les mots d’un livre scellé. On le donne à quelqu’un qui sait lire, en lui disant : lis cela. Il répond : je ne peux pas, car le livre est scellé. Ou bien on donne le livre à quelqu’un qui ne sait pas lire et lui disant : lis cela. Il répond : je ne sais pas lire ».
Avec l’effusion de l’Esprit de la Pentecôte, les sceaux peuvent maintenant être rompus.

Daniel 12 ; 1 – 4 En ce temps se lèvera Michel le Grand-Prince qui se tient auprès des enfants de ton peuple. Ce sera un temps d’angoisse tel qu’il n’y en aura pas eu jusqu’alors depuis qu’il y avait une nation sur cette terre (LXX). En ce temps-là, ton peuple échappera : tous ceux qui se trouveront inscrits dans le livre.

Un grand nombre de ceux qui dorment au pays de la poussière s’éveilleront,
les uns pour la Vie éternelle, les autres pour l’opprobre, l’horreur éternelle.
Les doctes resplendiront comme la splendeur du firmament,
et de nombreux parmi les justes, comme les étoiles, pour toujours.

Remarques textuelles :
- « les doctes - ksunientes » sunièmi : lancer ensemble, mettre aux prises : rapprocher par la pensée, se comprendre les uns les autres, d’où : ksunientes : les hommes intelligents.
- « et de nombreux parmi les justes - kai apo tôn dikaiôn tôn pollôn » apo + gén. à la suite de. JER : et certains des nombreux justes, comme les étoiles… JER : ceux qui ont enseigné la justice à un grand nombre TOB : ceux qui ont rendu la multitude juste… - eti : encore, en outre.

Dn. 12 ; 4. Toi, Daniel, serre ces paroles et scelle le livre jusqu’au temps de la Fin. Un grand nombre erreront de ci, de là, et l’iniquité grandira.

*******************************

- 2 -
QUI EST DIGNE D'OUVRIR LE LIVRE ?
Chapitre 5, versets 2 à 5.

5 2 Et je vis un Ange puissant qui criait d'une voix forte « Qui est digne d'ouvrir le livre et de rompre les sceaux ? »
3 Et personne ni dans le ciel, ni sur la terre, ne pouvait ouvrir le livre ni le regarder.
4 Et moi je pleurais beaucoup de ce qu'il ne se trouvait personne qui fût digne d'ouvrir le livre, ni de le regarder.
5 Alors un des Anciens (il s’agit de la troisième citation des Anciens, sur les douze que compte l’Apocalypse) me dit : « Ne pleure point ; voici que le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David, a vaincu, de manière à pouvoir ouvrir le livre et ses sept sceaux ».

Nous verrons que le livre donné par « Celui qui siège sur le trône » à l’Agneau, est fermé par sept sceaux. À l’ouverture de chacun des ces sceaux, les calamités vont s’abattre sur la terre. Pourquoi donc le prophète pleure-t-il du fait que personne ne soit digne d’ouvrir ce livre, puisque l’ouverture du livre est le signal déclencheur des désastres à venir ? Est-ce un esprit sadique qui désire accélérer les souffrances de l’humanité ? Le prophète veut-il accroître la souffrance des êtres humains ?

Il y a un autre livre dans l’Apocalypse : le « Livre de Vie » : « Et je vis les morts, grands et petits, debout devant le trône ; on ouvrit des livres, puis un autre livre, celui de la Vie ; alors, les morts furent jugés d'après le contenu des livres, chacun selon ses œuvres » 20 ; 12. « Rien de souillé ne pourra pénétrer (dans la Jérusalem céleste) (…), mais seulement ceux qui sont inscrits dans le Livre de Vie de l’Agneau » 21 ; 27.

Le Livre de Vie contient les noms de ceux qui peuvent demeurer dans le Royaume, de ceux à qui, comme les fidèles de l’Église de Pergame, a été donné un caillou blanc, portant gravé un Nom nouveau (2 ; 17) ; de ceux qui sont revêtus de blanc, comme les fidèles de l’Église de Sardes ( 3 ; 5) et de ceux qui ne sortiront plus jamais du Temple du Père, comme les fidèles de l’Église de Philadelphie (3 ; 12).

Si le Livre dont il est question est en fait le Livre de Vie, nous comprenons pourquoi le prophète pleure parce que personne n’est jugé digne d’ouvrir le Livre. Jusqu’au Christ, tous les Justes de l’Ancienne Alliance se sont trouvés confrontés à une impasse ontologique : à cause de la division introduite dans le Cosmos, les divers niveaux du Réel se sont trouvés séparés les uns des autres : l’Hadès, la terre, l’univers angélique, le Ciel sont séparés les uns des autres, dans l’univers déchu. C’est l’Ascension du Christ Ressuscité qui va restaurer la communication entre tous les niveaux de l’Être, à l’étonnement des Anges.

Il est donc cohérent de penser que seul le Christ, le « Rejeton de David », Celui qui a vaincu la mort par sa Résurrection, est capable d’ouvrir le Livre de Vie. Mais l’ouverture de ce Livre et la rupture de ses sceaux ne va pas sans conséquences redoutables…

*******************************

- 3 -
L'AGNEAU REÇOIT LE LIVRE DE CELUI QUI SIÈGE SUR LE TRÔNE
Chapitre 5, versets 6 et 7.

5 ; 6 Et je vis, et voici qu'au milieu du trône et des quatre Vivants, et au milieu des Anciens,

C’est la quatrième fois que les Vivants sont cités, sur un total de treize, dans le texte de l’Apocalypse ;
Il s’agit de la quatrième citation des Anciens, sur les douze que compte l’Apocalypse.

5 ; 7 ...un Agneau était debout : il semblait avoir été immolé ; il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept Esprits de Dieu envoyés par toute la terre. Il vint, et reçut le Livre de la main droite de Celui qui était assis sur le trône.

Apoc. 4; 5 : « Sept lampes ardentes brûlent devant le trône : ce sont les sept Esprits de Dieu » ; 1 ; 20 « Les sept Étoiles sont les anges des sept Églises ».

Les « sept yeux » font référence au texte des LXX de la prophétie de Zacharie :

4 ; 6 Ce n’est pas dans la grande puissance, ni dans la force, mais en mon Esprit dit le Seigneur Pantokrator.
4 ; 7 Qui es-tu, la grande montagne devant la face de Zorobabel, pour que tu puisses te redresser ? Et j’emporterai la Pierre de l’Héritage - ton lithon tès klèronomias - sa grâce étant semblable à (ma) grâce.

La valeur spirituelle de la Pierre de l’Héritage est égale à celle de toute la montagne.

4 ; 10 C’est pourquoi, qui a méprisé les jours de la petitesse ?

TOB : qui donc dédaignerait les jours de ses modestes débuts ?
JER : qui donc mépriserait ce jour d’événements minimes ?

La prophétie affirme que de grandes choses seront accomplies par ce qui est tout d’abord considéré comme négligeable par les Puissances de ce monde.

4 ; 10 (suite) Et ils se réjouiront, et ils verront la pierre de plomb - ton lithon ton kassiterion - en la main de Zorobabel ; ce sont les sept yeux qui surveillent toute la terre.

Dans la prophétie de Zacharie, immédiatement après ce passage, nous trouvons la vision du « livre qui vole » Za 5 ; 1 – 4, - un énorme livre, dont la longueur et la largeur sont celles du portique du Temple de Salomon (le Ulam devant le Hékal du Temple – I Rois, 6 ; 3). Ce gigantesque livre « est la Malédiction qui se répand sur la face de tout le pays », dit l’Ange au prophète (Za. 5 ; 3).

*******************************

- 4 -
LA VÉNÉRATION DE L'AGNEAU
Chapitre 5, verset 8.

5 ; 8 Quand il eut reçu le livre, les quatre Vivants et les vingt-quatre Anciens se prosternèrent devant l'Agneau, tenant chacun une cithare et des coupes d'or pleines de parfums, qui sont les prières des Saints.

Il s’agit de la cinquième citation des Anciens sur les douze que compte l’Apocalypse.
C’est la cinquième fois que les Vivants sont cités, sur un total de treize, dans le texte de l’Apocalypse.

Cette partie est une transition entre les troisième et cinquième parties, qui expriment le point principal : le fait que l’Agneau vienne prendre le livre de la Droite de Celui qui siège sur le trône – action confirmée par les quatre Vivants et les vindt-quatre Anciens.

Les Vivants et les Anciens disent au Christ qu’Il est digne de prendre le Livre, car l’Agneau a racheté pour Dieu (le Père) les hommes pour prix de son Sang, leur donnant le Sacerdoce. Ce Sacerdoce est bien particulier : c’est celui du Christ qui est passé de l’autre côté du rideau du Sanctuaire, comme le dit l’épître aux Hébreux :

Il (le Christ) est devenu pour tous ceux qui Lui obéissent Principe de Salut éternel, puisqu’Il est salué par Dieu (le Père) du titre de Grand-Prêtre selon l’Ordre de Melchisédech » Hb. 5 ; 9.

*******************************

- 5 -
L'AGNEAU EST DIGNE DE RECEVOIR LE LIVRE ; IL DONNE LA ROYAUTÉ ET LE SACERDOCE.
Chapitre 5, versets 9 et 10.

5 ; 9 Et ils chantaient un cantique nouveau, en disant : « Tu es digne de recevoir le livre et d'en ouvrir les sceaux ; car Tu as été immolé et Tu as racheté pour Dieu, par ton Sang, des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple et de toute nation ;
10 et Tu les as faits rois et prêtres, et ils régneront sur la terre ».

Les « tribus, langues et nations » sont une expression qui se trouve à sept reprises dans le texte de l’Apocalypse. Nous avons ici la première occurrence.

Le verset 10 est un écho de la prophétie d’Isaïe :

Et vous, vous serez appelés Prêtres du Seigneur ; on vous nommera Ministres de notre Dieu.
Is. 61 ; 6.

*******************************

- 6 -
LA VOIX DE LA MULTITUDE DES ANGES.
Chapitre 5, versets 11 et 12.

5 ; 11 Puis je vis, et j'entendis autour du trône, autour des Vivants et des Anciens, la voix d'une multitude d'Anges, et leur nombre était des myriades et des milliers de milliers.

Il s’agit de la sixième citation des Anciens, sur les douze que compte l’Apocalypse.
C’est la sixième fois que les Vivants sont cités, sur un total de treize, dans le texte de l’Apocalypse.

12 Ils disaient d'une voix forte : « L'Agneau qui a été immolé est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l'honneur, la gloire et la bénédiction ».

Daniel 7 ; 10 : Mille milliers Le servaient, myriade de myriades, debout devant Lui. Le Jugement se tenait, les livres étaient ouverts.

La prophétie de Daniel met ces « myriades de myriades » en relation avec le Jugement, et l’ouverture des Livres.

*******************************

- 7 -
LA LOUANGE REVIENT À CELUI QUI SIÈGE SUR LE TRÔNE.
Chapitre 5, versets 13 et 14.

5 ; 13 Et toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, sous la terre et dans la mer, et toutes les choses qui s'y trouvent, je les entendis qui disaient : « À Celui qui est assis sur le trône, et à l'Agneau, louange, honneur, gloire et puissance dans les siècles des siècles ! »
14 Et les quatre Vivants disaient : « Amen ! » Et les Anciens se prosternèrent et adorèrent [Celui qui vit aux siècles des siècles].

- Il s’agit de la septième citation des Anciens, sur les douze que compte l’Apocalypse.
- C’est la septième fois que les Vivants sont cités, sur un total de treize, dans le texte de l’Apocalypse.

« Celui qui est assis sur le trône » est une désignation dont l'importance est soulignée par le fait qu'elle apparaît douze fois dans le texte de l'Apocalypse :

1) Le vainqueur, je lui donnerai de siéger avec moi sur mon trône, comme moi-même, après ma victoire, j'ai siégé avec mon Père sur son trône. 3 ; 21.

La septième lettre à l’Eglise de Laodicée : il s’agit de la Nature humaine divinisée par le Christ.
Ici, le Christ invite l’être humain qui a décidé de collaborer à l’œuvre divine, de s’asseoir avec Lui sur le trône - trône de la Divinité que le Christ partage avec le Père. Ils sont deux à siéger sur le trône : le Père et le Fils.

2) Celui qui siège est comme une vision de jaspe et de cornaline ; un arc-en-ciel autour du trône est comme une vision d'émeraude. 4 ; 3.
- Autour du trône : 24 vieillards.
- En face du trône : une mer de cristal.
- Devant et autour du trône : quatre « Vivants ».

3) 4 ; 9 - 11 : Et chaque fois que les Vivants offrent gloire, honneur et action de grâces à Celui qui siège sur le trône et qui vit dans les siècles des siècles.

4) 4 ; 10 : les vingt-quatre Anciens se prosternent devant Celui qui siège sur le trône pour adorer Celui qui vit dans les siècles des siècles ; ils lancent leurs couronnes devant le trône en disant :
4 ; 11 : Tu es digne, ô notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire, l'honneur et la puissance, car c'est Toi qui créas l'univers ; par ta volonté, il n'était pas et fut créé.

5) 5 ; 1 Et je vis dans la main droite de Celui qui siège sur le trône un livre roulé, écrit au recto et au verso, et scellé de sept sceaux.

6) 5 ; 7 Alors je vis, debout entre le trône aux quatre Vivants et les Anciens, un Agneau, comme égorgé, portant sept cornes et sept yeux, qui sont les sept Esprits de Dieu en mission par toute la terre. Il s'en vint prendre le livre dans la main droite de Celui qui siège sur le trône.
5 ; 8 Quand il l'eut pris, les quatre Vivants et les vingt-quatre Anciens se prosternèrent devant l'Agneau, tenant chacun une harpe et des coupes d'or pleines de parfums, les prières des saints ;
5 ; 9 ils chantaient un cantique nouveau : Tu es digne de prendre le livre et d'en ouvrir les sceaux, car tu fus égorgé et tu rachetas pour Dieu, au prix de ton sang, des hommes de toute race, langue, peuple et nation.

7) 5 ; 13 : Et toute créature, dans le ciel, et sur la terre, et sous la terre, et sur la mer, l'univers entier, je l'entendis s'écrier : À Celui qui siège sur le trône, ainsi qu'à l'Agneau, la louange, l'honneur, la gloire et la puissance dans les siècles des siècles !
5 ; 14 : Et les quatre Vivants disaient : Amen ! ; et les Anciens se prosternèrent pour adorer.

8) 6 ; 15 - 16 : et les rois de la terre, et les hauts personnages, et les grands capitaines, et les gens enrichis, et les gens influents, et tous enfin, esclaves ou libres, ils allèrent se terrer dans les cavernes et parmi les rochers des montagnes, disant aux montagnes et aux rochers : Croulez sur nous et cachez-nous loin de Celui qui siège sur le trône et loin de la colère de l'Agneau.

9) 7 ; 9 - 10 : Après quoi, voici qu'apparut à mes yeux une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, de toute nation, race, peuple et langue ; debout devant le trône et devant l'Agneau, vêtus de robes blanches, de palmes à la main, ils crient d'une voix puissante : Le salut à notre Dieu, qui siège sur le trône, ainsi qu'à l'Agneau !
7 ; 11 : Et tous les Anges en cercle autour du trône, des Anciens et des quatre Vivants, se prosternèrent devant le trône, la face contre terre, pour adorer Dieu.

10) 7 ; 14 – 15 : Et moi de répondre : Monseigneur, c'est toi qui le sais. Il reprit : Ce sont ceux qui viennent de la grande épreuve : ils ont lavé leurs robes et les ont blanchies dans le sang de l'Agneau. C'est pourquoi ils sont devant le trône de Dieu, Le servant jour et nuit dans son Temple ; et Celui qui siège sur le trône étendra sur eux sa tente.
7 ; 17 : Car l'Agneau qui se tient au milieu du trône sera leur pasteur et les conduira aux sources des eaux de la Vie. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux.

11) 19 ; 4 : Alors, les vingt-quatre Anciens et les quatre Vivants se prosternèrent pour adorer Dieu, qui siège sur le trône, en disant : Amen, alleluia !

12) 20 ; 11 : Puis je vis un trône blanc, très grand, et Celui qui siège dessus. Le ciel et la terre s'enfuirent de devant sa face sans laisser de traces.

Dans tous les cas, il s'agit du Christ endiathetos - immanent, qui trône éternellement avec le Père, en relation avec le Christ prophorikos - proféré, qui se manifeste dans l'Histoire, et qui est représenté par l'Agneau.

L'objectif tracé initialement a-t-il été atteint ? ?

Le Prologue nous a fait découvrir que le thème majeur du livre de l'Apocalypse est la VENUE du Fils de l'Homme. Nous avons découvert ensuite que l'Apocalypse présente pas moins de quarante visions. Nous avons vu que ce chiffre ne tient pas du hasard. Les quarante visions constitueront le fil conducteur de notre étude de ce texte. - L'Apocalypse, dans les Lettres aux sept Églises, fait un « état des lieux » initial. Le livre présente les qualités et les défauts de chaque communauté, depuis les plus grandes vertus, jusqu'aux plus grands reproches… Dans la vision de la Mer de verre et du Trône, nous avons pu approfondir la signification des Quatre Vivants - et constater à ce propos, la différence existant entre le symbolisme de la tradition occidentale et celui de la tradition orientale de l’Église. - Dans la vision du Livre scellé de sept sceaux, nous avons appris à distinguer entre le Christ immanent, et le Christ proféré, dans le contexte de l'irreprésentabilité du Père. Seul l'Agneau est habilité à recevoir le Livre. - En recevant l'hommage des Anciens, l'Agneau affirme la plénitude de sa Royauté sur l'ensemble de la création. Tout ceci nous donne déjà un aperçu de l'extraordinaire richesse de significations que contient le dernier Livre des Écritures.


ligne ornementale


T. des Matières

Page précédente

Retour haut de page

Page suivante